A la découverte des cabanes de bergers en vallée de Barèges

Livre de Céline BONNAL

La montagne recèle les traces du pastoralisme ancien pour qui sait les voir 

Cabanes toy" Ce livre propose une itinérance à la fois historique et pédestre en vallée de Barèges dans les estives. Des cabanes les plus sommaires aux abris de fortune décrits dans les récits des Pyrénéistes qui en font des étapes incontournables dans leur ascension, Céline Bonnal est allée sur le terrain rechercher les traces de ce pastoralisme ancien.

Ceux qui le souhaiteront pourront la suivre en allant à leur tour à la découverte des bergers d'hier et rencontrer ceux d'aujourd'hui qui entretiennent chaque été la montagne avec leurs troupeaux.

En vallée de Barèges, les pierres parlent… et elles vous en disent beaucoup !"

Analyse de la Buvette

Céline Bonnal recense près de deux cent cabanes pastorales ou abris sur le seul Pays Toy (Canton de Luz). On se demande à quoi pouvaient bien servir ces cabanes ?

Louis Dollo a interviewé Simon Crampe, éleveur d’AOC Barèges-Gavarnie à Gèdre-Dessus. Il présente cette vidéo comme “L’histoire du mouton barégeois devenu AOC Barèges-Gavarnie. Sa sélection au cours des âges, son mode de surveillance et de parcours libre en montagne sans gardiennage depuis la nuit des temps.” Sans gardiennage depuis la nuit des temps ? Les pierres parlent, les 200 cabanes du pays Toy disent le contraire, les troupeaux étaient gardés.

Farid Benhammou, dans sa thèse, écrit : "De plus, affirmer l’absence depuis toujours de tout gardiennage est aussi une contre-vérité historique même en Pays Toy où il ne s’est mis à disparaître que dans les années 1960." Après la guerre 40-45, sont apparues des "bergères", les hommes n'étant pas tous revenus, les femmes sont devenues gardiennes des troupeaux. C'est de 1950 à 1970 que progressivement on a relancé un pastoralisme sans gardiennage.

Les références au temps qu'utilisent les promoteurs de l'appellation Barèges-Gavarnie : Les "depuis la nuit des temps" ou les "depuis des temps immémoriaux" de Marie-Lise Broueilh et Louis Dollo ne s'appliquent pas à l'abandon du gardiennage des troupeaux par les anciens éleveurs des communes concernées aujourd'hui par l'appellation Barèges-Gavarnie.

Les dates d'abandon de ces cabanes en témoignent. Mais elles n'ont pas été construites pour autre chose pour le gardiennage...

M.L. Broueilh : "Par contre, pendant la saison estivale, les animaux disposent d’un potentiel herbacé important. Les bergers ont organisé la conduite de leurs troupeaux en fonction des ressources naturelles à leur disposition. Cette adaptation au milieu a façonné un système d’élevage encore en vigueur, bien spécifique, de cette haute vallée …".  Là aussi, le "encore en vigueur" laisse sous-entendre que le "système d'élevage" de l'époque n'a pas varié, y compris le non gardiennage. Le gardiennage était bien et complètement présent, bien après "le milieu du 19ème siècle", date utilisée comme justificatif des usages loyaux et constants dans le cahier des charges de l'AOC Barèges-Gavarnie.

Pour en savoir plus, lire Pays Toy story

Céline BONNAL est documentaliste dans l'Education nationale dans un collège du Tarn, de famille de bergers, Céline Bonnal retourne aux vacances à Luz-Saint-Sauveur et parcourt cette montagne de la vallée de Barèges  qui l'a vue grandir et accompagner son oncle dans les estives.

Commentaires