Loups Vosgiens : Prémices des « Carnages » à venir !

Par Jean-Luc Valérie

Carcasse
Opinion - Force est de constater à l’écoute des nombreux intervenants, présents le 8 Mars 2013, à La Bresse, que la totale impréparation du massif et des éleveurs au retour du loup, va engendrer, c’est à craindre, une inquiétude grandissante et des niveaux de prédations, localement, insupportables. Le monde paysan est dans l’attente. Du pire, même s’il n’est jamais sûr !

Il se dit déjà que ceux qui ne sont pas préparés vont subir les plus forts taux de prélèvements. Il est tout aussi évident que ceux qui seront préparés vont repousser le loup vers ceux qui ne le seront pas ! Tout le monde semble l’avoir compris. Ce fut déjà le cas en 2012, la disparition d’un bovin, à ce titre, a été évoquée, sans qu’il soit possible d’en déterminer la cause.

Dans cette ambiance brumeuse qui caractérise parfois les Vosges, sous le climat d’une guerre larvée entre Directions départementales ou régionales concernées, ne communiquant pas toutes les informations nécessaires et au bon moment, à l’écoute d’abondants témoignages, il faut se poser la question suivante : Quelle est la politique engagée, en matière de gestion du retour des grands prédateurs en Lorraine ?

La réponse des éleveurs est la suivante : Il semble, déjà, que les chasseurs contestent la présence du Patou qui disperserait le gibier ! J.Y. Poirot a déjà du déposer deux plaintes pour « destruction de clôture ». Bien entendu, le loup est seul responsable de cet état de fait (dispersion du gibier), c’est le premier constat de la présence du canidé, bien que cette dispersion amène aussi à des regroupements ! Le chasseur cherchant, au contraire, à stabiliser la présence des hardes et compagnies sur un territoire connu.

Pas de Loup, Pas de Chien !

Plus gênant, la commune de La Bresse a pris acte que les chiens de protection ne sont pas indispensables, en instituant une obligation de double clôture, contrainte supplémentaires, qui va peser sur les deux éleveurs concernés, plus directement. Alors que les résultats obtenus par le premier Patou sont plus que concluants : aucune prédation en présence du chien en 2012, sur l’îlot concerné. Aucune morsure, non plus ! Mais la logique s’inscrit à la fumée du canon : « Pas de Loup, Pas de Chien ! » est devenue la nouvelle devise de la commune.

Les coûts des aides-bergers nécessaires, pour préserver les domestiques, ne seront pas intégralement pris en charge en 2013, les 20% à la charge de l’éleveur, engagés par le Conseil général en 2012 n’étant plus possible, faute de devoir suivre les directives européennes. Il est souligné que les éco-volontaires, bénévoles, mis en place l’été dernier, ne sont pas vraiment efficaces. FERUS Vosges étant absent des débats, aucune réponse n’a été apporté à ce constat !

La gestion strictement administrative des « cercles » est une ineptie ! Les communes du cercle 1 concernent les zones de présence régulière des meutes, mais chacun sait qu’il n’y a pas de meute sur le massif vosgien. Le contrat porte sur 5 ans, c’est dire que nous en parlerons, plus tard.

Les communes du cercle 2 correspondent aux zones limitrophes au cercle 1 ou aux zones de présence non régulière du loup. Les mesures portent sur une durée d’un an, la liste des communes est publiée chaque année. Exemple : en 2012, le loup n’a jamais prélevé à Ventron, alors qu’en 2011, les premières prédations ont eu lieu sur cette commune.

Une des solutions nécessaires à l’adaptation de l’élevage, à la présence du loup, est bien le défrichage ! Il est souhaitable que des surfaces, bien placées (hors lisières forestières, par exemple) soient organisées afin de mettre en protection les lots de bêtes. La mobilité est donc un impératif. Le loup, lui aussi est mobile et ses déplacements ne sont pas aléatoires ! Il est relevé, que ces débroussaillages ne doivent pas s’inscrire dans le coût des Baux, puisque cela engendrerait des coûts de gestion supplémentaire.

Autre difficulté qui va de paire, l’évacuation des déchets ! Briquette ou pellet, entretien des sols, il y a certainement moyen de valoriser les sous produits du bois en Vosges !

Autres soucis notoires, s’il en est, l’urbanisation galopante des prairies de plaine, localement, devient une contrainte forte sur l’élevage. En résumé, on a poussé l’éleveur vers le loup, tout en excluant toute forme d’anticipation dans la gestion de son retour. Est-ce bien raisonnable ? Est-ce bien responsable ? Est-ce bien acceptable ?

Concernant la rehausse de clôture expérimentée sur une petite parcelle et quasiment imposée sur une plus grande (je ne donnerai pas de détails), il est relevé que les produits fournis sont de mauvaises qualités, budgets restreints obligent, que cette rehausse demande un temps de main d’œuvre trop important, pour preuve, à ce jour, après 5 jours de travail, sur un seul parc, il reste encore les ¾ des piquets à traiter! Il ne sera pas traité dans les temps, faute de moyens humains. Un mois avant l’ouverture des « estives vosgiennes ».  De l’avis général, ce type de mise en protection élevé à 1m30 est totalement inefficace ! Même les chiens de conduite, les franchissent, c’est dire du loup qui a été observé, parfois, sur des hauteurs équivalentes, qu’il n’aura, si besoin, aucune difficulté à passer l’obstacle. Il est rappelé que le loup emporte les agneaux en forêt, pour les consommer! Permettez-moi d’ajouter, parfois deux par deux ! Est-ce bien raisonnable ? Est-ce bien responsable ? Est-ce bien acceptable ?

Il est souligné que la clôture spider, en 4 ou 5 fils seraient, vraisemblablement, beaucoup plus efficace ! Je vous laisse, seul juge.

Autre alternative évoquée à la protection des troupeaux, un berger présent, qui a exercé en Suisse, a largement expliqué que l’âne, dans ses « grands modèles » est un double atout pour le troupeau. Un, il ne coûte rien, puisqu’il se contente, même, des refus des brebis, hors saison. Deux, il est totalement efficace sur les grands canidés, chiens ou loups. L’équin têtu travaillant l’animal au corps jusqu’à sa fuite. Qu’on se le dise ! Un groupe de deux ou trois bêtes, permettant éventuellement d’expérimenter une alternative au  « patou ». Mais j’entends déjà braire dans les montagnes, l’âne donne l’alerte, même de nuit et pourrait bien réveiller le touriste. Est-ce bien raisonnable ? Est-ce bien responsable ? Est-ce bien acceptable ?

Il est dit que l’impératif de transparence et d’information des éleveurs en temps réel est une mesure possible de mise en protection des troupeaux. En particulier en cas de crise. En exemple, un éleveur du massif qui a rentré ses bêtes, au bon moment, même si cela lui a coûté quelques tonnes de foins, supplémentaires.

Dernières affirmations quasi générales, pour le moins, il est dit que les techniciens de l’ONCFS ont subi de fortes pressions, localement, quant à la communication sur les évènements liée au loup, en 2012. Même les plus compétents auraient reçu la consigne de « la boucler ». Mon sentiment personnel m’inspire que cela s’est peut-être appliqué à d’autres sphères. Mais je dois certainement me tromper. N’est ce pas ! Est-ce bien raisonnable ? Est-ce bien responsable ? Est-ce bien acceptable ? Je vous laisse, seul juge.

Commentaires