Alzieu-Derramond: le conflit d’intérêts

Le Dr Alzieu à propos de son expertise chez Derramond : " Une expertise transparente, sans contrainte aucune et sans conflit d’intérêts" parait-il. Analyse.

Définition du conflit d’intérêts (Wikipedia)

« Un conflit d'intérêts apparaît quand un individu est impliqué dans de multiples intérêts, l'un d'eux pouvant corrompre la motivation à agir sur les autres. Le conflit d'intérêts est plus fréquent dans certaines professions réglementées. Ces professions s'organisent généralement autour d'une charte de déontologie car ces intérêts en concurrence compliquent la tâche à accomplir avec neutralité ou impartialité. Même s'il n'y a aucune preuve d'actes préjudiciables, un conflit d'intérêts peut créer une apparence d'indélicatesse susceptible de miner la confiance en la capacité de cette personne à assumer sa responsabilité. »

Code de déontologie des vétérinaires

Ce qui régit les règles officielles du comportement éthique du vétérinaire y compris s’agissant d’expertise est le code de déontologie : pour la France les articles R242-82 et R242-83 du code rural mais aussi R242-33.

Article R242-82 du code rural (1)

« Expertise. Les actes d'expertise vétérinaire sont susceptibles d'être pratiqués par tout vétérinaire répondant, en dehors du cadre de l'expertise judiciaire, aux dispositions de l'article L. 241-1. Toutefois, le vétérinaire ne doit pas entreprendre ou poursuivre des opérations d'expertise dans des domaines qui dépassent ses connaissances, son expérience et les moyens dont il dispose. Il ne doit pas accepter de mission d'expertise concernant l'un de ses clients. D'une manière générale, il doit veiller à ce que son objectivité ne puisse être mise en cause par les parties.

Les vétérinaires intéressés dans un litige ont l'obligation de fournir aux experts commis par une juridiction tous renseignements utiles à l'accomplissement de leur mission. Au cours de l'accomplissement d'une mission d'expertise, le vétérinaire doit se refuser à toute intervention étrangère à celle-ci. »

Article R242-83 du code rural (2)

« Vétérinaires conseillers des compagnies d'assurance. Les vétérinaires intervenant sur un animal à l'occasion d'un litige ou d'un sinistre à la demande d'une compagnie d'assurance n'interviennent pas sans avoir prévenu le vétérinaire traitant de la nature de leur mission et des modalités de leurs interventions. »

Dans l’audition réalisée par la gendarmerie le 25 avril 2014, lendemain du tir, Christian Derramond déclare : « Suite à la mort de mes ovins, mon assurance ne m’a rien versé... ».

Un expert ne doit pas accepter de mission d'expertise concernant l'un de ses clients

D'après deux éleveurs proches de l’exploitation de Christian Derramond, bien connus de mon informateur : « Le Dr. Alzieu a été le vétérinaire de l'exploitation Derramond pendant une longue période, mais ne le serait plus actuellement ». Ce serait la clinique du Mas à Pamiers(3). Ont-ils raison? Le Dr Alzieu est-il ou a-t-il été lié à l’éleveur qui a tué un vautour à la 22LR? Christian Derramond a-t-il été son client?

Jean Pierre Alzieu était le vétérinaire qui suivait l’élevage de Christian Derramond même avant de devenir directeur du Laboratoire Départemental Vétérinaire de l’Ariège en février 2009. (Le 14 mai 2009, un article d’Ariègenews présente « Le laboratoire vétérinaire départemental, un outil à la pointe de la virologie »(4)

En 2013, le Dr Alzieu (vétérinaire à Pamiers, ville très proche de Saint-Félix-de-Rieutort), a déjà réalisé une expertise (5) dans l’exploitation de Christian Derramond.

