Ebauche de synthèse du discours magistral de Chantal Jouanno

Ebauche de synthèse d’un discours magistral

Par Marc LAFFONT

Extraits du discours de Chantal Jouanno

« L’écologie n’est pas une affaire de spécialistes, l’écologie est un sujet de société, une vision de l’avenir. C’est donc naturellement avec le comité de massif qu’il faut d’abord en parler.

On met beaucoup moins en avant le fait que le capital économique repose pour partie sur ce patrimoine écologique, principalement produit par l’exploitation agricole de la montagne.

Les milieux ouverts et riches de biodiversité se maintiennent grâce aux éleveurs.

Et c’est tellement stupide de dire que la nature ne doit rien à l’homme comme de penser que l’homme ne doit rien à la nature. La diversité biologique des Pyrénées résulte évidement de la qualité naturelle des espaces montagnards et des activités humaines qui s’y exercent :

  • Sans pastoralisme, pas de milieux ouverts, donc pas d’asters des Pyrénées par exemple;
  • Sans activité forestière, des territoires en déshérence.

C’est une exception que vous devez à la géographie et surtout aux hommes.

Alors, évidemment, ces sujets ne peuvent être traités par des instances purement naturalistes. C’est à vous, Comité de massif, de le faire.

Sans les chasseurs, qui plaiderait la cause du grand tétras quand les coupes forestières se discutent dans un Conseil Municipal ?

Alors, parlons du sujet qui malheureusement focalise le débat. Parlons du sujet qui le rétrécit : l’ours brun.

L’objectif qui doit être poursuivi est de conserver une population viable, c'est-à-dire qui se reproduit naturellement sans besoin d’introduction. Nous surveillerons l’évolution annuelle de la population d’ours. Ni plus, ni moins. Donc, pas de politique de réintroduction. Et si la population décroît, nous envisagerons alors des réintroductions.

Autre point important, il y a trop de débat sur le retrait de certains ours à problème. Alors, mettons nous d’accord, je vous propose au sein du comité de massif de revoir la définition de ce qu’est un «ours à problème» et de renforcer l’efficacité de notre dispositif de retrait.

Puisque aucun sujet ne doit être évacué, continuons sur le vautour.

Cette espèce inquiète les éleveurs. Non seulement, les vautours sont en bon état de conservation, mais la modification de la réglementation sur l’équarrissage les a incités à passer la frontière. J’ai demandé au parc national des Pyrénées non seulement de suivre ces oiseaux, mais aussi d’expérimenter l’indemnisation des dégâts et des tirs d’effarouchement. Ces oiseaux nécessitent une gestion transfrontalière et peuvent faire l’objet d’un tourisme de vision mais ils ne doivent pas mettre en péril le pastoralisme dont la montagne pyrénéenne a tant besoin.

Nous avons une responsabilité, l'homme n'a pas à choisir les espèces qu'il protège mais il doit déterminer quels équilibres il souhaite atteindre. Ces équilibres ne sont pas un choix scientifique, c’est un choix politique. »

Extraits du discours de Chantal Jouanno devant le Comité de Massif, 26 juillet 2010, à Toulouse

Marc LAFFONT : Que rajouter après un tel florilège qui frise de peu la perfection ?

L’écologie, c’est donc avant tout une affaire de non spécialistes.

Et c’est normal : quand vous êtes malades vous ne faites pas appel à un médecin, pour construire une maison, on ne fait pas appel à un architecte. Donc pour faire de l’écologie, on n’a pas besoin du point de vue des écologues et des naturalistes. Rien à redire.


Les montagnes européennes qui ne connaissent pas la sursubventionnite agricole aiguë n’ont pas de patrimoine écologique, et par ricochet, pas de capital économique non plus.

A commencer par l’activité ski, dont les pistes ne peuvent être entretenues que par des moutons.
D’ailleurs un pays comme l’Autriche, 250 000 ovins, soit moins de la moitié de ce qu’on retrouve dans les seules Pyrénées françaises, en souffre particulièrement : pas de stations de ski, pas de tourisme neige, peu de skieurs et très peu de champions de ski. Voilà un pays qui aurait tout pour accumuler les médailles en grands championnats, et qui se prive de cette possibilité par manque de brebis. C’est quand même ballot !

L’introduction du mouton a créé la biodiversité pyrénéenne.

Avant, il n’y avait rien. Nada, peau de balle, walou, keutchi : l’Aster des Pyrénées n’est apparu dans ces montagnes qu’après l’arrivée du mouton. Sans lui «pas de milieux ouverts, donc pas d’asters des Pyrénées». Et il en est de même pour toutes les espèces patrimoniales «dont on devrait parler beaucoup plus».

