Alzieu, les chasseurs et les vautours

FDC09, LVD09 ou CG09 sont comme les ingrédients du pot-au-feu, tous dans la même casserole !

La position des chasseurs sur le vautour

« Je n'exclus pas que  des rapaces puissent un jour s'en prendre à un petit enfant s'ils sont affamés. Il est vrai que depuis que l'homme ne les chasse plus, ils ont de moins en moins peur de lui » (Jean-Marc Delcasso, Président de la FDC des Hautes-Pyrénées)

Bien loin des travaux scientiques de Jean-Pierre Choisy (Jean-Pierre Choisy - Vautour fauve Gyps Fulvus et bétail : éco-éthologie alimentaire, évolution, controverse, Courrier de l’environnement de l’INRA n° 64, juillet 2014) ou des constatations de l'ONCFS (Synthèse des interventions vautours de l'ONCFS en Ariège 2009-2014), les chasseurs prennent des positions radicales et fausses sur les vautours...

Le Vautour fauve dans les Pyrénées : la nouvelle donne

Extrait du Grand Livre Blanc de la Chasse(1)

Les chasseurs français et les grands prédateursDans les 15 dernières années, le vautour fauve a connu dans les Pyrénées un spectaculaire redressement. Aujourd’hui, les Pyrénées françaises comptent plus de 500 couples (580 en 2006), soit environ 10 % de la population totale pyrénéenne, française et espagnole.

Jusqu’alors abondamment « nourri » sur des « aires d’équarrissage » à l’air libre en Espagne, on assiste aujourd’hui, suite à l’interdiction récente de ces aires pour des raisons sanitaires, à un nouveau comportement du Vautour dans les Pyrénées: ne trouvant plus suffisamment de nourriture sous forme de cadavres (le Vautour fauve est normalement nécrophage), il adopte en complément un comportement « anormal » de type « prédateur » sur le bétail  domestique vivant mais en situation de faiblesse ou de vulnérabilité, notamment lors des mises bas (vaches/veaux, brebis/ agneaux, juments/poulains), que cela soit en estive ou au pré en zone de piémont et même de plus en plus souvent à moins de 500 m des habitations ou locaux d’élevage.

Ce constat est désormais attesté à dire d’experts. (NDLB : Il n'y a pas de référence)

Ces atteintes, qui se soldent souvent par la mort de l’animal attaqué, ne relèvent plus aujourd’hui de l’anecdotique (près de 130 sinistres connus en 2007, plus de 300 depuis 1993).

(NDLB : Lire la Synthèse des interventions de l'ONCFS 2009-2013 + bilan provisoire 2014 : "A ce jour, hormis le témoignage du 04 juin de Monsieur SONNAC Jean Michel, aucune déclaration ou constat ne permet de certifier si des animaux sains et vivants ont été victimes des vautours. Seul le charognage est formellement reconnue par les témoins ayant déclaré l'événement.)

Cela traduit semble-t-il une situation de déséquilibre entre effectifs et nourriture « normale » (en 2007, une baisse des effectifs de couples d’environ 7 % ainsi que du succès de reproduction de plus de 18 % a d’ailleurs été enregistrée).

Il ne s’agit pas pour autant de conférer au vautour fauve un statut de « grand prédateur » mais de prendre acte d’un comportement nouveau et anormal fruit de déséquilibres. Ainsi, en dehors des Pyrénées, le Vautour fauve reste à ce jour essentiellement nécrophage.

Ce comportement anormal qui ne cesse de s’amplifier crée une véritable « psychose » chez les éleveurs et un fort mécontentement, ceux-ci réclamant la régulation de ceux qu’ils considèrent comme des nouveaux « prédateurs » du bétail et/ou la mise en place d’une procédure d’indemnisation.

La contribution du grand gibier

Dans les Pyrénées, la réouverture en nombre des « aires d’équarrissage » à base de déchets/carcasses de bétail domestique ne paraît pas une solution à rechercher. L’effarouchement des Vautours, à condition qu’il se révèle efficace, apportera vraisemblablement des contraintes humaines de disponibilité et de présence peu supportables à terme. Par contre le développement du grand gibier en montagne (Cerf, Sanglier, Isard, Mouflon) peut être un facteur positif de « rééquilibrage », non seulement par les cadavres d’animaux morts en nature mais aussi par l’éviscération surplace des animaux chassés.

Les vautours sont friands de ces viscères et on observe qu’ils n’hésitent pas à s’approcher des chasseurs à cet effet. La possibilité de mettre en place des « aires d’équarrissage », mais cette fois à base de déchets/carcasses de gibier sauvage, est aussi à envisager dès lors que la réglementation actuelle en 2008 ne l’interdit pas. La non accessibilité de ces « aires » à d’autres mammifères prédateurs occasionnellement charognards comme le Renard ou le Sanglier demeure nécessaire (clôtures électriques 4 brins autour des aires par exemple).

