Lettre au père François

Par Bernard Pesle-Couserend.

Au Vieuxconistan, à l'approche de la belle nuit de Noël, la neige étend son manteau blanc et les yeux rivés vers le ciel, à genoux les agriculteurs sages (pléonasme...) avant de fermer les paupières font une dernière prière précisant leurs ordres vœux au « Père Noël » des vieuxcons. Et une fois n'est pas coutume, cette tradition locale n'est pas fossilisée, mais évolutive : il fût un temps où cette oukase supplique était adressée au Frère Jacques. Puis ce fût le tour de Saint-Nicolas. Depuis quelques années, il y a un nouveau destinataire : le Père François...

 

Joyeux Noël
Joyeux Noël 2015 (de la part de la FNSEA)

Très cher Père François,



Bernard Pesle-Couserend
Bernard Pesle-Couserend, Chroniqueur rural

En tant que président de COSA Nostra (Congrégation Œcuménique Syndicale Agricole de chez nous), je me permets de t'écrire au nom de tous mes coreligionnaires agricoles. En effet, que nous soyons membres du Rassemblement Agricole Pour l’Accaparement des Crédits Européens (le RAPACE), de la Confrérie Agricole des Cultivateurs à l’Ancienne (la CACA), ou de la Ruralité Exclusivement Agricole Conservatrice (la RÉAC), nous avons tous été sages. Très sages même. Et durant toute l'année. Nous n'avons donc même pas à en demander pardon...


Comment je peux l'affirmer ? Et bien c'est simple : aucun de nous n'a été condamné par la justice au cours de 2015. Pas une convocation à la gendarmerie, pas une assignation à résidence, rien.C'est bien la preuve que nous n'avons jamais été dans l’illégalité. Les écolos djihadistes ne peuvent pas en dire autant.


Évidemment, on a brûlé des pneus, déversé du purin, détruit des biens collectifs, séquestré des fonctionnaires, endommagé des établissement publics, brûlé des bâtiments para-publics, saccagé des locaux associatifs, j'en oublie sûrement, vu le nombre total. Ah oui :on a même maltraité des animaux. D'un autre côté, bien traiter les animaux, ça n'a jamais, et ne sera jamais, dans notre ADN. Alors oui, on a fait tout ça, et nous n'avons été empêchés par personne. On y a même parfois été encouragés, voire soutenus. Signe de la totale légalité, que dis-je, légitimité, de nos actions. Qu'un jeune con de banlieue s'amuse à mettre le feu à un abri-bus, et il passera en comparution immédiate pour prendre 3 mois ferme. C'est mérité et ça lui apprendra à commettre des incivilités qui pourrissent la vie des honnêtes citoyens. Mais des vieux cons de campagne arborant le badge-talisman « COSA Nostra » ont le droit de mettre le feu à peu près à tout ce qu'ils veulent. Ils peuvent même espérer des compensations.


Maintenant que la preuve est faite que nous sommes tous des enfants bien sages, venons en donc à nos étrennes. On ne les exige pas forcément pour Noël : on se contentera juste d'en bénéficier toute l'année 2016 (et au delà moyennant améliorations)...

Cadeau N°1

 : Un état d'urgence qui s'appliquerait uniquement aux écolos

Tout d'abord un grand merci, petit papa François, d'avoir exaucé un de nos vœux les plus chers avant même Noël : l’interdiction de manifester pour tous les écolos, avec assignation à résidence des khmers les plus verts. Ah oui, grand merci, vraiment. Et cette idée de détourner l'état d'urgence principalement à l'encontre des militants verts, alors qu'à peu près tout le reste a pu se dérouler, c'est juste génial ! On n'y avait même pas pensé, c'est dire. Du coup, comme on a déjà eu ce cadeau avant l'heure, ce qui nous ferait vraiment plaisir, c'est que cette interdiction se prolonge au delà de la fin de l'état d'urgence. Ou alors, il faut décréter un état d'urgence qui s'appliquerait uniquement aux écolos. On est nombreux dans les campagnes à penser que notre démocratie devrait s'inspirer de la Grèce. Pas de la Grèce de 2015 grands dieux non... Mais de celle d'il y a 2 500 ans. Age d'or où il y avait des vrais citoyens, une minorité qui avait tous les droits, un peu comme nous aujourd'hui. Et à côté d'eux des Périèques ou des Métèques, qui en avaient beaucoup moins. Nous estimons que ce statut de sous-citoyen conviendrait parfaitement aux écolos d'aujourd'hui. Avant de pouvoir en faire des Ilotes modernes. Mais chaque chose en son temps. Ce sera l'objet d'une prochaine lettre à notre cher Père François, ou à son successeur...

