La voix est libre : un débat consacré au loup

Le 19 septembre, Stéphane Le Foll annoncait des moyens renforcés dans la lutte contre le loup et d'importantes mesures d'assouplissement du plan loup, cela sans concertation. Lors de chasse en battues, les chasseurs pourront abattre plusieurs loups.

Le samedi 21 septembre à Saint-Etienne-de-Tinée (Alpes-Maritimes), des chasseurs tirent pour la première fois un loup lors d'une battue. Il s'agit d'une louve d'une trentaine de kilos.

Le Dimanche 22 septembre, rebelote: un second loup tué par des chasseurs à Beuil (Alpes-Maritimes)

Cette « intrusion » des chasseurs dans le dossier du loup soulève les passions dans les Alpes-Maritimes. C’est légal, affirme la Préfecture qui a pris un arrêté en ce sens le 20 septembre dernier pour répondre à la détresse des éleveurs. Certains écologistes parlent en revanche d’une dérèglementation totale concernant une espèce protégée.

Débat avec:

  • Sylvie CENDRE, sous-préfète chargée de mission Nice-Montagne à la Préfecture des Alpes-Maritimes
  • Bernard BAUDIN, Président de la Fédération Nationale des Chasseurs (et également Président Fédération 06)
  • Pierre ATHANAZE, Président de l’Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages). Cette association a saisi le tribunal administratif de Nice pour « exercice illégal de la chasse au loup ». Il sera en duplex de France 3 Lyon.
  • Katia BAILET, Eleveur ovin - Responsable de l'élevage Chambre d'Agriculture 06
  • Témoignage d’Annabelle Jaeger, conseillère régionale PACA Europe Ecologie Les Verts. Elle a passé cet été une semaine avec un berger dans les alpages pour mieux comprendre le point de vue des éleveurs.


Débat consacré au loup (28.09.2013 - LVEL) par La-Voix-est-libre-F3-CA

Toutes les notes de la buvette depuis le début de la chasse au loup en France.

Réaction de Patrick Leyrissoux

Un commentaire un peu tardif, il m'a fallu du temps pour le ruminer (comme les chevaux des Pyrénées, je suis un ruminant ...). Mon 1er commentaire pour la Buvette d'ailleurs. Ce débat est "énorme", remarquable par ses archétypes (je vais l'envoyer à des potes)

La filière ovine n'est pas en crise

J'ai appris avec satisfaction que la filière ovine n'est pas en crise et se porte bien. Formidable ! Les éleveurs vont donc pouvoir embaucher des bergers pour garder leurs troupeaux, comme ça tout le monde sera content, et ça fera de l'emploi dans les campagnes pour lutter contre l'exode rural.
 Ils ne veulent pas ? Eh bien puisque la filière n'a pas de difficultés financières, les subventions versées par les contribuables (nous, on est bons princes...) ne servent à rien. L'état peut les récupérer pour financer des emplois de bergers pour surveiller leurs troupeaux, et tout le monde est content.
 Bon, plaisanteries dans le meilleur des mondes mises à part, les éleveurs prennent vraiment les citoyens et contribuables pour des couillons, ou des cochons de payeurs, pour leur servir, via leur représentante, des argumentaires à 2 neurones volant au ras des pâquerettes. ça n'allait pas plus loin. Rappel géographique : les plus hauts sommets du Mercantour/Argentera se trouvent côté "montagnes plates", en Italie.

Le nombre de loups est certainement bien supérieur

Du côté de la préfète, j'ai appris que le décompte des loups de l'ONCFS était une estimation (OK) et que le nombre de loups "était certainement bien supérieur". Ah bon ? L'ONCFS est reconnu internationalement pour ses méthodes d'études du loup, et la France peut en être fière, mais apparemment la préfète a des sources plus fiables.

Je suis preneur de ses sources qu'elle n'a pas citées (scientifiques de haut niveau, et équipe en pointe mandatée par le département des Alpes maritimes ? ou des expertises "valléennes" comme du temps de l'IPHB ?).

