Le président du Conseil Général de l'Ariège, Augustin Bonrepaux, serait plus gravement blessé qu’annoncé dans la presse

Accident de chasse

Les services du Conseil Général de l'Ariège avaient communiqué sur un “accident de randonnée”. On “suspectait une fracture du fémur”. Cette version a été reprise par la presse ariégeoise dans son ensemble.

Fabrice Valery a été le premier journaliste sur le site de France 3 Midi-Pyrénées à parler “d’accident de chasse”, obligeant la Dépêche du Midi a revoir sa copie, "Il participait à une partie de chasse avec deux proches." 

"Sinon, je suis grillé"

Les informations sur le véritable état de santé du président du Conseil Général de l’Ariège ne seront sans doute pas diffusée par la presse régionale ariégeoise avant qu’elle ne soit diffusée publiquement par un autre organe de presse. Financièrement trop dépendante du bon vouloir du Conseil Général, elle ne prendra pas le risque de déplaire a celui-ci.

Un hélicoptère du PGHM comme celui qui est intervenu sur les lieux de l'accident de chasse d'Augustin Bonrepaux
Un hélicoptère du même type que celui qui est intervenu sur les lieux de l'accident de chasse d'Augustin Bonrepaux.

"Dieu est solide" a affirmé quelqu'un, tout en demandant de rester anonyme, "sinon, je suis grillé". Après le "si ça sort, on est mort", une nouvelle preuve de la crainte des représailles qu'inspire celui qui est à la tête du Conseil Général de l'Ariège. Il n'y aurait pas de craintes s'il n'y avait pas des pressions me semble-t-il...

Selon plusieurs sources concordantes, il s’avère que les blessures d’Augustin Bonrepaux, âgé de 77 ans ne se limiteraient pas à une jambe cassée, ce que la presse a annoncé.

Augustin Bonrepaux aurait fait une chute "de plusieurs mètres". Ses blessures seraient localisées à la tête et au bassin. Plusieurs sources évoquent également un hématome au cerveau et le bris de sa prothèse de hanche. Intérrogé sur ces informations, le PGHM de Savignac-les-Ormeaux (Ariège) qui est intervenu sur les lieux de l’accident s’est abstenu de tout commentaire.

Augustin Bonrepaux a été évacué le mercredi 9 octobre par hélicoptère, “lucide” selon le Conseil Général, sur le centre hospitalier du val d’Ariège. Il a été transféré le lendemain en début de soirée au centre hospitalier de Toulouse Rangueil. Il aurait été opéré une première fois lundi 14 octobre.

Le Président du Conseil Général de l'Ariège pourrait ne pas reprendre ses activités rapidement.

Rappelons qu'Augustin Bonrepaux a été mis en examen dans l'affaire CRP Consulting. La Chambre régionale des comptes, chargée de vérifier les comptes des collectivités locales et de juger des éventuels conflits relatifs à ces comptes serait "au travail" depuis une quinzaine de jours. L'affaire suit visiblement son cours.

Augustin Bonrepaux cumule les mandats: premier adjoint à la mairie d'Ax-les-Thermes, Conseiller Général de l'Ariège, Président de l'assemblée départementale, Président du SMDEA (le syndicat des eaux),  Vice-président du SDCEA (le syndicat d'électrification) et vice président de la communauté de communes des vallées d'Ax. J’en oublie peut-être...

«Augustin Bonrepaux impatient de revenir»

Coïncidence, au lendemain (le 22 octobre 2013) de la publication de cette note, la Dépêche donne des nouvelles (fort peu précises) du "président"...

«Le président Augustin Bonrepaux va mieux. Son état s’améliore. Il est impatient de revenir le plus vite possible» a assuré Roger Sicre, le premier vice-président du Conseil général qui a présidé, hier, la séance plénière de l’assemblée départementale. «Une fois sorti de l’hôpital, il devra faire de la rééducation.» En son absence, ce sont les vice-présidents qui gèrent les dossiers sur lesquels ils intervenaient. «Les choses se passent de manière tout à fait sereine» souligne Roger Sicre en formant des vœux de prompt rétablissement. Nathalie Marthien, le préfet de l’Ariège, s’est associée à ces vœux.

Circulez, il n'y a rien à voir

Commentaires