Mais Alzieu connaissait Christian Derramond au moins depuis 2008, comme en témoignent ces 3 articles :

  1. 31/08/2008 dans La Dépêche du Midi l’article (6) : « Fièvre catarrhale : la vaccination engagée à grande échelle », montre photo à l’appui (7) le Dr Alzieu vaccinant chez Derramond contre la Fièvre catarrhale ovine : « Plus de 1.100 têtes à vacciner : c'était la tâche qui attendait hier matin, Jean-Pierre Alzieu un des vétérinaires mobilisés dans la vaste opération de vaccination du troupeau ruminant ariégeois. Christian Derramond, sur son élevage ovin de Saint-Felix de Rieutort, faisait défiler les bêtes sous la seringue du véto. Il était neuf heures. Opération terminée, vers 13 heures. »
  2. jean-Pierre Alzieu et Christian Derramond, vaccination en juillet-2008
    Jean-Pierre Alzieu et Christian Derramond,
    vaccination en juillet-2008
    01/09/2008 sur Ariègenews cette fois(8), un article et une première vidéo :  «Les animaux ont été désinsectisés il y a 10 jours, commente le Dr Alzieu, le temps que le vaccin injecté par voie sous cutanée fasse sont effet (que le taux d’anticorps monte) il faut compter six semaines, entre temps il faut empêcher les moucherons de piquer ces animaux, d’où la nécessité de désinsectiser en même temps que l’on vaccine». Ceux qui visionneront intégralement la vidéo de cet article verront successivement le Dr Alzieu (au début) et Christian Derramond (à la fin) interviewés pendant la vaccination des brebis.
  3. 03/11/2008 : quelques mois plus tard, nouvelle vidéo sur Ariègenews (9), nos deux compères aiment bien passer dans les médias, c’est ballot :  « Fièvre Catarrhale Ovine: le préfet de Région en visite dans les élevages ariégeois » : « Christian Derramond avait vacciné son troupeau de 1000 brebis tarasconnaises, fin août, dès l’arrivée des vaccins en Ariège. Pour lui, les pertes économiques directes sont élevées à 53 brebis et 53 agneaux soit en comptant les frais vétérinaires 9 919€.» 
Dans cette vidéo, on découvre : Dominique Bur, le préfèt de massif en visite chez Christian Derramond, Michel Teychenné, Jean Pierre Alzieu, mais aussi François Toulis, le Président de la chambre d'agriculture de l’Ariège, le même qui sera plus tard, en 2014, dans le bureau de la préfète de l’Ariège lors de l’annonce des tirs d’effarouchement des vautours.

On le voit, Jean-Pierre Alzieu, Christian Derramond et François Toulis se connaissent très bien et se côtoient médiatiquement depuis au moins six ans. Ici, la définition du conflit d'intérêts prend tout son sens : Même s'il n'y a aucune preuve d'actes préjudiciables, un conflit d'intérêts peut créer une apparence d'indélicatesse susceptible de miner la confiance en la capacité de cette personne (NDLB: le Dr Alzieu) à assumer sa responsabilité. Derramond et Toulis ont intérêt à ce que la preuve du "changement" de comportement soit officialisée. Alzieu est la couverture "scientifique".  La politique d’effarouchement des charognards suivra..

La Buvette a interviewé Laurence Crenn, vétérinaire dans le Jura sur cette question de Déontolgie.

La Buvette des Alpages (LBDA) : Un vétérinaire peut-il faire une expertise chez un de ses clients ou de ses anciens clients ?
Laurence Crenn : En ce qui concerne la notion « d’expertise », habituellement, en cas de mortalité anormale (par exemple quand ils soupçonnent des attaques de chien, la foudre, etc...), les éleveurs vont se tourner vers leur assureur et c'est l'assureur qui va mandater un expert. Cet expert doit impérativement ne pas être lié à la partie sinistrée, c'est le principe numéro un de l'expertise, et si ce n'est pas le cas, l'expertise n'a aucune valeur, ce n’est même pas la peine de la lire !

Si le Dr Alzieu a fait des vaccinations contre la FCO (fièvre catarrhale ovine) chez l'éleveur en 2008, cela veut dire qu'il était à l’époque le vétérinaire de cet élevage et Christian Derramond était un de ses clients. Une expertise du Dr Alzieu chez cet éleveur n'est donc déontologiquement pas possible.

LBDA : Sauf en Ariège... L’article R242-82 du code rural qui précise : « Il ne doit pas accepter de mission d'expertise concernant l'un de ses clients. D'une manière générale, il doit veiller à ce que son objectivité ne puisse être mise en cause par les parties. »
L.C. : Oui, cela peut suffire à rendre l’expertise caduque.

