juin 2008

Un dispositif de gouvernance – coordination horizontale et verticale et concertation continues – pour un suivi effectif et huilé

Le rapport de mission de mai 2005 des présents auteurs avait insisté sur l'indispensable gouvernance d'un projet écologiquement et socialement aussi complexe. L'Etat ne peut pas s'engager seulement sur les dispositifs pratiques et les appuis économiques, sans investir très fortement sur "l'écologie relationnelle" de sa stratégie, ce qui suppose communication à plusieurs niveaux, travail sur l'acceptabilité,

Qui coordonner et comment ? La nécessité d'un délégué interministériel ours placé auprès du préfet coordonnateur

A l'exemple de ce qui a été décidé pour des sujets transversaux comme le Plan Loire ou le Marais Poitevin, il nous semble indispensable qu'un directeur de projet, délégué interministériel, puisse disposer de l'autorité voulue auprès du préfet coordonnateur de massif et de la clarté interrégionale (Midi-Pyrénées, Aquitaine, Languedoc-Roussillon), interdépartementale (6 départements de la cha

La consolidation nécessaire de l'Equipe Technique Ours (ETO) de l'ONCFS dans le cadre d'une lettre de mission re-précisée

Si le suivi de l'espèce protégée ours fait bien partie intégrante du contrat d'objectifs passé entre l'Etat et l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, il serait opportun que les différents aspects de cette charge légitimement confiée à cet établissement, et naturellement intégrée à sa dotation globale, soient exprimés par les autorités de tutelle de manière moins laconique et fassent l'objet d'une let

Quelques règles de fond et de forme pour toutes les concertations conduites et à conduire

L'une des règles de base de la conduite de ce type de stratégie est de travailler autant sur les représentations que sur les faits, autant sur les réalisations que sur les intentions et les ressentis. On ne peut pas parler de "prédateurs" sans penser que certains pourraient en être les victimes, et qu'ils doivent à ce titre, être aidés.

Les aider suppose :

  • de ne pas parler pour eux,
  • de les

L'attention particulière à porter aux deux "noyaux" ouest et centre pour le constat des "territoires de présence des ours", et la nécessité de travailler sur des "zones de quiétude" pour leur habitat

Les constats biogéographiques et historiques conduisent à considérer que les deux actuels "noyaux" de population ursine correspondent à deux sites privilégiés par cette espèce animale en l'état du massif pyrénéen : d'une part, à l'ouest, un ensemble Haut-Béarn – Aragon – Navarre, et d'autre part à l'est un ensemble Haut-Comminges – Couserans – Val d'Aran. Entre les deux, le

L'identification des zones favorables, compatibles à une vie autonome – alimentation, repos et hibernation, reproduction – pour des ours maintenus à distance des hommes

Le travail sur l'identification des zones favorables, notamment en disponibilités alimentaires et en possible quiétude, a été suffisamment engagé [Ainsi des cartographies de l'ONCFS de 1989 réactualisées en 1996.] pour que l'Etat connaisse les lieux privilégiés de présence possible et puisse commencer à réaliser des travaux d'amélioration des habitats et des opérations d'

Les conditions d'un maintien et d'une restauration des habitats préférentiels en minimisant ses rencontres possibles ours-hommes et ours-troupeaux en zone d'ovins viande

Eviter la rencontre présentée comme un "risque" entre l'ours et le mouton élevé pour sa viande, exige évidemment que les espaces d'interface possible fassent l'objet de "diagnostics de vulnérabilité". C'est le cas pour l'étage montagnard boisé caractérisé par l'exploitation forestière, la chasse, la cueillette des champignons et la randonnée pédestre, et chacune de ces activités doit être traitée en considé

Consolider des réserves de chasse

La communication avec le monde de la chasse suppose des chasses préférentielles pour les gibiers concurrents de l'ours ainsi qu'une gestion précautionneuse des battues dans les zones à ours ; des réserves de chasse, zones non chassées sur des territoires limités sont aussi à envisager

Par ses représentants dûment mandatés, le monde de la chasse a respecté les plans successifs de conservati

Des mesures appropriées d'intervention favorables aux habitats naturels de l'ours

