Lepeltier 1 - ANEM 0

Les élus pyrénéens étaient reçus hier au ministère de l’environnement pour faire fléchir Serge Lepeltier. La sauce n'a pas pris. Ils devront repasser. Le ministre a tenu bon.

Les Béarnais étaient allés chercher une reculade du ministre de l’écologie. Ils n’ont rien obtenu. Pire, Serge Lepeltier s’est montré plus déterminé que jamais. Son plan de renforcement de la population d’ours bruns dans les Pyrénées n’est absolument pas remis en cause.

«  Nous sommes extrêmement déçus », a confié Louis Althapé, maire de Lanne-en-Barétous et président départemental de l’Association nationale des élus de montagne (ANEM) au sortir de la réunion. « Nous avons discuté très longuement avec le ministre, une heure et demie. C’était très courtois mais il s’est montré déterminé. » Jean Lassalle n’est pas très surpris. « Cela ne m’étonne qu’à moitié, mais je pensais quand même qu’il tiendrait compte des réunions de concertation qui se sont déroulées. Nous lui avons dit que le climat s’était terriblement dégradé sur le terrain. J’attendais un bémol, mais rien n’y a fait.»

Pas de réponses précises. Le seul doute du ministre est venu sur la question de la sécurité et de la responsabilité des maires en cas d’accident. D’après les élus présents, Serge Lepeltier a avoué que des points d’interrogation demeuraient. Pour le reste, il n’a pas varié ce qui a le don d’agacer François Maïtia, conseiller régional et maire d’Ispoure (canton de Saint-Palais) qui faisait partie de la délégation. « Moi, j’attendais des réponses plus précises sur les mesures d’accompagnement. On ne sait même pas s’il aura les moyens de son plan. C’est décevant, j’ai l’impression que le ministre ne mesure pas l’état de colère qui existe chez nous. »

Les élus n’ont même pas obtenu le moindre soutien de Dominique Bussereau, le ministre de l’agriculture présent à la réunion. En Béarn, les rendez-vous se poursuivent. Demain, le sous-préfet d’Oloron Claude Gobin fournira son analyse aux deux inspecteurs généraux des ministères de l’écologie et de l’agriculture qui sont en tournée dans la région. Ils sont également attendus à l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn.

Une nouvelle rencontre entre le ministre et les élus devrait ensuite avoir lieu à la mi-juin. « S’il n’y a pas de remaniement ministériel », conclut Jean Lassalle, ne se privant pas d’ajouter que la position du ministre hier n’est peut-être pas sans rapport avec la prochaine échéance électorale : le referendum sur la Constitution européenne le 29 mai. « Il a besoin des voix du oui en ce moment ! »

Article de Odile Faure Sud-Ouest

Romuald : Les élus béarnais en sont réduits à espérer un remaniement ministériel. Attention que les élus sont par principes des ... élus, donc toujours sur un siège éjectable. Vu du Nord, j'avoue que voir la France se déchirer pour un "OUI" pour un "NON", confondre Entrée de la Turquie dans l'union, Constitution Européenne et retour de l'Ours me laisse surpris. Est ce que vous n'êtes pas entrain de tout mélanger?

Commentaires