La biodiversité menacée par le report des dates de fermeture de la chasse des oiseaux sauvages

 

 

Après les arrêtés ministériels du 19 janvier 2009 fixant les dates de fermeture de la chasse des oiseaux sauvages, les associations de protection de la nature publient une déclaration commune et vous invite à participer à une cyberaction.

Les associations de protection de la nature signataires dénoncent les arrêtés du 19 janvier 2009 qui prolongent la chasse aux oiseaux d'eau et oiseaux migrateurs d'une durée pouvant aller jusqu'à dix jours supplémentaires par rapport aux dates antérieures de fermeture.

Cet allongement constitue de la part des pouvoirs publics une violation flagrante de toutes leurs récentes déclarations concernant la conservation de la diversité biologique.

Il illustre en outre un mépris manifeste de la directive européenne du 2 avril 1979 qui interdit la chasse des oiseaux, lors de leur période de reproduction qui commence avec la migration vers les territoires de reproduction.

Le mouvement associatif exprime son exaspération envers les privilèges incessants accordés au monde de la chasse française, représentant moins de 2 % des citoyens de ce pays, qui n'a de cesse de s'approprier la faune sauvage, patrimoine commun, pour le seul plaisir de la détruire. Après les nouveaux avantages qui viennent de leur être consentis par les parlementaires (loi du 31 décembre 2008 pour l'amélioration et la simplification du droit de la chasse), les chasseurs exigent aujourd'hui du Gouvernement et obtiennent le droit de tuer des oiseaux sauvages affaiblis par une longue période hivernale et s'apprêtant à se reproduire.

Comme les associations signataires demandez :

  • que le cycle biologique des oiseaux migrateurs soit respecté et qu'enfin on cesse de les chasser en période de migration prénuptiale ou d'accouplement ; 
  • qu'enfin la France respecte ses engagements internationaux en matière de conservation de la biodiversité et en tout premier qu'elle applique intégralement et sincèrement la directive européenne 79/409 CEE, dite «Directive Oiseaux», que notre pays contourne depuis 1979 afin de contenter une fraction de la population : les chasseurs ; 
  • que les espèces en mauvais état de conservation soient immédiatement retirées de la liste des espèces chassables.

Les associations signataires apportent leur soutien et s'associent aux recours déposés par l'Association pour la protection des animaux sauvages et la Ligue pour la protection des oiseaux auprès du Conseil d'État contre ces arrêtés inadmissibles.

Nous vous invitons à rejoindre les associations qui ont déjà signé la protestation commune contre les scandaleuses dates de fermeture et d'ouverture de la chasse aux oiseaux d'eau et aux oiseaux migrateurs telles qu'elles viennent d'être concédées aux chasseurs français.

Nous vous proposons le texte joint à ce message afin de :

  1. Manifester notre désapprobation de ces nouvelles concessions gouvernementales aux chasseurs d'oiseaux de ce pays.
  2. Démontrer notre capacité à nous fédérer et nous unir pour une action commune en faveur de la biodiversité.
  3. Montrer notre confiance dans les conclusions du seul rapport scientifique réellement indépendant (rapport Lefeuvre) et qui restreint, pour des raisons biologiques scientifiquement établies, la chasse dans les limites de la Directive Oiseaux 79/409, qui l'interdit pendant la reproduction des oiseaux (migration prénuptiale, parades, nidification, élevage et jusqu'à l'autonomie des jeunes). 
  4. exprimer notre soutien à l'ASPAS et à la LPO qui ont saisi le Conseil d'Etat.

Nous vous proposons :

  1. d'exprimer votre adhésion à la déclaration commune en pièce jointe en envoyant votre signature à l'adresse de l'ASPAS qui 

 

centralise les signatures. Le retour de votre éventuel soutien devra parvenir à l'adresse ci-dessus avant jeudi, c'est à dire avant que le Conseil d'État n'étudie le référé.

  • de transférer ce message à d'autres associations afin qu'elles se joignent à notre action.

L'audience en référé au Conseil d'Etat aura lieu vendredi. Nous diffuserons un communiqué de presse jeudi annonçant notre déclaration commune. Envoyez votre signature à l'adresse indiquée dès maintenant ! Nous devons nous retrouver le plus nombreux possible sur cette action. La LPO soutient sans réserve notre initiative spontanée qui veut marquer le réveil des associations locales et régionales de protection de la nature.

Merci de nous rejoindre !

Patrick Janin
Richard Blackbourn
Pierre Athanaze

 

Commentaires