Cette éviscération sur place est aujourd’hui autorisée notamment dans le cas particulier de la montagne, et les chasseurs proposent que cette possibilité soit maintenue dans l’éventualité d’une remise en cause par les règles d’hygiène européennes, étant entendu que les quantités en jeu dans ces  espaces montagnards ne conduisent pas à des concentrations à risque.

La conservation du Vautour fauve dans les Pyrénées et surtout de son régime nécrophage peut ainsi nécessiter celle de populations de grand gibier en densité suffisante : au cœur de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique, le grand gibier est aussi au cœur d’équilibres écologiques.

Par ailleurs, les chasseurs français par l’intermédiaire de leurs fédérations, se proposent à participer au suivi et à la connaissance de cette espèce, au côté des associations de protection de la nature locales, à l’image par exemple de ce qui est fait en collaboration entre la fédération des chasseurs de Lozère et la LPO dans les gorges du Tarn et de la Jonte et dans les Causses.

Citations

Jean Guichou, président de la FDC Ariège, là où travaille le vétérinaire Jean-Pierre Alzieu

  • « Les vautours sont tant dénaturés à force d’artificialisation de “leur mode d’élevage” qu’ils sont devenus de terribles prédateurs »(2)

 Jean-Marc Delcasso, Président de la FDC Hautes-Pyrénées, vétérinaire

  • « Cela fait 4 à 5 ans que nous sommes confrontés à ces questions. Les populations se sont développées. Comme elles ne trouvent plus de quoi manger, ces oiseaux ont changé de mœurs. Aujourd'hui, il faut les réguler ou les nourrir. De plus, il en arrive d'Espagne où les aires d'équarrissages à ciel ouvert ont été fermées. Comme dans les Hautes-Pyrénées, beaucoup défendent « qu'il est désormais plus que temps que de réguler cette espèce ». Certains craignent qu'ils puissent un jour « s'en prendre, par exemple, à un randonneur blessé »
    (DDM: "Hautes Pyrénées: les vautours passent à l'attaque").(3)
  • « S'ils prolifèrent autant, c'est parce qu'ils sont protégés, n'ont pas de prédateur et trouvent facilement à manger » déplore Jean-Marc Delcasso, vétérinaire à Trie-sur-Baïse (NDLB : Encore un vétérinaire qui oublie le code de Déontologie.), qui rappelle que « lorsqu'ils n'ont pas assez à manger dans les décharges d'ordures, ils se déplacent et attaquent des volailles ou de très jeunes veaux ». Jean-Marc Delcasso, sans se vouloir alarmiste, n'exclut pas que « des rapaces puissent un jour s'en prendre à un petit enfant s'ils sont affamés. Il est vrai que depuis que l'homme ne les chasse plus, ils ont de moins en moins peur de lui ». Le vétérinaire met aussi en garde contre les maladies dont ces animaux peuvent être porteurs. (DDM : “Les rapaces fondent sur la ville”)(4)

Le Dr Alzieu et la Fédération des chasseurs de l’Ariège

Le Laboratoire Vétérinaire Départemental de l’Ariège (LVD09) est un service du Conseil Général complètement imbriqué dans le monde de la chasse et du pastoralisme, tous opposants aux prédateurs ou aux vautours.

Le Dr Alzieu entretient de suffisamment bonnes relations avec le monde local de chasse pour figurer dans leurs publications comme la Gazette du Couloumié(5) n°45  ou pour intervenir lors des différentes assemblées générales de la Fédération. Ce petit monde n’est pas non plus connu pour son amour immodéré de la faune sauvage non chassable...

Certes il n’y a rien de répréhensible à cela. On se bornera à constater qu’on a statistiquement plus de chances de trouver une photographie du directeur du laboratoire vétérinaire en compagnie du président du Conseil Général ou du Président de la Fédération de chasse locaux qu’en compagnie d’un membre du Comité Écologique Ariégeois. D'ailleurs les liens ci-dessous regorgent de photos où l'on retrouve tout ce petit monde. On se demandera qui paie les prestations du Dr Alzieu, la FDC ou le Conseil Général ? Car ses nombreuses interventions ne sont certainement pas bénévoles, ce qui fait du payeur, un très bon client !

De même, nous pouvons nous interroger sur le fait que « l’examen » des brebis prétendument attaquées par des vautours lors en 2013 ait eu lieu dans les locaux de la FDC09, et non pas dans ceux du LVD09. Après tout, la nouvelle salle de nécropsie de la FDC ayant bénéficié d'un financement du Conseil Général, c'est dans l'ordre des choses dans ce territoire...