LBDA : Pourquoi ?
L.C. : Si un vétérinaire fait une expertise x ou y chez un ancien client ou un client, on pourrait dire : "Vous avez rendu un rapport favorable à votre client par complaisance pour lui ou sous sa pression. Cette situation fait que vous ne pouvez pas être objectif". Un vétérinaire "étranger" à l'exploitation ne subit pas de pression, il n'a jamais vu l'éleveur et ne le reverra jamais, il jugera uniquement ce qu'il voit sans être parasité par d'autres considérations.

LBDA : On l’a vu sur les vidéos et dans les articles, le Dr Alzieu était le vétérinaire de Christian Derramond en 2008. Il a pourtant effectué une première « expertise » en 2013. A l’époque, c’est le Dr Pierre Bontour, Directeur du Pôle protection des Populations qui se rend sur les lieux, prélève cinq agneaux morts et « confie » l’expertise au Dr Alzieu. Alzieu aurait dû refuser, expliquer qu’il ne pouvait la faire. Puis en 2014, le Dr Alzieu récidive, il commet une nouvelle expertise chez son (ancien) client. Il écrit dans son rapport : « Je soussigné (...) certifie m’être rendu à la demande du GAEC DERRAMOND, éleveur (...) les 7 et 8 juin 2014, pour y constater les dégâts par mortalité de brebis et pratiquer sur celles-ci un examen nécroscopique. » Il s’agit de la fameuse expertise controversée où il annonce dans la presse avoir la preuve que les vautours « ont changé de comportement ». Partout en France ce serait troublant, pas en Ariège?
L.C. :  L'éleveur ne peut pas choisir son expert, il ne peut pas « demander » à la personne de son choix de venir, c'est la porte ouverte à la subjectivité ! Le Dr Alzieu aurait déontologiquement dû refuser de faire cette expertise et expliquer cea à son (ex) client.

LBDA : Comment expliquer, si c’est, comme vous dites, Dr Crenn, LE principe premier pour éviter le conflit d’intérêts, que Jean-Pierre Alzieu écrive le 10 juin 2014, dans son « expertise » qu’il considère comme LA preuve du « changement » de comportement des vautours :  « Je précise avoir agi en toute transparence, sans contrainte aucune et n’avoir relevé en la matière aucun conflit d’intérêts. » ? Un oubli ?
L.C. :  Je ne sais pas, il faudrait lui demander.

LBDA: Autre chose, dans la presse, le Dr Alzieu parle « d’expertises » (« L'expertise des services vétérinaires est formelle... » (10), mais il intitule son « expertise » : « Rapport d’examen nécroscopique d’agneaux... » et plus loin, il parle de  « certificat » ou de « compte-rendu d'autopsie »: Pourquoi ces variantes sémantiques et quelles différences entre ces appellations pour la même chose ?
L.C. :  Quoi qu'il en soit, et même si Alzieu ne nomme officiellement pas son travail une "expertise", on peut logiquement remettre ses conclusions en doute :

  • vu qu'il semble très lié aux parties sinistrées,
  • vu que les autopsies sont faites dans le laboratoire de la Fédération départementale de la Chasse (Pourquoi une autopsie d'animaux de rente se déroule-t-elle au laboratoire de la FDC09 et non au Laboratoire Vétérinaire Départemental ?),
  • et vu qu'il a été mandaté bien loin des sentiers habituels de la nomination d'un expert.

LBDA : Encore une question à lui poser !

Est-ce pour opérer plus à l’aise? Si un ours est un jour retrouvé criblé de plombs en Ariège, sera-t-il expertisé dans le laboratoire de la FDC09 par Le Dr Alzieu? La cause de la mort sera t-elle attribuée à des vautours fauves ivres, cacochymes, mais surarmés?

Toute forme directe ou indirecte de publicité est interdite aux vétérinaires

Ne pas accepter une expertise chez un client n’est pas le seul oubli du Dr Alzieu. Il est aussi adepte de la publicité. Or l’article R242-35 (11) du code rural précise :

« Toute forme directe ou indirecte de publicité est interdite aux vétérinaires. (...) La signature de l'auteur ou la mention de son identité ne doit être accompagnée d'aucune indication de lieu ni de renseignements concernant son exercice professionnel à titre libéral. »

On retrouve le nom du Dr Alzieu et des « indications de lieu » dans de nombreux articles (12). On le voit, comme Thomas Thévenoud, ce député socialiste de Saône-et-Loire, qui dit souffrir de "phobie administrative" et semble ne jamais payer ses factures, Jean-Pierre Alzieu semble lui souffrir de « phobie déontologique ». A moins qu’il ne se sente intouchable, parfaitement protégé par ses supérieurs, ou chargé d’une « mission ». Ceci pourrait expliquer cela...

