Réintroduction de l'ours: début de la concertation en Pyrénées-Atlantiques

Le processus de concertation des élus et acteurs locaux concernés par le plan de réintroduction de l'ours a débuté mercredi dans les Pyrénées-Atlantiques avec une première réunion à Aramits, a indiqué à l'AFP le sous-préfet d'Oloron Sainte-Marie, Claude Gobin.

Le plan ours dévoilé en janvier par le ministre de l'Ecologie Serge Lepeltier, à la suite de la mort de l'ourse Cannelle tuée par un chasseur, prévoit de doubler d'ici trois ans la population d'ours bruns dans les Pyrénées. Il a suscité de fortes réactions négatives dans le département chez les élus et agriculteurs de montagne. "Il ne s'agit pas d'une fausse concertation mais il doit y avoir un véritable dialogue sur les modalités d'introduction et sur le plan de soutien à l'économie de montagne qui accompagne ce programme", explique le sous-préfet en charge du dossier au niveau départemental.

Quatre réunions sont prévues d'ici au 4 avril en Pyrénées-Atlantiques à l'issue desquelles un rapport sera remis par Claude Gobin au préfet de la Région Midi-Pyrénées, Jean Daubigny, chargé de coordonner la concertation à l'échelle du massif. "L'objectif est d'être plus proche des élus et de ne pas se couper des problèmes de terrain", explique encore M. Gobin, joint par téléphone.

Cinq ours seraient lâchés en 2005 dans les Pyrénées si le temps et les conditions le permettent. Les lieux de réintroduction n'ont pas encore été fixés. Ce choix sera notamment fonction du degré d'acceptation local, assure M. Gobin. Pour le département, "la réintroduction d'un ours seraient déjà bien", estime encore le sous-préfet alors que l'organisme en charge du dossier jusqu'en décembre, l'Institution patrimoniale du haut béarn (IPHB) avait préconisé l'introduction de deux ourses dès cette année pour renforcer une population réduite localement à quatre ours mâles.

Commentaires