Les ours et les gens

Un guide sur la sécurité et
la conservation sur les sentiers

Parc national du Canada des Lac-Waterton
Information aux visiteurs

Les attaques par les ours sont rares

Les ours et les gens - Un guide sur la sécurité et la conservation sur les sentiers, information pour les rencontres hommes oursLes attaques par les ours sont rares. En général, les animaux sauvages préfèrent éviter les êtres humains, et les ours ne font pas exception à la règle. La plupart des rencontres fâcheuses entre les ours et les êtres humains surviennent lorsque l'ours transforme son comportement naturel, qui consiste à éviter l'être humain, pour devenir agressif, et ce, pour les raisons suivantes :

  • Il a été surpris.
  • Il protège ses petits ou sa nourriture.
  • Il a été attiré par l'odeur de nourriture ou d'autres odeurs semblables.
  • Il a été provoqué par un chien.
  • Il s'est habitué à l'être humain de sorte qu'il en a perdu sa crainte naturelle.

Nous vous présentons ici des lignes directrices sur la sécurité au pays des ours. Il est difficile de prévoir le comportement de l'ours parce qu'il s'agit d'un animal complexe. Les ours sont tous différents, et ils réagiront différemment dans des situations différentes. Les renseignements qui suivent vous permettront de savoir ce qu'il faut faire pour éviter une rencontre fâcheuse avec un ours et comment il faut réagir si une de ces rencontres se produit.

Les mêmes sentiers sont utilisés par les hommes et les ours. 

Vaporisateur à gaz poivré
Parcs Canada recommande de transporter un vaporisateur à gaz poivré en tout temps. Les résultats de recherches indiquent que les vaporisateurs peuvent être efficaces lorsqu'ils sont utilisés adéquatement. Si vous comptez vous munir d'un tel dispositif, sachez que le vent, la distance de l'animal, la pluie et la durée de conservation du produit peuvent tous agir sur son efficacité. Lisez attentivement les instructions de la canette et gardez-la à portée de la main. Le meilleur moyen de vivre en sécurité au pays des ours consiste encore à éviter tout contact avec eux.

1) La meilleure chose à faire, éviter les rencontres

L'activité humaine produit un grand effet de stress sur les ours. Vous pouvez aider à protéger ces animaux en évitant toute rencontre avec eux.

Faites du bruit !
Avertissez les ours de votre présence. Parlez très fort, tapez des mains, chantez - surtout près des cours d'eau, dans des zones de végétation dense, dans les régions où les baies sont abondantes, dans les secteurs venteux et dans les endroits où la visibilité est faible. (Des études révèlent que le bruit des clochettes ne suffit pas à éloigner les ours.)

Soyez à l'affût des signes de la présence récent d'un ours
Soyez à l'affût des empreintes. Des excréments, des mottes de terre retournées, des troncs d'arbre déchiquetés et des roches déplacées sont tous des signes indiquant qu'un ours a traversé un secteur. Quittez le secteur si vous voyez des traces fraîches.

Tenez votre chien en laisse
Cela, en tout temps ou laissez-le à la maison. Les chiens peuvent amener un ours à adopter un comportement de défense.

Déplacez-vous en groupe
Les grands groupes risquent moins d'avoir une rencontre malencontreuse avec un ours. Il est recommandé de se déplacer en groupe serré de quatre personnes ou plus. Ne laissez jamais vos enfants s'éloigner de vous.

  • Empruntez les parcours et les sentiers balisés et déplacez-vous lorsqu'il fait jour seulement.
  • Si vous trouvez sur votre passage des carcasses de gros mammifères, quittez le secteur immédiatement et signalez votre découverte aux gardes de parc.
  • Déposez les déchets de poisson dans des cours d'eau au débit rapide ou dans la partie profonde d'un lac, et non sur la rive.

2) Si vous rencontrez un ours

Ours debout Demeurez calme
Demeurez calme et n'alarmez pas l'ours en criant ou en faisant des mouvements brusques. Votre calme peut le rassurer. Il arrive que les ours se défilent en faisant semblant de charger, pour battre en retraite au dernier instant.

