Augustin Bonrepaux mis en examen

Bonrepaux n'a pas fini de fréquenter le palais (de justice)

" Désireux d’améliorer la notoriété de l’Ariège bien au-delà de ses frontières et du Grand Sud-Ouest, le Conseil Général recrute...(*)"

par Michel-Stanislas Naudy

Augustin Bonrepaux emmené par la gendarmerie à Arbas
Augustin Bonrepaux emmené par la gendarmerie à Arbas

ARIEGE - Dix-huit mois, il a fallu dix huit mois pour que l’enquête publiée en février 2011 dans le numéro 14 du Kanal, le journal du Cercle Lakanal, trouve une traduction judiciaire conforme à nos révélations...

Augustin Bonrepaux, président socialiste du Conseil Général de L’Ariège vient d’être mis en examen !

Résumons l’affaire : à force de patience et de ténacité, nous révélions que Bonrepaux et son ami Christian Loubet (lui aussi mis en examen cette semaine) avaient couvert dans le cadre de la communauté des communes des vallées d’Ax (CCVA) ce qui ressemblait fort à une prise illégale d’intérêt. En effet, en juillet 2008 l’entreprise de conseil CRP Consulting se voyait octroyer un marché de plus de 60.000 euros pour la rénovation d’une maison de retraite. Détail gênant : le dirigeant de cette entreprise n’était autre que Pierre Peyronne, le maire d’Ax-les-Thermes membre, comme ses deux amis, du bureau de la même communauté de communes... Autrement dit : les élus socialistes votaient des crédits publics à une entreprise dirigée par l’un d’eux pour une rénovation qui d’ailleurs ne serait jamais entreprise.

En dépit de la dissimulation de la plupart des dossiers, des menacesphysiques, de la « couverture » de l’opération par la préfecture de l’Ariège, des injures publiques proférées par les dirigeants socialistes contre des « opportunistes dangereux pour la démocratie » (Bonrepaux dixit) nous avons si bien persisté que le procureur de la République a fini par transmettre le dossier à Toulouse  où un juge d’Instruction a été saisi de l’affaire. Ce dernier, Philippe Guichard, après avoir conféré le statut de témoins assistés aux membres de notre joyeuse bande a confié l’enquête au SRPJ de Toulouse qui a trouvé suffisamment d’éléments troubles pour permettre au magistrat de procéder aux mises en examen en milieu de semaine.

BonrepauxCertes, une mise en examen de vaut pas culpabilité. Elle indique cependant que notre enquête n’avait rien de fantaisiste et reposait sur les indices les plus sérieux.

De la même manière c’est avec le plus grand intérêt et toujours aussi patiemment que nous attendons les suites de l’affaire du CAPI dans laquelle le même Bonrepaux semble avoir joué un rôle éminent, autre dossier succulent dont nous avons saisi le procureur de Foix et qui a été transmis à la cour régionale des comptes.

Etrangement, depuis nos révélations, le maire d’Ax-les-Thermes a quitté la direction de sa petite entreprise et le CAPI s’est sabordé. Le hasard, sans doute au moment même où s’ouvre le congrès du PS de Toulouse et où l’on ne manquera pas de croiser le président du Sénat que ce remue-ménage sur ses terres d’élections doit préoccuper quelque peu. Non ?

Michel-Stanislas Naudy
Président du Cercle Lakanal

Lire

Dont les épisodes ...

  1. Tintin et les piqueuros
  2. Tintin et les piqueuros, ce n'est qu'un début 
  3. Tintin et les Piqueuros 3 : Nouveaux points, coups de poing
  4. Tintin et les piqueuros 4 : Boîte à miracles ou boîte à malices ?
  5. Tintin : Objectif thune !
  6. Ariège : La peur et l'allégeance

AriègeNews : Trois mises en examen dans le cadre du dossier des marchés attribués au CRP Consulting

Mercredi soir, Augustin Bonrepaux, président du Syndicat mixte départemental de l’eau et de l’assainissement, et Christian Loubet, président de la Communauté de communes des Vallées d’Ax, ont été mis en examen dans le cadre des deux dossiers de marchés publics passés entre le SMDEA et le CRP d’une part, et entre la CCVA et le même CRP d’autre part.

Lire la suite sur AriègeNews, à la rubrique fait divers/Justice, pas à la une, ils n'ont pas osé...

 (*) le texte original du Communiqué de presse du conseil Général de l'Ariège commençait par : "Désireux d’améliorer la notoriété de l’Ariège bien au-delà de ses frontières et du Grand Sud-Ouest, le Conseil général de l’Ariège avait annoncé en début d’année sa volonté de s’adjoindre les compétences d’une agence spécialisée dans l’accompagnement et la conduite d’opérations de relations publiques et de relations avec les médias, à Paris mais aussi en région.

Commentaires