Peut-être s'en accommode t-il dans la perspective d'un triple objectif :  

  • rédiger enfin des conclusions qui ne risquent pas de « contrarier » toute une profession aux abois,
  • répondre aux attentes d'au moins un de ses supérieurs et enfin,
  • bénéficier d'une intéressante couverture médiatique. Les conclusions de son expertise de 2014 chez Derramond sont une première mondiale, ce n'est pas rien comme bâton de maréchal.

Le Dr Alzieu et le Conseil Général de l’Ariège

En tant que Directeur du Laboratoire Vétérinaire Départemental, Jean-Pierre Alzieu fait partie de l’organigramme du Conseil Général de l’Ariège (13) . Il dépend de la « Direction de l’aménagement et de l’environnement » avec à sa tête Jean-François Rummens. Tout en haut de l’organigramme, se trouve le grand chef : Augustin Bonrepaux, qui en plus d’être chasseur, est donc son supérieur. Mais de qui n’est-il pas le supérieur en Ariège ?

Peut-on accéder et se maintenir à ce type de poste en Ariège sans faire allégeance au comte de Foix? Donc sans être anti-ours, anti-loup et anti-vautour? Dans un registre différent, l’épisode du festival « Résistances » nous donne des éléments de réponse. Et d'autres secteurs que le secteur culturel se plaignent de pressions.

Le Dr Alzieu et les syndicats agricoles

Flash-back - Dans ma note précédente, je vous avais parlé des liens d'Alzieu avec les chasseurs. Revenons juste au dernier paragraphe pour faire le lien avec la suite et pour que vous situiez les ingrédients de la recette ou les personnages.

Or donc, lors de l’AG de la FDC09 le 27 avril 2013 à Tarascon: le Dr Jean-Pierre Alzieu, après avoir été chaleureusement remercié par les huiles locales (ou dois-je dire, les éléphants) a emmagasiné le prêche anti-prédateurs de François Toulis, Président de la Chambre d'Agriculture de l'Ariège qui sera un mois plus tard, dans le bureau de Nathalie Marthien, le jour de l’annonce des futurs “effarouchements” de vautours.

François Toulis a un frère, Rémy, Rémy Toulis qui lui était présent lors de l’expertise du Dr Jean-Pierre Alzieu chez Christian Derramond, avec... Nathalie Marthien encore, la préfète de l’Ariège, le 8 juin, le jour où le Dr Alzieu, gloire à lui, a apporté au monde pastoral LA preuve des “attaques” qu'ils attendaient comme des brebis du sel..., ça y est, les personnages sont en place, je peux continuer.

François Toulis est aussi un des membres de l’Association « Ariège-Ruralité », cette association regroupant les forces vives, quoique plus toujours très vertes d’Ariège-Pyrénées, dont le seul fond de commerce est la haine du sauvage : ours, vautours et loups depuis peu.

On y retrouve bien sûr Jean-Luc Fernandez (ex-président de la FDC09) : «C’est une première au plan national, une dizaine d’associations proches de la nature et du monde rural partageant les mêmes intérêts et les mêmes valeurs, viennent de se fédérer pour faire entendre leurs voix sur des sujets d’actualité tels que Natura 2000 ou les grands prédateurs (...) Nous sommes très fiers d’être des ruraux ! Nous n’avons pas envie que des dictatures européennes nous imposent des choses que nous ne souhaitons pas », mais aussi Hervé Péloffi (vice-président de la FDSEA), Rémi Denjean, (co-président de l’ASPAP) que l’on retrouve aussi sur la liste électorale du syndicat FDSEA/JA.

