Cap Ours : "Monsieur le Ministre ..."

Les Associations membres de CAP - Ours écrivent une lettre à Serge Lepeltier, Ministre de l'écologie.

Monsieur le Ministre,

CAP-Ours tient à vous remercier profondément pour les termes de votre communication du jeudi 13 janvier 2005 sur la survie de l’ours dans les Pyrénées.

Toutefois, au cours de sa réunion plénière du 12 courant, et prenant en compte les réactions des « anti-ours », notre coordination a décidé de vous faire part de sa plus vive inquiétude sur les points suivants :

Un tri dans les associations

Nous regrettons que certaines de nos associations, en particulier celles qui sont représentatives des éleveurs, bergers et apiculteurs pyrénéens favorables à la cohabitation avec l’ours comme l’ACP (l’Association pour la Cohabitation Pastorale), ne soient pas invitées à toutes les réunions de concertations, en particulier celles concernant les plans de développement de l’agriculture de montagne. Aussi, nous avons l’honneur de vous demander d’intervenir auprès du ministère de l’agriculture pour que cette association soit dorénavant invitée à toutes les structures de concertations agricole de façon systématique, et auprès des organismes compétents pour que les structures de CAP-Ours qui le souhaitent puissent aussi y avoir leur place !

Pour le renforcement des mesures pastorales

En ce qui concerne les mesures pastorales, nous demandons qu’elles soient non seulement renforcées mais aussi parfaitement opérationnelles dès le mois d’avril 2005 lors de l’occupation des zones intermédiaires qui, on le sait, pose des problèmes chaque année et donne un ton d’emblée conflictuel puisque c’est à ce moment là que les « anti-ours », aidés des médias, utilisent le plus les dommages d’ours pour donner à l’opinion française une image regrettable du sujet et pénalisent par conséquent particulièrement cette année la préparation des renforcements.

De plus, étant donné que les ours sont autant sur le versant Nord que sur le versant Sud des Pyrénées, il est impératif que les services de l’Etat arrivent à mettre en cohérence le plus rapidement possible ces mesures pastorales avec les instances espagnoles, en particulier des régions autonomes (Navarre, Aragon, Catalogne dont particulièrement le Val d’ Aran).

Réintroduction des ours dans les pyrénées et chasse

En ce qui concerne « le tir » sur Cannelle, et pour être sûr que ce malheureux « accident » ne puisse plus se reproduire, nous estimons que l’Etat doit rechercher en concertation avec les fédérations départementales de chasse concernées, et ceci avant les futurs lâchers d’ours, de façon précise toutes les dispositions prises pour la gestion des actions de chasse, en particulier des battues aux sangliers qui représentent le plus grand risque de destruction d’ours et en particulier par les ourses suitées (Cannelle, Mellba). CAP-Ours demande également de pouvoir accéder à ce dossier.

Comités techniques Ours

Les Comités Techniques Ours existent dans les départements géographiques de l’Ariège, de la Haute Garonne et des Pyrénées Atlantiques. Afin d’être cohérent avec les objectifs que vous avez fixés, M. le Ministre, lors de votre annonce du 13 janvier dernier, CAP-Ours demande que les Comités techniques ours des Pyrénées Orientales et des Hautes Pyrénées soient créés avant les nouveaux lâchers.

Notre coordination tient à vous faire part de sa plus grande vigilance afin de tenir l’objectif du doublement de la population d’ours en 3 ans, objectif qui doit impérativement commencer à rentrer en action par le lâcher de 5 ours à l’automne 2005 tant en Béarn qu’en Pyrénées centrales.

La population est largement favorable à la réintroduction

Enfin, nous souhaitions vous rappeler que le sondage commandé à l’Institut ARSH Opinion les 7 et 8 décembre 2004 a mis en valeur que 77 % de la population représentative de l’ensemble du département des Pyrénées Atlantiques s’est déterminé en faveur de la réintroduction d’ours. Ces résultats confirment celui de l’ADET et du WWF de 2003 dans les communes de montagne des Pyrénées.

Nous comptons sur votre volonté de prendre en compte les demandes exprimées dans ce présent courrier par notre Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours.

Nous restons à votre disposition pour tout complément d’informations et vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.

Les Associations membres de CAP - Ours

Association pour la Cohabitation Pastorale (ACP),
Action Nature,
Association Pyrénéenne des Accompagnateurs en Montagne du département Pyrénées-Orientales (APAM 66),
Associations Départementales Pyrénéennes des Accompagnateurs en Montagne des départements Ariège et Haute Garonne (ADPAM Ariège et ADPAM Haute Garonne),
Les Amis du Pic du Gar,
Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées,
Les Amis de l’Ours en Pyrénées Centrales (AMOPYC),
Association des Naturalistes Ariègeois (ANA),
Association Nature Comminges (ANC),
Association de Promotion des Initiatives des Habitants de Mijanès (APIHM),
Collectif Ax 24 mars,
Comité Ecologique Ariégeois (CEA),
Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées (CIAPP),
Connaissance de l’ours,
FERUS (Groupe Loup France/ARTUS),
Fonds d’Intervention Eco-Pastoral - Groupe Ours Pyrénées (FIEP),
France Nature Environnement (FNE),
L’œil aux aguets,
Mille Traces,
Nature Midi-Pyrénées (NMP),
Nature Midi-Pyrénées comité local Hautes-Pyrénées,
Pays de l’Ours-ADET,
Société d’Etude de Protection et d’Aménagement de la Nature dans le Sud Ouest-Béarn (SEPANSO), Société Française d’Etude et de Protection des Mammifères (SFEPM),
Sours,
Union Midi-Pyrénées Nature et Environnement (Uminate),
Union Midi-Pyrénées Nature et Environnement - Hautes Pyrénées (Uminate 65),
WWF France.

La concertation promise par le Ministre de l’Ecologie sur la réintroduction de l’ours a commencé.  Donnez votre avis !

Commentaires