Réseau Ours brun : l'ourson de Cannelle en relative bonne forme

L'ourson de Cannelle repéré le jour de Noël, en relative bonne forme.

L'ourson de Cannelle, dernière ourse de souche pyrénéenne abattue le 1er novembre par un chasseur, a été repéré le 24 décembre et semble en "relative bonne forme", a indiqué mardi soir 11 janvier Jean-Jacques Camarra, coordinateur du Réseau ours brun de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

"Nous avons vu sa trace la dernière fois le 24 décembre, à 1.850 m sur un col enneigé, ce qui donne à penser qu'il est en relative bonne forme", a précisé Jean-Jacques Camarra lors d'un débat organisé par l'institut Paul Ricard.

Selon lui, le fait qu'il n'ait pas été repéré depuis le 24 décembre "n'est pas inquiétant", car il est en phase d'hibernation, où il se manifeste moins.

L'ourson a été repéré une dizaine de fois depuis le 1er novembre sur les zones qu'il fréquentait avec sa mère, en haute vallée d'Aspe (Pyrénées- atlantiques).

Un ourson sur deux meurt avant de devenir adulte

"Je précise que nous ne l'avons pas nourri", a expliqué Jean-Jacques Camarra. "Nous essayons de le garder dans les conditions naturelles". Le Réseau ours a constitué des réserves de nourriture, "au cas où l'enneigement deviendrait trop important pour qu'il se nourrisse seul", a toutefois indiqué Jean-Jacques Camarra.

Il y a heureusement cette année "beaucoup de nourriture naturelle": glands, faines etc.
L'ourson est un mâle d'un an. Il mesure 50 cm au garrot et pèse 25 kg. Sa survie est loin d'être acquise: un ourson sur deux meurt avant l'âge adulte.

Jean-Jacques Camarra avait "baptisé" en 1994 sa mère Cannelle. Il estime entre 14 et 18 le nombre total d'ours dans les Pyrénées françaises et espagnoles, dont 3 ou 4 mâles (mais aucune femelle) de souche pyrénéenne, les autres étant issus de la réintroduction d'ours slovènes en 1996/97. Le père de l'ourson est d'ailleurs d'origine slovène.

Le ministre de l'Ecologie Serge Lepeltier a annoncé aujourd’hui la réintroduction de 15 nouveaux ours dans les Pyrénées.

Commentaires