Des mesures appropriées d'intervention, soit favorables aux habitats naturels de l'ours, et notamment à son alimentation, soit de non intervention pour protéger sa quiétude, particulièrement en forêt (fermeture de pistes, non sortie de bois…)

La prise en considération des exigences biologiques de l'ours, parmi les espèces animales de montagne, concerne les ressources alimentaires, les zones

Un nouveau protocole à définir pour de meilleures indemnisations

Si l'on s'en tient au protocole existant, les indemnisations se passent assez correctement : l'expert se rend très vite sur le terrain, lorsque la présence d'un ours est attestée dans les jours concernés – et particulièrement d'un ours équipé d'un collier de suivi – les dossiers d'expertise sont convenablement remplis, les réunions des commissions ad hoc sont mieux structurées pour apprécier les cas litigieux au bén

Un dispositif allégé, simplifié et basé sur un a priori de confiance pour les petits dégâts

Le mode de prédation calculé sur l'ensemble des attaques d'ours dans le massif pyrénéen français entre 1996 et 2005 donnant comme résultat : 87% d'attaques avec 1 ou 2 victimes [Sur la zone du parc national des Pyrénées, taux comparable : 1,61 victimes par attaque, avec un recul de 30 ans, de 1967 à 1995] (en regard de 0,5% pour les attaques à plus de 10 victimes), il est significatif de gérer spécifiquement ce

Une méthode d'expertise pour les gros dégâts avec un coefficient d'aggravation intégrant les dommages collatéraux : bêtes disparues, stress du troupeau, temps passé à la recherche et à la gestion des dégâts

Il est notable que dans les Pyrénées-Atlantiques, dès 1979, le Fonds d'intervention écopastoral (FIEP), organisme privé créé quatre ans plus tôt et en partie financé par le WWF, avait pris l'initiative, outre son action pour les héliportages puis en faveur d'une marque de fromage "Pé descaous", d'attribuer une prime de dérangement – somme forfaitaire par attaque – à chaque berger ayant subi

Un réseau d'informateurs pour le suivi effectif de toute la population ursine des Pyrénées basé sur un protocole scientifique sûr et en lien avec les provinces espagnoles

Comme nous l'avons dit, il est sans doute demandé à l' Equipe Technique Ours d'assurer un "grand écart" entre d'une part :

  • une équipe de type scientifique qui exige pour ce suivi un profil de compétences développant un protocole appuyé sur une équipe d'experts nationaux et internationaux, et d'autre part
  • une équipe opérationnelle…

Une meilleure organisation des relations entre les différents établissements et services

La pression médiatique externe peut contribuer à rendre confus ou manichéen le débat local, mais elle impose de disposer de relations rapidement coordonnées entre les gestionnaires du programme.

En régime de croisière, les actions intentionnelles de ces gestionnaires, pour le compte de l'Etat, doivent être lisibles, transparentes et cohérentes par rapport à l'objectif de maintien

Information de proximité quant aux déplacements d'ours à problèmes

Une information de proximité quant aux déplacements d'ours à problèmes à l'égard des professionnels de la filière ovine, des responsables de collectivités territoriales et, seulement si nécessaire, du public – lorsque les ours sont eux-mêmes discrets, la discrétion s'impose en évitant toute "peopolisation" des réintroductions, déplacements et autres données.

La demande de "transparence…

Le cas de Françka et la nécessaire modification du "protocole d'intervention sur un ours à problèmes" pour qu'il puisse traiter en temps réel des ours "qui posent des problèmes"

Dans la continuité de ce qu'elle avait écrit en 2005, notre mission considère que le renforcement du nombre d'ours n'est recevable par les populations locales que si un engagement réciproque est pris de retirer les ours posant des problèmes, et notamment ceux qui perdent leur réaction normale qui consiste à éviter les hommes et, devenant "accoutumés", ne les fuient plus, voire se révèlent familiers. Il ne f

L'analyse détaillée du protocole et ses points de faiblesse, dont la gestion en temps réel des effarouchements

Le "protocole d'intervention sur un ours à problèmes" tentant de définir les comportements "atypiques" n'identifie que trois situations permettant un effarouchement pour un conditionnement aversif :

De plus, le point 3.1.2. du protocole n'envisage la recherche active de l'animal pour être effarouché que dans le premier cas.

Quant au troisième cas, sachant le nombre et la dispersion des tr