David Douillet : men infama in corpore sano

David Douillet et les "tapettes" : homophobe et fier de l'être ? Des propos consternants

Tapette-douilletInvité du "Grand journal" de Canal+ le 7 février dernier, David Douillet a créé la polémique en affirmant qu'il n'apprécierait pas qu'on lui dise qu'il est une "tapette".

Ce n'est pas la première fois que l'ancien judoka devenu député UMP tient des propos de ce type. Homophobe et fier de l'être ?

par Giuseppe Di Bella

David Douillet, député UMP des Yvelines, ancien judoka qui a rapporté plusieurs médailles olympiques à la France et ex-ministre des Sports sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, avait écrit dans son autobiographie "L’Âme du conquérant", publiée en 1998, une phrase qui avait suscité une vive polémique : "Oui je suis misogyne mais tous les hommes le sont sauf les tapettes. Pour moi, une femme qui se bat au judo ou dans une autre discipline, ce n'est pas valorisant".
 
Après un échange musclé avec la Garde des Sceaux Christiane Taubira, qui l’avait littéralement mis au tapis lors des débats autour du mariage pour tous dans l’Hémicycle, le 7 février 2013, il avait publié son "mea culpa", quelques jours plus tard, sur son blog.
 
David Douillet avait ainsi regretté ses "erreurs de jeunesse" : "Je veux redire ici que je regrette ces mots, et que si, à l’époque, je n’en mesurais pas la portée, ni la souffrance qu’ils pouvaient provoquer, j’en ai pleinement conscience aujourd’hui, car j’ai, heureusement, changé en 15 ans".

Il ne changera jamais

Le 7 février 2014, l’homme politique a récidivé, malgré tout, dans la "Boîte à questions" du "Grand Journal" de Canal+.
 
A la question : "Quelle est la phrase à ne jamais dire à David Douillet ?", il répond : "T’es une tapette", suivi d’un rire disgracieux (il n'est pas connu, c'est vrai, pour être un modèle de délicatesse et d'élégance...).
 
Homophobe et fier de l’être. Nous savons désormais à quoi nous en tenir sur la sincérité de ses excuses prononcées un an auparavant. Il n’a pas changé et il ne changera jamais.

"Nous n'attendons ni excuses ni regrets de votre part"
 
Vendredi 14 février, dans une lettre ouverte publiée sur son site web, SOS homophobie, association nationale de lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie, met en exergue la gravité de ses propos, qui ne font qu’entretenir l’homophobie et jeter de l'huile sur le feu, avec toutes ses conséquences humaines désastreuses que nous connaissons. 

"Monsieur,
 
Le 7 février dernier, vous avez participé à l’émission le "Grand Journal" et avez, dans la "Boîte à questions" indiqué que la phrase à ne jamais vous dire serait "T’es une tapette".
 
Ce n’est pas la première fois que vous utilisez publiquement le terme de "tapette" qui semble être à vos yeux l’injure ultime, celle qui représenterait les pires défauts qu’un homme pourrait avoir… En tant qu’ex-ministre des sports et ancien sportif de haut niveau vous ne pouvez pourtant pas ignorer les effets dévastateurs de l’homophobie sur les personnes qui en sont des victimes, directes ou indirectes.
 
Venant d’un élu de la République, ces propos prennent une signification toute particulière : ainsi il ne faudrait surtout pas vous associer aux homosexuels ? Ainsi "tapette" serait la pire insulte à diriger vers l’ancien champion olympique, vers l’ancien ministre et vers le député que vous êtes ?
 
Monsieur Douillet, nous sommes fiers d’être les "tapettes" que vous ne voulez pas être, nous sommes fier-e-s d’être lesbiennes, gays, bi-e-s ou trans et nous sommes fier-e-s de ne pas être associé-e-s à vos valeurs ! Nous invitons vos électrices et électeurs mais aussi les autres élu-e-s de votre famille politique à prendre la mesure de vos prises de position et de vos plaisanteries douteuses. Votre palmarès sportif a longtemps fait la fierté de notre pays ; vos prises de positions publiques teintées d’homophobie ont, peu à peu, associé votre nom au rejet et au dénigrement d’une partie de la population.
 
Nous n’attendons ni excuses ni regrets de votre part ; alors que les jeux olympiques de Sotchi sont entachés par les discriminations et violences subies par les LGBT russes, vos propos ne sont pas dignes de notre République et des valeurs défendues par la France
 
Elisabeth Ronzier, présidente de SOS homophobie".

David Douillet est ainsi habillé chaudement pour l’hiver.

Un récidiviste dont la parole ne vaut pas grand-chose

Ses propos sont indignes d’un élu de la République, d'un parlementaire.
 
Quant aux élus de sa famille politique, l’UMP, il est fort peu probable qu’ils prennent un jour position sur ses multiples dérapages homophobes ou misogynes et qu’ils les condamnent. La plupart d’entre eux ont soutenu, à un moment ou à un autre, la Manif pour tous, collectif opposé à l’égalité des droits pour les couples de même sexe.
 
Il n’y a pas d’excuses ou de regrets à attendre de sa part. Ils seraient même mal accueillis. L’homme est un récidiviste et sa parole ne vaut pas grand-chose.
 
Ce qui est le plus consternant, c’est de constater qu’un élu de la République qui siège à l'Assemblée nationale pour voter des lois qui engagent l'avenir de la nation, manque d'honneur et de dignité à ce point.

image from http://aviary.blob.core.windows.net/k-mr6i2hifk4wxt1dp-14021913/efc1d310-354b-419d-882a-915c301ecbd6.png
La tapette est fermée, c'est insuportable ! On devrait pouvoir chasser les tapettes en février ; la nature le permet et d'autant que les nazis s'étaient chargé de les gazer par dizaines de milliers ! Et il y en reste encore plein, de plus en plus même, elles pulullent !
(Faux communiqué, sur base d'un communiqué CPNT pour la chasse aux oies)

Avant, nous l'admirions

Il ne se rend pas compte que l’homophobie est un véritable fléau, en particulier dans le sport.
 
Il a été un sportif de haut niveau. Il a pu se rendre compte de cette triste réalité, en particulier lors des conversations dans les vestiaires. Cela ne semble pas l’émouvoir une seule seconde. Et il en rajoute même une couche ! Il devait certainement être parmi ceux qui lançaient des vannes douteuses homophobes, sexistes ou misogynes.
 
Finalement, David Douillet, âgé de 46 ans, n’arrivera jamais à se débarrasser de l’étiquette de beauf homophobe et misogyne qui lui colle à la peau depuis fort longtemps.  
 
Il n’a guère brillé lors de son passage au ministère des Sports. Son nom restera longtemps associé aux "tapettes". C’est bien peu glorieux pour un ancien champion olympique qui a fait la fierté de tout un pays. Grandeur et décadence.
 
Avant, nous l'admirions. Mais ça c'était avant.

Le Nouvel Obs

Commentaires