Espagne : menace de disparition pour le Lynx ibérique

Le lynx ibérique qui ne se trouve qu'au Portugal et en Espagne, risque d'être le premier grand félin à disparaître depuis la préhistoire, selon un le Fonds mondial pour la nature (WWF). C'est l'une des espèces animales les plus menacées au monde.

Disparition_lynx_iberique Il ne reste plus que 100 à 120 spécimens de ces grands félins tachetés en liberté, dont une douzaine de femelles en âge de procréer, alors qu'il étaient encore 100.000 au début du 20e siècle, selon un rapport publié mercredi par l'organisation SOS Lynx. La chasse, les animaux écrasés sur les routes et la propagation de la myxomatose des lapins sauvages, principale proie des lynx, expliquent la quasi-disparition du «tigre d'Europe».

«Ce n'est ni en Afrique, ni en Amérique latine, ni en Asie que l'extinction des grands chats sauvages risque de se produire pour la première fois, mais sur les franges de la riche Union européenne, que l'on suppose pourtant développée et protectrice de l'environnement», écrit l'auteur du rapport, Dan Ward, consultant britannique en protection de la nature. «L'UE ne peut se contenter de belles paroles sur ses objectifs en matière d'environnement tout en menant des actions qui vont à l'encontre de ces objectifs», s'est élevée Susan Lieberman, directrice du programme mondial de protection des espèces du WWF. 

Selon les dernières estimations en date, les deux dernières populations de lynx ibériques ne comptent plus qu'une centaine d'individus, dont 25 femelles reproductrices, contre plus d'un millier il y a dix ans.
L'organisation de protection de la nature a recensé en Espagne 53 projets de chantier qui mettent en péril ce félin, dont bon nombre sont partiellement financés par des fonds structurels de l'UE. Le WWF demande par conséquent à Bruxelles de revoir sa politique de développement dans le sud de l'Espagne afin d'assurer la conservation de cette espèce menacée.

Le Fonds réclame en particulier la fermeture pour deux ans de la route qui traverse le parc national de Donana, près de Séville. Ce couloir artificiel divise l'habitat des derniers lynx sauvages et les expose en outre au risque d'être écrasés par des voitures, aujourd'hui la première cause de mortalité de ces animaux. Plusieurs lynx ont déjà trouvé la mort sur ce nouvel axe qui relie les localités de Villamanrique et d'El Rocio, ajoute le WWF.

«Pour une population aussi réduite, la perte accidentelle d'un seul individu rapproche l'espèce de l'extinction», souligne Luis Suarez, expert de l'antenne espagnole du WWF. «Le soutien qu'apporte l'UE à des projets destinés à protéger le lynx ibérique est annulé par le financement qu'elle offre à des projets néfastes d'infrastructure.»

Les spécialistes de la protection de la faune dénoncent également les projets de barrage qui ont entraîné l'inondation de vallées servant d'habitat à ces lynx. Le braconnage et la raréfaction du lièvre, sa proie de prédilection, contribuent aussi à la disparition progressive de cet animal extrêmement farouche.
Le lynx ibérique, qui peut atteindre un mètre de long, soit la taille d'un gros chien, vit dans les bois broussailleux du sud du Portugal et de l'Espagne, à proximité des régions touristiques les plus fréquentées.

Le rapport propose de protéger l'habitat du lynx en réglementant l'agriculture intensive et l'urbanisation et suggère d'instaurer des limitations de vitesse autour des deux zones de reproduction des lynx, tout en encourageant la réintroduction du lapin sauvage. Il préconise aussi de développer les programmes d'élevage de jeunes lynx en captivité.

Actuellement 12 lynx dont quatre femelles sont en captivité dans différents centres en Espagne, et l'objectif est d'en porter le nombre à 70 à 2010 afin de les rendre ensuite à la vie sauvage. Les protecteurs de l'espèce sont confiants que le premier lynx naîtra en captivité au printemps prochain.

Seules deux communautés de lynx en liberté capables de se reproduire subsistent en Espagne. Dans le parc national de Donana, la quarantaine de lynx recensés pourrait disparaître en quelques années, selon Dan Ward. «Il n'y a eu que quatre à huit naissances de chatons cette année et la population n'est pas bien traitée: elle continue de décliner, elle est souvent trop petite, fragmentée et isolée pour pouvoir s'accroître sans une intervention énergique», écrit-il.

L'autre population de lynx au parc d'Andujar est plus stable, avec quelque 80 animaux, mais ce groupe est menacé par la construction de deux routes dans cette zone, ainsi que par la pression de l'urbanisation, selon le rapport.

Photo Alain Jocard

Le «tigre d'Europe» figure sur la liste rouge de l'Union internationale pour la protection de la nature.  Le dernier félin à avoir totalement disparu était le tigre à dents de sabre. L'espèce s'est éteinte il y a environ 10.000 ans, selon WWF

Commentaires