Convention de Berne: la recommandation hybrides a été adoptée

La recommandation a été adoptée mais retouchée par rapport au texte initial : on ne parle plus d'accorder une protection aux hybrides, mais de mettre en œuvre les moyens d'éviter que des loups ne soient tués par erreur.

"Le projet d’extension de la convention de Berne aux hybrides du loup qui se prépare en ce moment à Strasbourg, est grave et dangereux. Dangereux non seulement pour nous qui sommes déjà tellement malmenés par les loups, mais aussi pour notre pays, pour nos enfants. Les éleveurs demandent qu’on abatte immédiatement ces chiens-loups par mesure de précaution, y compris au-delà des quotas, y compris sur le territoire des parcs nationaux !"

Les paragraphes 3 et 4 ont été modifiés

Avant

3.    d’interpréter les interdictions énoncées dans la deuxième phrase de l’Article 6 de la Convention
pour qu’elles couvrent non seulement les loups sauvages, mais également les hybrides du loup et
du  chien  présents  dans  la  nature,  et  assurent  ainsi  l’efficacité  du  système  de  protection  dont
bénéficie le loup;
4.    d’accorder dans la législation nationale aux hybrides du loup et du chien présents dans la nature, là où le loup bénéficie d’une protection spéciale en vertu de l’Article 6 de la Convention, un
niveau de protection équivalent à celui du loup contre les abattages, la capture et les autres
agissements interdits par l’Article 6, indépendamment de l’élimination prudente, sous le contrôle
du gouvernement, de tels hybrides qui vivraient dans les populations sauvages du loup.

Après (adoption, page 46/47) :

3.    de veiller à ce que l’élimination des hybrides du loup et du chien soit réalisée sous le contrôle du
gouvernement et uniquement après confirmation par les agents de l’État et/ou par des scientifiques se fondant sur leurs caractéristiques génétiques et/ou morphologiques qu’il s’agit bien d’hybrides. Cette élimination doit uniquement être confiée aux organismes auxquels les autorités compétentes délèguent cette responsabilité, tout en veillant à ce qu’elle ne compromette pas le statut de sauvegarde des loups ;
4.    d’adopter les mesures nécessaires pour empêcher que des loups soient tués intentionnellement ou par erreur comme étant des hybrides du loup et du chien. Cela s’applique sans préjudice de l’élimination prudente, sous le contrôle du gouvernement et par les organismes auxquels les autorités compétentes délèguent cette responsabilité, de tels hybrides qui vivraient dans les populations sauvages du loup.

Analyse

Hurler avec les loupsCette formulation devrait satisfaire ceux qui s'étaient émus que l'on puisse accorder une protection équivalente aux hybrides et aux loups.

Par contre, cela ne modifiera en rien l'hystérie de ceux qui soutiendrons, désormais perpétuellement, que le loups "italiens" sont des chiens loups...

Ils continueront de hurler avec les loups.

On va pouvoir passer à autre chose ?

Commentaires