Je ne sais si les espèces actuelles doivent leur existence à Dieu ou à l’Evolution de Dame Nature. Mais il faut reconnaître objectivement que l’un comme l’autre sont deux incompétents notoires. Car aucun de ces deux là n’avait pensé à mettre le mouflon, ancêtre du mouton avant domestication, dans les Pyrénées. Celles-ci sont en conséquence trop longtemps restées vides de biodiversité.

Grâce soit rendue à ceux qui ont introduit cet indispensable ruminant : en quelques millénaires, on est passé du degré zéro de la biodiversité (pas de moutons) à la référence mondiale absolue («je ne vous apprends rien en vous disant que vos Pyrénées sont exceptionnellement riches en biodiversité. C’est exceptionnel en Europe. C’est exceptionnel dans le monde. C’est une exception que vous devez à la géographie et surtout aux hommes.»)

Seules les forêts gérées et exploitées par l’homme sont réellement dignes d’intérêt.

Sinon, on risque la «déshérence». D’ailleurs, si les forêts primaires ont complètement disparu d’Europe de l’Ouest, c’est bien qu’elles ne servaient à rien. Nous sommes des gens civilisés, quand même, pas des obscurantistes qui veulent retourner au temps de la forêt gauloise. Surtout ne perdez pas de vue que tout ça, c’est un peu grâce à la géographie, et beaucoup grâce à l’Homme. Et pas du tout à cause du climat. C’est donc pas bien grave si celui-ci change. D’ailleurs à ce sujet, on a pris une série d’absence de mesures qui vont dans ce sens. On ne va quand même pas gaspiller de l’argent pour ce qui n’est qu’un concept émanant des visées hégémoniques verdâtres, et qui n’apporte rien au patrimoine écologique. Ni, par voie de conséquence, au capital économique. Tandis que le mouton divagant…

Évidemment, on ne pouvait pas parler de création/protection de la biodiversité sans évoquer le rôle prépondérant des chasseurs, véritables gardiens du temple de la biodiversité. Sans leur intense activité depuis 150 ans, combien resterait-il de Grand Tétras en France ? Et de Gélinotte des bois ? Et de Bouquetin ibérique ? …

Même à contre cœur, on ne peut pas faire l’impasse sur le sujet qui «rétrécit le débat sur la biodiversité : l’ours brun».

Contrairement à une idée (trop) répandue chez les (heureusement très) minoritaires écologistes intégristes, qui voudraient s’accaparer exclusivement le sujet de la biodiversité (normal, pour des talibans verts), une population viable est une population qui se reproduit naturellement. Le nombre importe peu. Sachez le, messieurs les ayatollahs de l’écologie…

On passera rapidement sur la question que la procréation assistée chez l’homme (qui n’est pas viable), pour se consacrer directement à l’essentiel : un mâle et une femelle ours sont suffisants pour assurer la viabilité d’une population. Du moment qu’ils n’ont pas besoin d’assistance pour se reproduire. Attention, il faut rester dans le naturel…

Avec une estimation basse de 17 ours, les Pyrénées françaises possèdent donc, a minima, 8 fois la population requise pour assurer la viabilité de l’espèce. Il convient de le préciser aux quelques extrémistes qui seraient tentés de porter le problème au niveau européen : pourquoi l’Union Européenne sanctionnerait-elle la France, alors que celle-ci dépasse de 700 % les impératifs de bon état de conservation de population ursine qui lui sont demandés ?

Le sujet a été mûrement réfléchi. Tous les cas de figure ont été anticipés, y compris celui qui a le moins de chance de survenir : Que l’effectif vienne à baisser pour raison humaine. J’admets que cette hypothèse est assez improbable. Toutes les précautions sont prises depuis longtemps pour éviter les bavures lors de chasse en battue. Et le braconnage d’espèces protégées ne fait absolument pas partie de l’identité nationale française. Comme la xénophobie, d’ailleurs.

Et les faits sont là : aucune disparition d’ours du fait de l’homme n’est à déplorer dans les Pyrénées depuis bientôt 30 ans qu’il y est (excessivement bien) protégé. Ceux qui sont relatés dans la littérature écologiste relèvent uniquement du fantasme de leurs propagateurs.

Le simple fait d’avoir, malgré tout, anticipé la quasi-impossible régression de la population d’ours du fait de l’Homme atteste du sérieux et de la crédibilité de ce plan. Si besoin en était, bien sûr. Mais besoin n’en était pas, sauf pour quelques grincheux sectaires.