Il se peut aussi qu'ils soient sur la défensive et qu'ils grognent, qu'ils grondent, qu'ils claquent la mâchoire et qu'ils tendent les oreilles vers l'arrière. Si un ours réagit de cette façon, il importe que vous demeuriez calme, même si cela est difficile. Un cri ou un mouvement brusque pourrait l'inciter à attaquer.

Parlez à l'ours
Faites en sorte qu'il entende votre voix - parlez d'une voix calme et ferme pour qu'il sache que vous êtes un être humain et non une proie. Si l'ours se dresse sur ses pattes arrière et quil semble humer l'air, c'est parce qu'il tente de vous identifier.

Éloignez-vous lentement à reculons
Et résistez à l'envie de courir ! En courant, vous pourriez inciter lours à vous poursuivre. L'ours court aussi vite que le cheval, à la montée comme à la descente.

Rendez-vous moins vulnérable
Prenez les petits enfants dans vos bras et demeurez en groupe. Ne déposez pas votre sac à dos à terre. Il pourrait servir à vous protéger. Donnez toujours à l'ours une issue possible.

3) Si un ours vous attaque

La plupart des rencontres entre les êtres humains et les ours se terminent sans blessures. Vous pourriez avoir de meilleures chances de survie en suivant les lignes directrices ci-dessous. En général, deux types d'attaques peuvent se produire :

Défense

  • Comportement de l'ours : Lours se nourrit, protège ses petits ou est surpris par votre présence. Il vous attaque parce qu'il voit en vous une menace.
  • Servez-vous de votre vaporisateur à gaz poivré.
  • Si l'ours entre en contact avec vous : Faites le mort!

Faites le mort
Mettez-vous face contre terre, les jambes écartées et croisez-vous les mains sur la nuque. Vous vous protégerez ainsi le visage, la tête et la nuque, et il sera plus difficile à l'ours de vous retourner. Demeurez immobile jusqu'à ce que vous soyez sûr que lours a quitté le secteur.

Ces attaques durent généralement moins de deux minutes. Si l'attaque se poursuit, il se peut que l'ours ne se défende plus mais qu'il cherche plutôt une proie - défendez-vous !

Prédation

  • Essayez de fuir, de préférence vers un bâtiment, une voiture ou un arbre.
  • Si ce n'est pas possible, Ne faites pas le mort.
  • Vaporisez lours de gaz poivré et défendez-vous!

Défendez-vous
Essayez d'intimider lours : criez, frappez-le à l'aide dune branche ou d'une pierre. Faites tout ce qu'il faut pour que lours comprenne que vous n'êtes pas une proie facile. Ce genre d'attaque est très rare, mais elle peut avoir des conséquences très graves, car elle signifie souvent que l'ours cherche de la nourriture et qu'il veut faire de vous sa proie.

La vérité ? Il est très difficile de prédire la meilleure stratégie à adopter en cas dattaque. C'est pourquoi il est si important de bien réfléchir et de faire tout en son possible pour éviter de rencontrer un ours.

Pour survivre 365 jours par an

Chaque ours a une personnalité différente, au même titre que les membres de votre famille... et chacun a recours à ses propres techniques pour survivre. En montagne, tous doivent relever les mêmes défis au fil des saisons, mais chaque animal réussit à survivre à sa propre façon. Mais que faut-il donc faire pour survivre, d'année en année?

Printemps

Après l'hibernation, les ours émergent de leur tanière émaciés, et les sources de nourriture sont encore rares.
La neige recouvrant encore les hauts sommets, les ours se rassemblent dans le fond des vallées pour trouver des pousses printanières. Les grizzlis optent pour les pentes avalancheuses ensoleillées et exposées pour y extraire avec leurs griffes des racines et des bulbes. Avec un peu de chance, ils y trouveront peut-être la carcasse d'un animal qui a succombé aux rigueurs de l'hiver...un regain d'énergie crucial, surtout pour les femelles qui viennent de mettre bas.