Lors de son audition, Christian Derramond a déclaré n’être affilié à aucun club ou association, mais être secrétaire de son syndicat ovin. Cependant à la lecture de cet article d’Ariègenews (14), on apprend que Christian Derramond était symboliquement en dernière position de la liste FDSEA/JA lors des dernières élections en chambre d’agriculture (2013). En compagnie de :... François Toulis, de Rémi Denjean et surprise..., de Sophie Alzieu (« Sophie est la fille de Jean-Pierre et Catherine Alzieu, vétérinaires et animateurs du SHERPA(15) »), elle même éleveuse de brebis en Ariège.

On pourrait aussi parler du cheval Mérens aussi, mais cela nous écarterait de notre sujet de la semaine, le vautour.

Imbrication ou pot-au-feu disais-je (16)...

Liste-ja-fdsea-denjean-alzieu-derramond-toulis
Rémi Denjean, Sophie Alzieu, Christian Derramond et François Toulis
font partie de la même liste électorale JA/FDSEA

Ce que confirme cet autre article (17) du mois d’août 2012 à l'attention de ceux qui voudraient savoir ce qu'est le « SHERPA ». On y voit Jean-Pierre Alzieu, Président du Stud-book du cheval de Mérens et... Augustin Bonrepaux. Un lecteur , un rien perfide a laissé sous l'article l’énigmatique commentaire suivant : « Le mérens est-il la chasse gardée de la famille Alzieu? Il y a dans ce département des pré carrés assez intrigants ! », une mauvaise langue, sans doute. Nous n'en saurons pas davantage…

Citations

Hervé Péloffi (FNSEA), demande « des moyens pour réguler et non pour éradiquer l’espèce. (...) Aujourd’hui on n’a même pas prévu d’indemnisations pour les éleveurs, qu’on les autorise au moins à procéder à cette régulation. (...) L’ONCFS n’a aucun moyen, il faut que le monde agricole se prenne en charge. Aider les chasseurs à mettre en place cette régulation comme ils le font pour d’autres espèces car la pression de la faune sauvage n’est plus supportable pour ceux qui veulent continuer à vivre dans le monde rural. (...) Est-ce interdit de défendre son travail ? A un moment donné il faut arrêter, c’est de la légitime défense… il est urgent de faire remonter cela au niveau de l’Etat (18). »

Michel Marcerou (JA) : « L’an dernier ils s’en prenaient aux agneaux, cette année, ils tuent les brebis ! (...) La seule solution c’est de dégommer les vautours. Mais il est vrai que tuer un vautour aujourd’hui c’est presque aussi grave que tuer un homme ! (...) Ces prédateurs nos anciens les ont virés. Ce n’était pas pour rien, c’était pour continuer à travailler et vivre ! » (19)

Conclusions

1 - Le vétérinaire « examinateur » connaissait, dans le cadre de son travail, l’examiné avant l’épisode vautours. Ce seul point suffit à rendre caduque la neutralité de « l’examen » : l'examinateur ne doit pas être lié à l'examiné.

2 - La fille du vétérinaire examinateur, elle-même éleveuse de brebis, comme l'examiné et dans le même département, s’est présentée sur la même liste que l’examiné lors des dernières élections en Chambre d’Agriculture avant l’épisode vautours (janvier 2013).

Gage d’objectivité ou gage de parti-pris ?

3 - Le vétérinaire examinateur est suffisamment proche d'une fédération départementale de chasse (notoirement - elles ne le sont pas toutes - anti-grands prédateurs et anti-vautours) pour y effectuer, dans leurs murs, des « examens » théoriquement prévus dans l'enceinte du laboratoire départemental.

4 - Il intervient régulièrement lors des AG de la FDC09 ou dans les publications de la dite fédération et y donne de nombreuses formations ; payées, par qui?

Gage de neutralité ou gage de pré-positionnement idéologique ?

5 - Le vétérinaire examinateur, en tant que directeur du Laboratoire Vétérinaire Départemental de l'Ariège est sous la tutelle du Conseil Général qui finance les labos et dont la haine du Président envers les animaux précités est légendaire. Est-on obligé de partager ce point de vue pour se maintenir à ce poste ou, au contraire, l'impartialité sera-t-elle un gage de longévité ?

Compétences et respect de la Déontologie ?

Demander Alzieu pour l'expertise était sans doute la seule manière d'obtenir une « preuve scientifique», en dépit du conflit d'intérêt, en espérant que celui-çi passe inaperçu ou que personne en Ariège n'ose s'attaquer à l'Institution qu'est Jean-Pierre Alzieu, protégé en haut lieu.

