Gérard Onesta : Les grands prédateurs des Pyrénées sont les politiques

Gérard Onesta, est député vert européen du grand Sud-Ouest, vice président du Parlement européen. Dans le n° 114 de Pyrénées magazine (11/2007) intitulé « 500 millions d’années en héritage », Gérard Onesta parle de politique pyrénéenne et du patrimoine qu’est l’ours des Pyrénées. « Les grands prédateurs des Pyrénées sont les politiques »  Extraits : (...)

Gérard Onesta : «Les grands prédateurs des Pyrénées sont les politiques»

Gérard Onesta : Les grands prédateurs des Pyrénées sont les politiques Pyrénées magazine : La biodiversité, l'écotourisme figurent parmi le nombre d'atouts, mais quel est votre sentiment sur le problème de l'ours, par exemple ?
Gérard Onesta : « Malheureusement, l'affaire de l'ours est la goutte qui a fait déborder le vase dans des sociétés très fragilisées. Disparition des langues, des cultures, favorisation d'une agriculture productiviste au détriment de la qualité et des labels de montagne, suppression des services publics - qui ont entraîné le départ des habitants - sont autant d'humiliations pour ce territoire à qui l'on rajoute ce qui est vécu comme une nuisance de plus, le retour de l'ours. Si on réglait tous les autres problèmes, si le territoire était riche et respecté, l'ours serait vécu, comme en Espagne, comme un plus, et pas comme un drame fatal. Et j'en veux beaucoup aux élus qui, plutôt que de se consacrer à tous ces problèmes essentiels, vont hurler contre un prédateur alors que le premier des prédateurs est la classe politique qui a laissé mourir ces montagnes. »

Pyrénées magazine : A contrario, les élus de terrain peuvent jouer de l'antienne bien connue de l'Europe coupable de tous les maux et génératrice de règlements ... Par exemple, le plan Natura 2000 est-il enfin respecté par notre pays ?
Gérard Onesta : « La France est toujours en retard. Je vous rappelle que ce n'est pas l'Europe qui impose, c'est l'Europe qui vote, et la France participe à ce vote. Si l'Europe n'existait pas, ce n'est pas avec la protection environnementale française que nous serions allés bien loin. C'est un petit peu facile de dire que c'est la faute de cette « garce de Bruxelles »; en oubliant de préciser que c'est avec la voix des dirigeants français que l'on a décidé. Et que dit Natura 2000 ? Il existe des zones qui ont un potentiel exceptionnel de biodiversité (qualité d'eau, d'air, de faune, de flore, de paysages, etc.) dont nous n'avons pas le droit de priver les gens qui vont naître après nous. L‘Europe fait des dotations énormes pour favoriser l'implantation d'activités humaines d'un autre type sur ces territoires ».

Pyrénées magazine : En matière de pastoralisme, dont la disparition paraît inéluctable, que fait l'Europe ?
Gérard Onesta : « Comme il y a toujours des volontés immobilistes - et les dernières élections confortent cet état de fait en France -, je ne crois pas au rendez-vous de 2008, il faudra donc attendre la réforme de la PAC, envisagée pour 2013. On a divisé par dix le nombre de paysans en 20 ans, le dégraissage va continuer ... Les plus faibles, qui sont dans les zones les plus difficiles comme les Pyrénées, vont partir en premier. »

Biographie de Gérard Onesta

Natif d'Albi, dans le Tarn, fils d'immigré italien, diplômé d'architecture, Gérard Onesta, 47 ans, applique à la vie politique une soif de connaissance et un sens de l'engagement de tous les instants. Gérard Onesta est impliqué dans le mouvement écologiste hexagonal au sein du conseil national des Verts depuis 1987. Il gravit les échelons et devient député européen en 1991. Réélu en juillet 2004 au poste de vice-président du Parlement (comme en janvier 2007), Gérard Onesta  effectue un arrachage public d'OGM en compagnie de faucheurs volontaires comme José Bové ou Noël Mamère. Parmi les 785 députés de l'institution strasbourgeoise, Gérard Onesta se distingue par une forte implication au sein de l’assemblée. Il est notamment l'instigateur d'initiatives telles que le Prix du Parlement européen pour le cinéma et l'Agora citoyenne européenne.

NDLB: Il est amusant, après lecture de l'interview de Gérard Onesta, de relire ...

Deux conception de la politique.

Commentaires