Les mâles se mettent à la recherche d'une compagne. Parfois, il leur faut parcourir de très grandes distances.
L'instinct de reproduction des mâles est fort, mais les femelles ne s'accouplent pas avant l'âge de cinq ou six ans, et il leur faut parfois attendre cinq ou six autres années après la mise bas pour être à nouveau prêtes à s'accoupler. Pour trouver de la nourriture et une compagne, les mâles ont parfois besoin d'un territoire de la superficie du Grand Vancouver. Chez l'ours noir, le taux de reproduction est faible dans les habitats de piètre qualité.

Été

La neige fond peu à peu, et les plantes se mettent à pousser. Les ours errent sur un vaste territoire pour trouver des enclaves de végétation.
Les pentes avalancheuses conservent toute leur importance pour le grizzli. Elles lui procurent un riche éventail de plantes dont il peut se nourrir, tout en lui offrant un abri sûr, à la lisière de la forêt. L'ours noir, qui préfère la forêt, opte plutôt pour le fond des vallées, où il peut trouver de la nourriture et, par la même occasion, se protéger des grizzlis.

Les femelles sont des mères dévouées.
Ici, dans les Rocheuses, les oursons grizzlis peuvent demeurer avec leur mère pendant cinq ans, période pendant laquelle ils apprennent à survivre en montagne. Les femelles défendent farouchement leur progéniture contre les mâles dominants et les autres menaces. Les femelles de l'ours noir enseignent à leurs petits à grimper aux arbres pour se protéger des mâles adultes et des grizzlis.

Automne

Les ours doivent absorber jusqu'à 35 000 calories par jour.
Les ours à la recherche de nourriture se fraient un chemin en creusant, en poussant, en frottant et en arrachant ce qui se trouve sur leur passage. Ils laissent dans leur sillage d'importants indices....de gros trous creusés dans (la terre spermophiles et racines), des pierres et des troncs d'arbre retournés (insectes) et des arbustes complètement dénudés de leurs feuilles et de leurs fruits (jusqu'à 250 000 baies par jour, en saison). Que ce soit dans les clairières longeant la forêt, sur les sentiers, le long des routes ou dans les campings, qu'il fasse jour ou qu'il fasse nuit, peu importe : l'essentiel, c'est de se nourrir.

Hiver

Les ourses mettent bas au milieu de l'hiver....à condition d'être assez grasses.
Les femelles de l'ours noir et du grizzli sont toutes deux capables d'« implantation différée », cest-à-dire que l'oeuf fécondé ne s'attache à la paroi de l'utérus que si la femelle a suffisamment de réserves de graisse pour allaiter ses petits. Minuscules et aveugles, les oursons (il y en a habituellement deux) naissent dans le confort d'une tanière sûre, où ils se nourrissent du lait riche de la maman qui dort.

La survie de l'espèce

Les ours peuvent vivre 25 ans à l'état sauvage. Malheureusement, sous l'action de l'être humain, un grand nombre d'entre eux meurent bien avant cet âge, réduisant ainsi les chances de perpétuation de l'espèce. Pour qu'une population puisse assurer sa survie, les naissances doivent contrebalancer les mortalités. Or, le grizzli a l'un des taux de reproduction les plus faibles de toutes les espèces de mammifères de l'Amérique du Nord.

L'habitat d'aujourd'hui : une course à obstacles

Pendant des millions d'années, l'ours noir et le grizzli se sont progressivement adaptés à leur habitat. Ils sont pourvus d'une intelligence qui leur donne une chance raisonnable de survivre dans ce milieu. Mais les temps changent. Rapidement. Croissance démographique, prolifération des lieux aménagés, activités d'extraction des ressources et activités récréatives... les espaces sauvages sont envahis de toutes parts.

Plus que jamais, les ours ont besoin de l'habitat des parcs nationaux des Rocheuses. Mais leur territoire ressemble aujourd'hui à une course à obstacles. Pour comprendre les difficultés que doivent rencontrer les ours, imaginez-vous en plein coeur de l'été, en train d'errer dans les parcs nationaux de montagne : vous devez tenter d'éviter les foules qui s'assemblent partout sur votre chemin ...dans les villes, dans les campings, sur la route, sur la voie ferrée, sur les sentiers... mais vous devez quand même trouver le moyen d'obtenir suffisamment de nourriture pour survivre.