Elle semble d'ailleurs mal informée du dossier, puisque ne sachant visiblement pas que la densité de loup n'augmente pas au fil du temps, dû à leur structure sociale. D'évidence, l'état a encore "baissé la culotte", pour avoir la paix, devant 2 des plus puissants lobbies en France, mais représentant une fraction de la population. Depuis, le tribunal de Nice a rendu son jugement, collant une magistrale gifle aux représentants de l'état qui montrent sur ce dossier, du ministre au préfet, leur incompétence notoire.

La faune sauvage, le cheptel des chasseurs

Quant au représentant des chasseurs, très propre sur lui, les chasseurs sont toujours réglos et prêts à servir, dans le monde des bisounours (ce qui a dû faire sourire Pierre Athanaze, qui doit bien connaître les pratiques de terrain, ayant bossé à l'ONCFS, et a d'ailleurs écrit un livre sur le sujet). Il aurait presque fait un sans-faute s'il n'avait commis un lapsus : "les loups créent des dégâts sur la faune sauvage", comme si les chasseurs avaient des problèmes pour exploiter un cheptel leur appartenant.

Outre une méconnaissance (voulue ?) sur le fonctionnement de la biosphère depuis le cambrien (500 Millions d'années...), ceci montre que le monde de la chasse a fait une OPA sur la faune sauvage, à leur seul profit.

Bref un bien beau festival de mauvaise foi, de langue de bois et de médiocrité, si ce n'était que Pierre Athanaze a fait une remarquable prestation, et a largement dominé le débat (ç'aurait été pour les présidentielles à 20h30 sur TF1, il aurait été élu), avec un argumentaire clair, percutant, et pertinent, connaissant parfaitement le sujet. Dommage qu'il n'ait pas cité (pas le temps peut-être) le programme Pastoraloup de Ferus, pour montrer à ceux qui "dorment dans la terre" que des écologistes n'hésitent pas à donner un coup de main et à dormir à la belle étoile (c'est plus beau que "dans la terre" qui fait un peu funèbre (mort cérébrale ?)).

Ce débat m'a amené quelques questions/remarques :


  • quelle cette histoire de 5 patous tués ou blessés par des loups ? Les 5 à la fois ? Parce que dans ce cas j'ai du mal à comprendre : une meute c'est 4 à 5 individus en moyenne, et je vois mal des animaux sauvages prendre autant de risques (un animal blessé dans la nature est très mal barré). Ou est-ce encore des bobards auxquels les éleveurs, qui se discréditent complètement (malheureusement pour ceux qui sont honnêtes et de bonne foi), nous ont habitués (cf les Pyrénées où les ours font autant de dégâts que les éléphants roses). Quelqu'un a-t-il des infos fiables ?

  • D'autre part et plus sérieusement, il est dommage qu'on ait pas beaucoup plus de remontées de terrain par les bénévoles de Pastoraloup, dans l'évaluation des moyens de protection, bons ou mauvais, et pourquoi "ça ne marche pas", dixit les éleveurs (sans plus de précisions d'ailleurs) auxquels on peut difficilement faire confiance. ça permettrait de mettre éventuellement au point des améliorations si nécessaire.
-
  • On s'émeut d'ailleurs à juste titre en France des cultures de palmier à huile à Bornéo qui font "place nette" des orangs-outants et de la faune sauvage, mais on a aussi en france nos éleveurs qui veulent faire "place nette", sans la moindre discussion possible, pour mener leur business. C'est la honte...

Sylvain et Sylvette

Sylvain Et Sylvette mechantsUne dernière anecdote pour ceux qui ne se sont pas endormis en route : quand j'étais gosse, dans les années 70, il y avait une BD qui s'appelait "Sylvain et Sylvette" et qui racontait les (més)aventures d'un jeune couple de fermiers qui avaient vaches, moutons, cochons.

Eux c'étaient les "gentils". Ils se heurtaient régulièrement aux "méchants", représentés par 4 compères "sauvages" : loup, ours, renard, sanglier, qui prenaient la pâtée à chaque épisode. Comme quoi on a été formatés dès notre enfance.

Je pense néanmoins que cette BD anthropocentrique ferait un peu dépassée maintenant, comme quoi ça évolue quand même lentement, sauf chez quelques irréductibles...

Patrick Leyrissoux

Commentaires