Cadeau N°2
 : recréer des primes incitatives

Nous exigeons demandons gentiment l'inscription dans la Constitution du droit à la subvention agricole sans contrepartie de production. On a bien réfléchi au sein de notre assemblée pour aboutir à ce compromis. Chez nous certains sont productivistes, d'autres moins, d'autres pas du tout. Mais ce qui nous fédère, c'est d'être des destructionnistes. Oui c'est un néologisme un peu barbare, mais il décrit bien notre état d'esprit. Il n'y a pas d'un côté de méchants agriculteurs de plaines qui veulent tout détruire et de l'autre de gentils agriculteurs de montagne qui vivent en harmonie avec la nature. Il y en a juste qui sont pistonnés par le relief et le climat (en plaine) et d'autres qui sont moins aidés par les éléments naturels (en montagne). Mais leur envie d'éliminer tout ce qui ne travaille pas pour eux reste identique. C'est le même zèle messianique anti-nature qui nous porte.

C'est pour cela qu'il faut compenser les aléas naturels pour ceux qui doivent lutter dans un univers hostile au productivisme.
 Prenez les éleveurs de brebis de montagne. Ils ne peuvent pas à la fois gueuler aux infos locales, accorder des interviews à la presse régionale, brailler devant la préfecture, alimenter des blogs, organiser de fausses attaques de loups et tourner des films de propagande pour bourrer le mou au citadin. Une journée ça ne fait que 24 heures. Une fois qu'ils ont fait tout ça, il leur reste quoi comme temps pour maitriser, juguler, réduire la nature ? Quasiment rien. Heureusement qu'ils ne sont pas obligés, en plus de garder leurs troupeaux.


C'est pour cela qu'il faut constitutionnaliser l'Indemnité Compensatrice de Handicap Naturel et la transformer en Indemnité Créatrice de Nature Handicapée. Si l'incitation est conséquente et garantie par la Constitution, on va gravement te la handicaper, la nature... Promis. Il te suffit donc, cher Père François, de créer ou recréer des primes incitatives : Prime à la queue de loup, prime à l'oreille de lynx, prime à la corne de bouquetin, prime à la plume de vautour, prime à la serre d'aigle, à la patte d'ours...

Cadeau N°3 

: continuer à faire comme on veut avec votre argent

Nous exigeons demandons pas gentiment du tout le boycott des produits issus de l'élevage roumain. Nous n'irons pas par 4 chemins. On sait que c'est interdit, mais là les bornes sont franchies. Dans ce pays, des bergers manifestent pour avoir le droit de protéger les troupeaux... Non mais on rêve !
Déjà avoir des bergers, ça montre bien l'archaïsme du pays. Un pays moderne n'a pas de bergers actifs. Il a juste des bergers fictifs, des images d’Épinal, qui tournent dans des pubs, dans des films bidonnés anti-prédateurs et qui passent aux infos de Vieuxcons 3 Régional pour chialer. C'est tout.

L'élevage moderne n'a besoin que de 2 types de troupeaux : les fermes usines et les troupeaux divagants supports à subventions pour pluri-actifs. Pas plus. Et un seul emploi induit : l'égorgeur à l'abattoir. Le poste d'étourdisseur, c'est de la couteuse sensiblerie bobo-écolo.


Cet exemple roumain est proprement déplorable. Chercher à protéger son troupeau avec des chiens c'est à la fois cohabiter avec les prédateurs et être indépendants vis à vis des chasseurs. Et le gouvernement roumain qui finit par leur donner raison... Ce ne doit pas être la rue qui gouverne !