Même dans nos parcs, les ours ont de plus en plus de difficulté à éviter l'être humain. Or, ces aires protégées forment une grande partie de ce qui subsiste de leur habitat en Amérique du Nord. Les résidents de Jasper cohabitent dans la vallée avec les animaux sauvages du parc national Jasper.

L'air des montagnes est pour nous un véritable tonique. Pour l'ours, c'est une carte géographique invisible, qu'il lit avec habileté. Doté d'un puissant sens de l'odorat, il parcourt son territoire en se laissant guider par l'odeur de la nourriture et en s'éloignant des dangers qui se présentent sur sa route.

Qu'arrive-t-il lorsqu'un ours rencontre des êtres humains ?

La première fois, la deuxième fois, la troisième fois.....

Deux choix et un moyen d'adaptation s'offrent à l'ours.

  1. Il peut modifier son parcours ou abandonner carrément le secteur, ce qui le prive d'un habitat important.
  2. Il peut se montrer agressif : il n'adopte généralement ce comportement que lorsqu'il est surpris de près et qu'il se sent menacé. Lorsqu'il y a affrontement grave, l'unique solution consiste parfois à éliminer la bête, ce qui représente une perte pour l'écosystème.
  3. Il s'accoutume : à force de rencontrer des humains, lours en vient à perdre sa crainte naturelle et se montre de plus en plus audacieux. Il est alors beaucoup plus susceptible de s'introduire dans un camping ou dans des lieux habités, là où il a le plus de chances de trouver de la nourriture ou des déchets qui traînent. Diverses études révèlent que les grizzlis ainsi dénaturés sont trois fois plus susceptibles de mourir de causes liées à l'activité humaine.

Si encore il n'y avait qu'une seule menace ! Les effets cumulatifs de l'activité humaine sur les populations d'ours ressemblent à la longueur de ces lignes...

  • Construction de maisons, de centres de villégiature ou de sports d'hiver
  • Enlèvement et élimination des ours dénaturés
  • Collisions sur les routes et la voie ferrée
  • Croissance démographique faible
  • Extraction des ressources
  • Abattage du bois d'oeuvre
  • Construction de routes
  • Activités récréatives
  • Braconnage
  • Chasse

3 secondes pour décider

Vos décisions sont importantes. Il suffit de trois secondes pour envisager les répercussions de vos actes sur les ours et pour faire un choix qui contribue à protéger l'espèce.

La meilleure décision que vous puissiez prendre est celle de limiter vos contacts avec les ours. Lorsque vous en apercevez un près de la route, songez à la possibilité de ne pas vous arrêter (vous aurez alors le mérite de ne pas contribuer à son accoutumance).

Avant de partir en randonnée, songez à la période de l'année. Imaginez ce que les ours sont probablement en train de faire et ce que vous pouvez faire pour leur donner l'espace dont ils ont besoin. N'empruntez que les sentiers officiels et laissez les pistes d'animaux sauvages à la faune. Respectez les fermetures temporaires et saisonnières : elles ont été décrétées pour donner aux ours la possibilité de fréquenter un secteur critique de leur habitat ou pour garder intacts certains cordons qui relient les différentes parties de leur territoire.

En bref : les ours ont besoin d'un habitat fertile, sûr et prévisible, où ils peuvent errer à l'écart des «surprises» humaines.

La conservation, ce n'est pas une stratégie pour protéger uniquement les ours; c'ets une philosophie destinée à protéger l'écosystème tout entier. les espaces sauvages peuvent survivre, à ondition que nous en devenions les intendants.. et non les consommateurs.

Telecharger Les ours et les gens, un guide sur la sécurité et la conservation sur les sentiers
PDF - 2 pages - 547 Kb

Source :  Parcs Canada

Commentaires