Cette affirmation qu'Alzieu qualifie dans son rapport de "probable" n'a été confirmée par aucune étude et est suspecte aussi bien pour de très nombreux confrères vétérinaires qui n'ont pas eu l'occasion d'analyser les photos et donc d'exprimer leur expertise eux aussi, que pour tous les biologistes spécialistes de la faune. Une spécialité rare semble-t-il au Conseil Général de l'Ariège. Augustin Bonrepaux n'avait-il pas affirmé en son temps que les ours "étrangers" allaient répandre la grippe aviaire.

Seul le vétérinaire Jean-Marc Delcasso, par ailleurs Président de la FDC Hautes-Pyrénées semble sur la même longueur d'onde que le Dr Alzieu. Delcasso qui n'exclut pas que « des rapaces puissent un jour s'en prendre à un petit enfant s'ils sont affamés. Il est vrai que depuis que l'homme ne les chasse plus, ils ont de moins en moins peur de lui ». Des propos pour le moins surprenant pour un vétérinaire.

Le Code de déontologie précise aussi : « Toutefois, le vétérinaire ne doit pas entreprendre ou poursuivre des opérations d'expertise dans des domaines qui dépassent ses connaissances ».

Les connaissances naturalistes et ornithologiques du Dr Alzieu semblent restreintes puisqu’il ne peut faire la diagnose d’espèces de rapaces qui volent au-dessus de sa tête pendant deux heures et donne des "serres" aux vautours. On peut donc légitimement s’interroger sur sa capacité à juger du comportement alimentaire des vautours, et donc sur sa capacité à réaliser cette expertise.

Pressions et intérêts ?

  • Vu les rapports professionnels de Jean-Pierre Alzieu avec les fédérations de chasseurs, (Jean-Luc Fernandez, Jean Guichou, Augustin Bonrepaux...),
  • vu le financement du laboratoire de la FDC09 et de l'imbrication du LVD09 dans la structure du Conseil Général,
  • vu les antécédents d'Augustin Bonrepaux et les diverses pressions qu'il exerce dans son département (culture, presse...),
  • vu la présence de la fille du Dr Alzieu, Sophie Alzieu sur une liste éléctorale syndicale où l'on retrouve aussi bien plusieurs éleveurs anti-prédateurs, responsables JA et FNSEA et très remontés contre les vautours que François Toulis, le Président de la Chambre d'Agriculture, assis sur une chaise à côté de la préfète de l'Ariège au moment de l'annonce de sa décision,

Il me semble évident que TOUS avaient intérêt à ce qu'une "preuve" contre ces maudits vautours soit apportée, et vite! La convergence d'intérêts est évidente.

Le Dr Alzieu était juge et arbitre, bien loin des beaux principes de son code de Déontologie : profession réglementée, neutralité, impartialité, confiance, capacité, responsabilité. 

Nathalie Marthien, préfète de l'Ariège, a profité de cette simili-preuve pour prendre une décision censée ramener la paix et l'ordre dans son département, sans tenir compte des doutes exprimés par de nombreux responsables. Une décision entâchée d'irrégularités car construite sur une "expertise" de complaisance.

Changement de comportement ?

Non, assurément. Darwin avait raison. Comment ceux qui accusent les vautours d'être devenus prédateurs expliquent-ils :

  • que les prétendues "brebis tuées par des vautours" ne meurent que pendant la saison des agnelages et des mises-bas et quand celles-ci ne sont pas bien surveillées?
  • que les vautours "attaquent" des brebis mais "n'attaquent" pas le reste de la faune sauvage :  isards (chamois), mouflons (et pourquoi pas lièvres au gîte) ? Autant d'animaux dont il n'existe pas de témoignages documentés mettant en évidence des "attaques" sur nouveaux-nés et autres femelles juste après la mise bas. Même chose vis à vis du bouquetin (étagnes) dans les Alpes.

Je vous invite à relire : Choisy 2013 - Attaques de vautours : faits et analyse.

Commanditaires ?

Alors, est-ce le Dr Alzieu, seul, qui est à l'origine de l'idée ou est-ce une machination collective, mûrement réfléchie et préparée par des personnes aux intérêts identiques contre les vautours ?

