Tir de loups dans le Var : l'État s'enferre !

FNE et FNE PACA réagissent à la publication de l'arrêté pris le 18 décembre 2014 par le Préfet du Var qui autorise à partir du 2 janvier 2015 le tir de quatre loups. Une décision inefficace et à l'encontre de la voie à prendre pour organiser la coexistence entre le loup et l'élevage. 

Fne_logonbLe préfet du Var a autorisé ce 18 décembre dans plusieurs communes des alentours du camp militaire de Canjuers le tir de quatre loups par les chasseurs lors de chasses ordinaires à partir du 2 janvier jusqu'au 28 février 2015.

Quatre loups au lieu des trois autorisés ont récemment été abattus dans ce département, dans ce même secteur de Canjuers. Or, malgré l'élimination de ces quatre loups, des prédations se sont poursuivies. La réponse apportée par l'État n'a donc pas porté ses fruits et pour autant, il reconduit et amplifie la même mesure inefficace, sans se poser de question sur le dispositif de protection des troupeaux et son efficience. De plus, si ces tirs venaient à être réalisés, cela pourrait conduire à supprimer le loup du département varois, ce qui est à l'encontre des engagements de l'Etat dans le cadre du "plan loup".

FNE et FNE PACA estiment que l'État ne peut pas poursuivre une telle anti-gestion d'une espèce protégée où la seule perspective de prévention des dommages donnée est la destruction. Quand l'État aura-t-il le courage d'affirmer que la présence du loup est une donnée pérenne et que la protection efficace des troupeaux est la réponse prioritaire à donner ? Le tir ne doit être qu'une solution de dernier recours lorsque toutes les autres mesures ont échoué.

Aussi, face à cette situation, FNE et FNE PACA envisagent de déposer un recours contre cet arrêté contre-productif qui méconnait les objectifs de protection de l'espèce.

Cet énième épisode de l'atermoiement gouvernemental sur la coexistence entre le loup et les troupeaux conforte la suspension de participation de notre fédération au Groupe National Loup.

Source : FNE

Lire aussi

Commentaires