Que cet exemple honteux arrive chez nous, et ce sera la fin de la ruralité. De notre ruralité. De ce savant équilibre entre « vous vous payez et moi je dispose » qui scelle tacitement notre pacte républicain. Je vous préviens Père François, médiatiser cet exemple de bergers (je déteste ce mot, comme toutes les dépenses inutiles...) qui manifestent pour continuer à cohabiter avec la faune sauvage, c'est le meilleur moyen de dégoûter la ruralité vieuxconne de la construction européenne. Nous on n'en veut pas de ça. On ne veut rien changer. On veut juste continuer à faire comme on veut avec votre argent.

Cadeau N°4

 : criminaliser toute critique de la chasse ou de l'agriculture

Nous exigeons demandons gentiment la plus grande sévérité dans la condamnation pour crime écologique. Et oui, vous ne nous attendiez pas sur ce terrain...

Oui nous pensons que le temps est venu de punir de façon lourde et adéquate ce type de délit. Que dis-je, de crime. Oui la société est prête à franchir le pas, comme le démontrent toutes les études d'opinions relatives à l'évaluation de la conscience écologique des vieuxcons. En tant que citoyens impliqués pour la défense de notre bien commun à nous et c'est tout, nous nous proposons pour définir juridiquement le terme de « crime écologique ». Nous sommes tombés d'accord sur la définition suivante : « Doit être considéré et condamné immédiatement comme crime écologique, et sans besoin de procès ultérieur ni appel, toute critique, même voilée, de la chasse ou de l'agriculture. » En effet comme chacun est d'accord pour reconnaître que les agriculteurs et les chasseurs vieuxcons sont les premiers (et seuls vrais) écologistes de ce pays, ils doivent de ce fait être intouchables, tels les lanceurs d'alertes écologiques qu'ils sont. Ça permettra de bien différencier les dangereux extrémistes (verts), qui veulent changer la société, des réalistes modérés (nous) qui voulons juste canaliser davantage les bénéfices vers notre chapelle.

Le cadeau ultime : bénéficier d'une immunité à l'américaine



Enfin, cher Père François, j'aimerais conclure notre lettre par une dernière faveur, qui découle d'ailleurs assez directement de la précédente, et que nous estimons unanimement justifiée...
 Comment présenter notre requête pour que..., comment dire..., enfin... voilà, voilà :


Aux Etats-Unis, quand un policier blanc est contraint à l'insu de sa volonté de vider son chargeur par légitime défense sur un afro-américain qui aurait pu être en mesure d'ébaucher un geste si ça se trouve, on peut pas être sur mais bon dans le doute il valait mieux lui tirer dessus plusieurs fois de dos à bout portant... et bien ce courageux policier blanc défenseur de traditions séculaires s'en sort généralement sans conséquences judiciaires. Chez nous, ça en fait rêver certains...


Oui parce que nous pensons que les écolos, ce sont un peu nos afros à nous... C'est vrai quoi, dans les deux cas, ils obligent les honnêtes gens à adopter des lois, à casser les préjugés, à changer des habitudes acceptées de longues dates par les vrais citoyens et imposent des contraintes dont les nobles défenseurs des traditions qui vivent de et avec la nature se passaient avantageusement du temps du bon vieux temps.


Alors si nous aussi..., comment dire..., à chaque fois qu'un écolo nous provoque en voulant faire appliquer la loi ou a l'outrecuidance d'exercer ses droits de citoyens qu'il est encore pour quelques temps en saisissant la justice... bon, ben si la légitime défense rendue inévitable devant pareille et intolérable agression de sa part conduisant à un regrettable et totalement involontaire accident pouvait bénéficier d'une immunité a priori à l'américaine, nous pensons tous qu'un pas civilisationnel important serait franchi par notre pays...

 Bon finalement, je vais garder cette idée de cadeau pour le Noël 2016. Car je suis persuadé, cher petit Papa François, que tu seras particulièrement généreux envers les enfants les plus sages à l'orée de 2017.

Il me tarde tant que le jour se lève, pour voir si tu m'as apporté, tous les beaux projets de civilisation que je vois en rêve et que je viens de te commander...

Bernard Pesle-Couserend

... qui n'est pas sur FB ! Rien qu'ici !

Commentaires