Sâle temps en Ariège, Louis Dollo et les anti-ours dérappent

Les anti ours dérappent

8 novembre 2005, devant la préfecture
Au sortir de la séance de la commission dégâts des ours, des participants à la réunion ont découvert que cinq voitures avaient été vandalisées : les quatre pneus crevés, bris de pare-brise, un rétroviseur arraché, des tags à la peinture « non à l'ours » ou « non imputabilité ». Deux des véhicules visés appartiennent à la cohabitation pastorale, deux autres à la direction régionale de l'environnement (DIREN) et un autre à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Louis Dollo dérape

8 novembre 2005, dans la dépêche du Midi
Louis Dollo réagit et dérape dans la dépêche du Midi en annonçant que le préfet a dérapé :
- « Le préfet dérape aussi ! Si aucun acte de violence n'est justifiable, nous pouvons au moins le comprendre. Comment ? À une période où nous voyons des destructions importantes dans les citées qui finissent par obtenir des moyens contre des condamnations assez peu convaincantes, cela peut donner de bonnes idées à d'autres milieux socioculturels ou professionnels.

Par ailleurs, lorsque la presse signale que la commission d'indemnisation s’est réunie en Préfecture en novembre 2005 pour statuer sur des dossiers de prédations de 2003 soit 2 ans après les faits, nous pouvons nous interroger sur la part de responsabilité du Préfet et des services de l'État sur ces réactions violentes. À chacun ses responsabilités, mais le Préfet ne semble pas blanc comme neige." Asocial, on peut le devenir lorsqu'on n’est pas écouté et que l'on n’a plus rien à perdre » déclare Louis Dollo, guide de pays à Tarbes.

Le préfet lui, tient bon

8 novembre 2005, dans un communiqué à Foix
Le préfet a convoqué le 8 novembre 2005, la commission départementale d'indemnisation des dégâts ours. À cette occasion, à l'appel du collectif des éleveurs et bergers de l'Ariège, une trentaine d'éleveurs se sont réunis devant la préfecture pendant le déroulement de cette commission.

Vers 11 h 15, un des participants à la commission, représentant l'association de cohabitation pastorale qui s'était rendu à son véhicule garé à proximité de la préfecture pour procéder au renouvellement de son ticket horodateur a constaté que les quatre pneus de son véhicule avaient été crevés à coup de couteau. Dès son retour à la préfecture, il s'en est ouvert en séance au préfet. Il convient de rappeler que lors de la précédente commission les mêmes faits avaient été perpétrés à l'encontre d'un autre représentant de cette association. Au vu des faits, le préfet a suspendu jusqu'à nouvel ordre la tenue de cette commission.

À l’issue de celle-ci, il a été constaté que ce sont au total 5 véhicules qui ont fait l'objet de dégradations graves pendant le déroulement de la manifestation. Ces véhicules stationnés au milieu d'autres, ont été les seuls objets de dégradation, à savoir la destruction à coups de couteau des 4 pneus de chaque véhicule, avec bris de pare-brise et rétroviseur arraché pour l'un et tags à la peinture « Non à l'ours » et « non imputabilité » pour les autres. En dehors des 2 véhicules de l'association de cohabitation pastorale, ce sont 2 véhicules de la direction régionale de l'environnement (DIREN) Toulouse et 1 véhicule de l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui ont été visés, ce qui ne laisse aucun doute sur le lien entre la manifestation et ces dégradations.

Le préfet rappelle que depuis 1 an, il a largement ouvert la discussion et les règles d'immutabilité des dommages à la satisfaction de tout le monde. De tels actes ne s'inscrivent aucunement dans un débat démocratique et respectable. De surcroît, les menaces et injures adressées aux membres d'une association ne sont pas acceptables. En tout état de cause, de telles actions menées par une minorité ne peuvent que nuire aux autres éleveurs souhaitant une indemnisation rapide de leurs dommages. Des plaintes ont été déposées auprès du Procureur de la République qui a été informé de cette situation.

Le préfet ne réunira pas à nouveau la commission tant que la lumière ne sera pas faite sur cette affaire et que les dommages subis n'auront pas été réparés.

Les remboursements dérappent

Une chose est certaine : voilà que les remboursements "dégâts des ours" dérappent pour, dans le langage de Louis Dollo, "Les milieux socioculturels ou professionnels asociaux ariégeois" (comprendre les éleveurs). Ceux-ci s'en sont retourné grosjean (Lassalle ?) comme devant (la préfecture).

Une mésaventure qui pourrait bien arriver aussi au budget de l'IPHB, si la Ministre de l'Ecologie et du Développement durable, Madame Nelly Olin décidait de lier le financement de l'Institut Patrimonial du Haut-Béarn à la bonne volonté affichée de l'institution ou a son efficacité.

Les chemises noires rassemblées à Massat et à Arbas auront encore l'occasion de se rassembler... dans l'adversité, à moins que ce ne soit au tribunal. Une nouvelle fois, c'est au portefeuille que cela va faire mal. Après les plaintes de Massat, d'Annecy et de Foix, les éleveurs extrémistes aux méthodes violentes et illégales qui refusent "par principe" toute cohabitation avec les prédateurs mais acceptent l'argent d'où qu'il vienne (IPHB, subventions, dédommagements)  collectionnent les déboires.

Sale temps en Ariège

Sera-ce la fin des terroirs de non droit où intimidations, menaces et délits sont monnaie courante ? Attendont les décisions de justice, attendons aussi la fin du procès Marquèze. Cannelle est-elle morte pour rien ? Rien n'est encore sûr, les lobbys agricoles et de la chasse sont en grandes manoeuvres.

Depuis la réponse musclée du préfet, suite au "dérapage" des éleveurs, la réponse de Louis Dollo a disparu de la page en question de La dépêche du midi. Pourquoi? Probablement que seules des 10 dernières réactions sont affichées. La réaction de Louis Dollo est encore sur son site pyrénnées-pyréniais ou sur le forum du paysdelours-ADET.

Sale temps en Ariège ! Pour éviter les dérappages, une seule solution :
Telecharger_6  Grumly, l'ours qui prévient quand il y a une banane (video MPG 817 kb)

Commentaires