Du Comité Ecologique Ariégeois à Augustin Bonrepaux

Communiqué de "Les VERTS-Ariège" et du "Comité Ecologique Ariégeois" 

Augustin Bonrepaux, président du Conseil Général a tout à fait le droit d'être hostile au plan de renforcement de la population d'ours dans les Pyrénées, mais, en boycottant le Groupe National Ours, il a pris une fois de plus en otage la démocratie, car toute la population ne partage pas son antipathie envers les ours.

C'était son devoir d'y participer pour faire part des opinions de tous les Ariégeois.

Les « pro-ours » sont  peints comme des écologistes intégristes, anti-chasse et anti-élevage, souhaitant vider les montagnes de leurs habitants, alors qu'ils ne demandent qu'à faire cohabiter  Nature et activités humaines, qui ne devraient pas être considérées comme antagonistes.

Augustin Bonrepaux affirme que le bilan des premières réintroductions est défavorable alors que, en réalité, les ours slovènes se sont extrêmement bien adaptés et qu'ils se reproduisent plutôt  bien.

Augustin Bonrepaux dit aussi que l'élevage a eu à souffrir de prédations. Cela est vrai, Il existe pourtant des mesures efficaces ( emplois de bergers, formations pour l’utilisation des chiens patous, etc) qui non seulement font baisser le nombre d'attaques, mais qui revitalisent aussi formidablement bien les estives et le monde pastoral.

Le Président du Conseil Général sait-il que le nombre d'attaques sur les troupeaux a baissé de moitié par rapport à l'année dernière (152 brebis tuées en 2008 contre 318 en 2007). Et combien tuées par les chiens errants ? 

Augustin Bonrepaux insistera sûrement sur le fait que l'Ariège est le département le plus "touché" par les prédations des ours; mais ses actions visant à inciter des éleveurs à ne pas protéger leurs troupeaux sont peut-être en partie responsable de ces résultats ?

Augustin Bonrepaux aurait dû cette année, au lieu de donner 10000€ de notre argent public à l'ASPAP (association luttant contre l'ours), verser cette somme à une association pour la cohabitation pastorale qui aurait employé des bergers au lieu de souiller les routes de notre département et d'organiser des "Pastoralies" inutiles au Plateau de Beille, où notre patrimoine local (chien de protection montagne des pyrénées) était remplacé par le patrimoine finlandais ( chien d'ours de Carélie, dégustation de pâté d'ours... )

Augustin Bonrepaux souligne la dangerosité des collisions entre ours et véhicules. Et il a raison! En effet la RN 20 n'est pas du tout sécurisée et la faune sauvage (1 ours percuté pour des dizaines de sangliers et de cerfs) ne dispose pas de passages adaptés. L’Etat doit  prendre ses responsabilités car la sécurité des personnes est  en cause, tout comme la survie des ours circulant comme n'importe quel autre animal sur leur territoire.

Le Président du Conseil Général affirme que la présence de l'ours est un frein au tourisme. Cela n'est pas du tout avéré : l'ours brun fuit l'homme et n'attaque que s'il est agressé ou si ses petits sont en danger. Les touristes doivent être plus amplement informés et le Conseil Général peut tout à fait jouer le jeu de l’éco-tourisme en bénéficiant de la très grande popularité de l’ours auprès de la majorité des Français qui voient en l’ours le symbole des Pyrénées ( sondage IFOP de Juillet 2008 ).

Enfin, la crise et la notion de gaspillage de fonds publics sont évoqués. D'une part, il faut rappeler le coût "minime" du plan de renforcement qui a représenté  en 2007 à peine 0.008 % du Budget de l'Etat !!! En 2007 les crédits à l'agriculture en France totalisaient, quant à eux, plus de 30 Milliards d'euros. 

On peut donc continuer à faire un petit effort pour empêcher la disparition de ce mammifère emblématique de notre biodiversité .Cela bénéficiera au monde pastoral Pyrénéen qui aura de plus en plus besoin de bergers et de présence humaine sur les estives.

Pour conclure nous dirons que ce boycott  du Groupe National Ours nous parait tout à fait irresponsable car il accentue encore davantage des tensions inutiles.

Gageons que la raison l'emportera et qu'Augustin Bonrepaux tiendra compte de nos remarques en représentant l'Ariège au Groupe National Ours du mois de Mai.

Comité Écologique Ariégeois
Lasquères 09420 RIMONT
Tél. : 05 61 96 30 93
Mel : [email protected]
Internet : http://www.montagne-protection.org

Les Verts Ariège (09)
8 av. de Sibian, 09000 FOIX

 

Commentaires