Seul l‘ours est à problème


Jamais l’homme, et encore moins l’éleveur (pluri-subventionné) pluri-actif. C’est la raison pour laquelle il convenait de rénover le vieillissant et trop laxiste concept d’ours à problèmes. Ne pouvant tout dévoiler tout de suite, la Secrétaire d’Etat est restée évasive sur la définition exacte de ce concept, mais je pense être en mesure de préciser cette notion : Sera considéré comme ours à problème tout animal consommant de la viande. Cette définition, à la fois simple et équilibrée, devrait fédérer autour d’elle la totalité des positionnements modérés et s’imposer naturellement. Nous sommes particulièrement attentifs au caractère naturel et fédérateur de chaque décision. Notons que cette définition pourrait également s’appliquer au vautour, (saleté de bestiole) problème abordé ci-dessous.

Le vautour, une seule espèce en tout

Les biologistes et autres naturalistes, par trop imprégnés de sectarisme, ont une (fasciste) fâcheuse tendance à compliquer les choses inutilement. Pourquoi parler de vautour fauve, vautour percnoptère, gypaète barbu, voire vautour moine ? Cela n’aboutit qu’à une classification trop complexe qui se traduit par un excès de protection, cher aux khmers verts, et néfaste à la constitution du «capital économique principalement produit par l’exploitation agricole de la montagne». Alors qu’il suffit d’employer le terme générique «vautour» pour toutes ces espèces, et la situation est tout de suite assainie et simplifiée :  «les vautours sont en bon état de conservation».

Ils pourraient donc supporter sans problèmes quelques tirs (de régulation) «d’effarouchement». De même l’activation rapide d’un programme de (racolage électoral) «d’indemnisation des dégâts» était nécessaire pour une profession qui, rappelons le, ne touche que quatre fois plus de subventions qu’elle ne génère de revenu. Ratio qui, toute personne modérée en conviendra, est à la fois particulièrement faible et porteur d’espérance sur la viabilité économique des exploitations (une fois la montagne débarrassée des gêneurs : ours, vautours, loups et bobos-écolos justes bons à payer des impôts et à se taire) une fois « la proposition de cette stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité » validée.

Le tourisme de vision, un concept à rénover

A l’instar de la viabilité d’une population ursine, un tourisme de vision basé sur le vautour n’a pas besoin d’effectifs exagérément pléthoriques et susceptibles de «mettre en péril le pastoralisme dont la montagne pyrénéenne a tant besoin». En effet, la conservation de 2, peut être 3, couples de vautour fauve, respectueusement protégés et abrités par une gigantesque volière de quelques m3 s’avèrerait amplement suffisante.

Avantage conséquent par rapport à l’ours, l’espérance de vie de ces animaux en captivité en semi-liberté est telle que la reproduction naturelle n’est pratiquement pas nécessaire pour atteindre l’objectif visé de tourisme de vision. Et ce, pour plusieurs décennies. Bel exemple de concrétisation d’un développement durable «exceptionnel en Europe et dans le Monde».

Au moment de conclure cette modeste analyse d’un si magistral discours, il me vient à l’esprit une citation aux antipodes de la hauteur de vue précitée, et dont la médiocrité tranche singulièrement avec l’aspect visionnaire de cette séance du Comité des massifs du 26 juillet 2010 :

« Le respect de l’homme par l’homme ne peut pas trouver son fondement dans certaines dignités particulières que l’humanité s’attribuerait en propre, car, alors, une fraction de l’humanité pourra toujours décider qu’elle incarne ces dignités de manière plus éminente que d’autres. L’homme, commençant par respecter toutes les formes de vie en dehors de la sienne, se mettrait à l’abri du risque de ne pas respecter toutes les formes de vie au sein de l’humanité même. »

On reste sans voix devant le niveau de stupidité émanant de cette phrase énoncée par le non moins médiocre Claude Lévi-Strauss. Qui pourrait croire, par exemple, que, ce qui arrive aux ours aujourd’hui, finira par arriver dans quelques décennies, voire moins, aux activités pastorales en mal structurel de rentabilité ? A part les droits-de-l’hommistes et les bobos-écolos des beaux quartiers, je ne vois pas grand monde.

Quelle mouche avait bien pu piquer Notre Président pour qu’il s’abaisse à voir en ce monsieur le jour de sa mort un «humaniste infatigable, toujours en quête de nouveaux savoirs, homme libre de tout sectarisme et de tout endoctrinement» ?

Heureusement, ce n’était là que mots convenus de bien-pensance circonstancielle, bien pardonnables.
Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes jugés sur nos actes et non sur nos paroles. Nous ne devons donc aucunement tenir rigueur à notre petit timonier pour cet accès de faiblesse verbal.

Des décisions concrètes et visionnaires, à l’instar de celles qui découleront de ce Comité des massifs du 26 juillet 2010, sont là pour redonner ses lettres de noblesse au courage politique.

Marc Laffont

Commentaires