Quelques ours disparus

L'ours Dominique

Olivier de Marliave a écrit dans son "Trésor de la mythologie pyrénéenne" :  "…en Béarn, l'ours Dominique a été chanté dans un véritable récit épique après que cette bête de 350 kilos ait été tuée en juin 1844 par un chasseur de Bielle-en-Ossau. L'animal fut conduit jusqu'à Pau, attaché debout dans un charrette, un tricorne sur la tête et un sac de soldat passé en bandoulière ! Les Ossalois avaient même composé un faire-part de deui l: "…Adiou probe Doninic, décédat en sa métairie de l'Estibère lou 7 juhn 1848 à l'atgé de'envirou 30 ans. Regretat de tout sous parents, amics et counéchences… "
Il semble bien que l'ours Dominique fut bien tué en 1848 par Jean Loustau et pas en 1844. L'ours Dominique était un ours énorme, ce qui permettait de le différencier des autres. 


L'ours Gaspard

Quelques années plus tard, le même Jean Loustau tue l'ours Gaspard qui passe pour être le plus gros ours des Pyrénées de tous les temps, huit quintaux, paraît-il. (400 kg). Les ours slovènes, malgré les dire, sont bien maigrelets à côté de ces "monstres" autochtones !

L'ourse Juliette

L'Ourse Juliette était la compagne fidèle de l'ours Papillon. Dans "Le pays des forêts dans ours", Stéphan Carbonnaux raconte : "Après la mort pour le moins curieuse de l'ourse Juliette en 1983 sur le territoire de la commune d'Etsaut (elle fut officiellement tuée après une chute, mais aucune autopsie ne fut diligentée, alors que ce fut le cas pour un ours mort de la même cause, en vallée d'Arrens en 1975), et la disparition de l'ourse Lagaffe, les Pyrénées ne comptaient plus que deux femelles."

L'Ours Medved

Septembre 2000 : Pyros se trouve entre Hautes-Pyrénées et Haute-Garonne. Ziva prolonge son séjour sur le versant espagnol des Pyrénées dans le Pallars-Sobira. Les opposants croyaient qu'un ours slovène (ce ne pouvait être que cela) semait la panique dans les estives ! Ils avaient tort ! Le subadulte qui a le plus défrayé la chronique en attaquant des brebis en mai vers Luz Saint-Sauveur est aux portes du Béarn, il s'appelle Néré et c'est un fils de Ziva. 

En Ariège un subadulte de Mellba issue de la même portée se trouve entre Seix et Bonac-Irazein, il s'agirait de l'ourse Caramelles. Enfin les deux compères qui déchaînèrent les passions au dessus d'Orlu ou vers la haute vallée de l'Aude sont tous deux des fils de Pyros mais deux mères différentes. Il y a Boutxy le subadulte de Mellba (équipé d'un émetteur depuis septembre 99) et un autre rejeton de Ziva qui se trouve aux franges des Pyrénées-Orientales et qu'à l'époque on avait baptisé Medved du nom de la forêt où il fut conçu en Slovénie.


Sources : Pays de l'Ours et Originepyrenees.
Commentaires