Ours des Pyrénées : résultats préliminaires d'analyses génétiques

Une information de l'ONCFS diffusée au réseau ours brun

L'ourse Pollen était la mère de l'ourson retrouvé mort

Les résultats d’analyses génétiques réalisées spécifiquement à la suite de la découverte du cadavre d’un ourson de l’année, le 12 juillet dernier, sur la commune de St Lary (09). 21 échantillons récoltés dans ce même secteur (commune de St Lary (09) et Boutx (31)) et sur cette même période (entre les 08 et 19 juillet 2011) ont été analysés à cet effet.

Les résultats indiquent clairement que l’ourson est descendant de l’ourse Pollen (fille de Hvala née en 2007) et de l’ours Pyros.

L’ourson est génotypé :

  • à 2 reprises avec sa mère dans le cadre du suivi routinier (poils récoltés sur appât térébenthine les 8 et 13 juillet et estimés de quelques jours) et
  • 1 fois à partir de sa dépouille.

A noter qu’un échantillon de poils de Pollen daté du 18 juillet est relié à des photos d’un ours seul et que la mort de l’ourson est estimée entre le 11 et le 12 juillet. Cela confirme que Pollen n’avait probablement qu’un seul ourson, ce qui n’est pas anormal pour une première portée.

Pas encore de certitude sur la mère des trois oursons nés en début d'année 2011

Par ailleurs, quelques échantillons mettent en évidence la présence de l’ourse Hvala dans le même secteur et sur cette même période. Si ces derniers nous permettent de confirmer que cette femelle est toujours vivante, aucun autre génotype ne nous permet d’affirmer qu’elle soit suitée. Nous aurons probablement plus d’information en janvier 2012, au travers de la prochaine session d’analyses génétiques qui vient juste de partir au laboratoire.

Des analyses non concluantes

Concernant la première session d’analyses réalisées ce printemps (échantillons de fin 2010 et début 2011), nous vous ferons parvenir ses résultats en même temps que ceux de la dernière session. En effet, certains échantillons doivent faire l’objet d’analyses complémentaires. Une synthèse annuelle sera ainsi réalisée.

D ‘après Alain reynes, directeur de l’association Paysdelours-ADET : "Ils vont repasser les mêmes échantillons lors de la prochaine séance d’analyse génétique. C'est assez courant, soit parce que la 1ère analyse n'a rien donné, soit parce que le taux de fiabilité est trop faible pour considérer le résultat comme fiable."

Commentaires