L’utilisation du moteur de recherche interne(6) du site de la Fédération Départementale de la Chasse de l’Ariège permet de se faire une idée de l'imbrication entre le Dr Alzieu et la FDC09.

Jean-Pierre Alzieu, Jean-Luc Fernandez et Augustin Bonrepaux se connaissent parfaitement et se rencontrent très souvent. Outre le fait qu’Augustin Bonrepaux soit le supérieur du Dr Alzieu, ils se rencontrent lors des assemblées générales annuelles de la FDC09, qu’ils ne peuvent manquer tous les trois ou lors d'autres manifestations : Foire de Tarascon(7) ou inauguration du nouveau laboratoire.

Alzieu formateur et conférencier

« Nous avons beaucoup travaillé avec le Docteur ALZIEU et le Laboratoire Départemental Vétérinaire, notre partenaire en matière de sanitaire » 
(Rapport moral 2010)(8) 

Le Dr Alzieu da donné de nombreuses formations à la FDC 09 de 2003 à 2014.

En 2003 sur le suivi de la maladie des isards(9).

En 2010 :

  • Il donne des sessions de formation destinées aux responsables de chasse et aux personnes chargées de l’éviscération du gibier(10), à Mirepoix et à la Bastide de Sérou.
  • Il intervient(11) lors du CA de la FDC en juin 2010.
  • Le 24 avril 2010, Le Dr Alzieu intervient lors de l’AG de la FDC09 à Serre-sur-Arget (12 et 13).
  • En septembre 2010, une réunion d’information sur la pestivirose à St Girons, une autre sur la tuberculose à la Bastide de Sérou(14), et une sur « les risques encourus par la faune sauvage » au Mas d’Azil (15
  • et enfin “Jean-Pierre Alzieu, directeur du laboratoire départemental travaille actuellement en relation avec la fédération départementale des chasseurs sur des prélèvements de blaireaux (les analyses et les prélèvements sont pris en charge par les services de l’Etat)”, ce n'est jamais qu'un "nuisible" de plus(16).

En 2011 :

Rebelotte, les réunions d’information ou de formation s’enchainent (17, 18, 19). Il est à nouveau présent lors de l’AG du 30 avril 2011 à Saverdun(20).

En 2012 et 2013

Idem... (21, 22, 23, 24)

Lors de l’AG de la FDC 09 le 30 avril 2012 au Mas d’Azil(25), c’est Henri NAYROU, député de l’Ariège et Président de l’ANEM (Association Nationale des élus de montagne) qui « félicite le Docteur Vétérinaire Jean-Pierre ALZIEU pour la qualité de son travail » tandis qu’Augustin BONREPAUX « remercie le Docteur Vétérinaire Jean-Pierre ALZIEU pour son travail sur les animaux domestiques et sauvages ».

Dans le compte rendu annuel 2012 des activités de la Fédération, on découvre « 2 journées de formation à l’hygiène de la venaison, avec le concours du Docteur Vétérinaire Jean-Pierre ALZIEU pour 51 chasseurs », ainsi qu’un « exposé par le Docteur Alzieu pour la partie sanitaire : 1600 prélèvements réalisés sur le gibier cette saison ».

On apprend en juillet 2012(26) que le Dr Alzieu fera lors de l’AG 2013, « une restitution sur la présence du virus de la pestivirose dans les cheptels ovins et sur la probabilité d’interaction entre espèce domestique et sauvage. »

Lors de l’AG de la FDC09 le 27 avril 2013 à Tarsacon: « Jean-Luc Fernandez a remercié Augustin Bonrepaux, le Dr Jean-Pierre Alzieu, directeur du laboratoire départemental, la chambre d'Agriculture et tous les représentants du monde agricole et pastoral pour leur implication et leur soutien » à la Fédération des chasseurs(27). Une grande famille...

Outre le même genre de réunions(28, 29), l’année 2014 voit arriver l’organisation d’une formation pour la filière boucherie(30).

Mais voyons ce qui se passe lors de l'assemblée générale de la FDC09 le 19 avril 2014 à Saint-Girons(31), je cite Ariègenews: « Devant un aréopage de conseillers généraux, maires ou responsables de services de l'Etat », Augustin Bonrepaux remercie chaleureusement le Dr Alzieu « pour ses recherches sur la pestivirose de l’isard » tout en disant ne pas comprendre « l'interdiction faite vis à vis d'un certain nombre d'espèces que nous avons su protéger jusqu'à présent ».