Le Dr Alzieu a établi une expertise de complaisance qui ne pouvait que plaire à tous ses amis, son entourage, ses clients et le rendre indispensable dans ce département, décidément hors normes ? Il était la personne ou l'outil idéal...

On peut se demander qui est ou sont le(s) commanditaire(s)...

Dans son « expertise » de Juin 2014, le Dr Alzieu écrit : “Je précise avoir agi en toute transparence, sans contrainte aucune et n’avoir relevé en la matière aucun conflit d’intérêts.”

Sur ces trois points, nous venons d'émettre de sérieux doutes, mais « chacun jugera » comme dirait un autre anti-tout bien connu et responsable de rumeurs...

« Ce n’est pas à nous de trancher ». « Il ne nous appartient pas ici d’évoquer la cause de ... » ces pratiques et de ces estompements de la norme....

Quel beau pays que l’Ariège-Pyrénées !

Baudouin de Menten
Marc Laffont

Notes

  1. http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071367&idArticle=LEGIARTI000006588325  
  2. http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071367&idArticle=LEGIARTI000006588328
  3. D'après la lettre du Dr Pierre Bontour à Madame la Préfète de l'Ariège du 7 août 2013 : "Le vétérinaire sanitaire de l'exploitation est la clinique du Dr Mas à Pamiers".
  4. http://www.ariegenews.com/ariege/actualites/2009/8779/le-laboratoire-veterinaire-departemental-un-outil-a-la-pointe-de-la-vi.html
  5. "Rapport d'examens nécroscopiques d'agneaux et de la visite d'élevage du 4 aout 2013 du GAEC Derramond, 09120 Saint-Félix-de-Rieutort" rédigé par le Dr Jean-Pierre Alzieu, Directeur du LVD09 le 7 août 2013. (Entête du CG09),
  6. http://www.ladepeche.fr/article/2008/08/31/473081-fievre-catarrhale-la-vaccination-engagee-a-grande-echelle.html - Plus de 1100 têtes à vacciner : c'était la tâche qui attendait hier matin, Jean-Pierre Alzieu un des vétérinaires mobilisés dans la vaste opération de vaccination du troupeau ruminant ariégeois. Christian Desramond, sur son élevage ovin de Saint-Felix de Rieutort, faisait défiler les bêtes sous la seringue du véto. Il était neuf heures.
  7. http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2008/08/31/200808310737.jpg  
  8. http://www.ariegenews.com/news/news-5901.html
  9. http://www.ariegenews.com/news-6632.html
  10. http://www.ladepeche.fr/article/2014/06/09/1896661-attaquee-par-des-vautours.html
  11. http://legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006168195&cidTexte=LEGITEXT000006071367&dateTexte=20031010  
  12. - 1999: http://www.ladepeche.fr/article/1999/07/08/235772-le-merens-comme-therapie.html
    - 2008: http://www.ariegenews.com/news-5901.html
    - 2008: http://www.sillon38.com/blog/2008/12/04/
    - 2013: http://www.midinews.com/ariege/actualites_economie/2013/69001/les-veterinaires-ariegeois-en-greve-pour-la-premiere-fois-depuis-plus-.html (par exemple).
  13. http://fr.calameo.com/read/0010622375cd8f31f9e5a
  14. http://www.midinews.com/ariege/agriculture_environnement/2013/56928/lections-aux-chambres-d-agriculture-2013-etat-definitif-des-candidatur.html
  15. http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/17/1332529-tarascon-sur-ariege-sophie-et-ses-brebis.html
  16. http://jeunesagriculteurs09.free.fr/wp-content/uploads/carte-liste.photo_exploitants.pdf
  17. http://www.ariegenews.com/ariege/tourisme_loisirs/2012/51362/fete-du-cheval-a-bouan-le-merens-superstar.html
  18. http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/rapaces/Vautours-Fauves/Predations-Attaques-Constats/2012-05-03-Les-Vautours-Fauves-s-attaquent-a-l-Ariege.html
  19. http://www.frc-midipyrenees.fr/IMG/pdf/gazette_chasse_2399.pdf

oOo

Retour à la page Menu de l'enquête
Vautours: Stratégie du "changement" de comportement et conflit d'intérêts

FIN

Commentaires