Lors de cette assemblée, Jean-Pierre Alzieu va devoir écouter le discours anti-prédateurs de François Toulis, Président de la Chambre d'Agriculture (qui sera un mois plus tard, dans le bureau de Nathalie Marthien, le jour de l’annonce des futurs “effarouchements” de vautours). François Toulis a été élevé au rang de commandeur dans l'ordre du mérite agricole(32).

Cela risque de devenir un peu compliqué, mais vous allez comprendre pourquoi j'écris "complètement imbriqué dans le monde de la chasse et du pastoralisme"...

François Toulis, est aussi le frère de Rémy Toulis qui lui était présent lors de l’expertise de Jean-Pierre Alzieu chez Christian Derramont, avec la préfète de l’Ariège, le 8 juin, le jour où le Dr Alzieu a apporté au monde pastoral LA preuve des “attaques” qu'ils attendaient...

L'Ariège, c'est l'éloge du pot-au-feu : ce qui est bon dans le pot-au-feu, c'est qu'à force de mijoter, les goûts se mélangent.

Et ce n'est pas fini...

Notes

  1. http://www.loup.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/FNC_LIVRE_BLANC_PREDATEUR.pdf, Vautour fauve p. 31 et suivantes. (Gyps fulvus)
  2. Loup y es tu ?, La Gazette du Couloumié n°44) http://www.frc-midipyrenees.fr/IMG/pdf/gazette_44.pdf
  3. http://www.ladepeche.fr/article/2007/05/15/389019-hautes-pyrenees-les-vautours-passent-a-l-attaque.html
  4. http://www.ladepeche.fr/article/2001/04/03/217761-les-rapaces-fondent-sur-la-ville.html
  5. http://www.frc-midipyrenees.fr/-Federation-Ariege-09-?special=download
  6. http://www.frc-midipyrenees.fr/spip.php?page=recherche&recherche=Alzieu
  7. http://www.frc-midipyrenees.fr/FOIRE-A-TARASCON 
  8. http://www.frc-midipyrenees.fr/IMG/pdf/rapport_mora1_2010-2.pdf 
  9. http://www.frc-midipyrenees.fr/Suivi-sanitaire-de-l-Isard
  10. http://www.frc-midipyrenees.fr/VENAISSON-Sessions-de-Formation
  11. http://www.frc-midipyrenees.fr/AGENDA-du-President-Aout-2010
  12. http://www.frc-midipyrenees.fr/Assemblee-Generale-du-24-avril
  13. http://www.ariegenews.com/ariege/agriculture_environnement/2010/17829/les-chasseurs-en-assemblee-a-serres-sur-arget.html
  14. http://www.frc-midipyrenees.fr/La-vie-a-la-federation-Septembre
  15. http://www.frc-midipyrenees.fr/Tout-savoir-sur-la-tuberculose
  16. http://www.ariegenews.com/ariege/agriculture_environnement/2010/23046/tuberculose-bovine-et-faune-sauvage.html
  17. http://www.frc-midipyrenees.fr/la-vie-de-la-Federation-Avril-2011
  18. http://www.frc-midipyrenees.fr/Reunions-Sanitaires-Invitation
  19. http://www.frc-midipyrenees.fr/Bilan-des-renions-sanitaires
  20. http://www.frc-midipyrenees.fr/l-assemblee-generale-a-Saverdun-en
  21. http://www.frc-midipyrenees.fr/La-vie-a-la-Federation-Avril-2012
  22. http://www.frc-midipyrenees.fr/Reunions-sanitaires-isard-en
  23. http://www.frc-midipyrenees.fr/La-vie-a-la-Federation-novembre
  24. http://www.frc-midipyrenees.fr/La-vie-a-la-Federation-mars-2013
  25. http://www.frc-midipyrenees.fr/Assemblee-generale-des-chasseurs,1148
  26. http://www.frc-midipyrenees.fr/Rencontre-avec-Paul-tort-president
  27. http://www.ariegenews.com/news-61520.html
  28. http://www.frc-midipyrenees.fr/AGENDA-DU-PRESIDENT-FEVRIER-2014
  29. http://www.frc-midipyrenees.fr/FORMATION-A-L-HYGIENE-DE-LA
  30. http://www.frc-midipyrenees.fr/AGENDA-DU-PRESIDENT-JANVIER-2014
  31. http://www.ariegenews.com/ariege/agriculture_environnement/2014/75666/les-chasseurs-ariegeois-vent-debout-contre-l-amendement-glavany-une-br.html
  32. http://www.ariegenews.com/ariege/actualites_economie/2013/65133/francois-toulis-president-de-la-chambre-d-agriculture-eleve-au-rang-de.html

oOo

Retour à la page Menu de l'enquête
Vautours: Stratégie du "changement" de comportement et conflit d'intérêts

Commentaires