La fin des Haribo

Le cyclisme est-il un nouvel entrisme ?

Par Bernard Pesle-Couserend


Quelque part en basse montagne, au QG du collectif « la haine pour tous », également appelé FFAR (Fine Fleur de l’Autisme Rural).

Amis de la subvention, bonjour !

 En tant que président de COSA Nostra (Congrégation Œcuménique Syndicale Agricole de chez nous), franchise Vieuxconistan, je tenais à venir ici féliciter nos co-religionnaires français pour leur magnifique interdiction de la mascotte du Giro Italia, un putain d’hybride entre un loup et une tarlouze (il est rose…) nommé Wolfie.

Que des retombées positives !


Alors évidemment, il y a eu quelques inconvénients. Le premier, c’est que ça a surtout fait de la publicité à cette mascotte, qui ne s’est jamais aussi bien vendue qu’au cours de la deuxième quinzaine de mai, à cause de ces crétins de bobos qui se sont rués dessus. Quand on sait que le WWF est partenaire du machin, ça fait un peu mal aux rognons blancs d’avoir relancé leur communication.

Et pas un mot sur LA véritable justification argumentaire imposant d'appliquer le diktat des éleveurs : Les hommes naissent libres et égaux en droits, mais les agriculteurs davantage encore. En plus, à voir les commentaires des lecteurs d’un grand journal quotidien du sport, cette décision n’a pas spécialement été appréciée par les premiers intéressés, à savoir les amateurs de vélo : 64 réactions, et quasiment aucune pour soutenir les valeureux éleveurs français. Mais bon on ne va pas s’attarder non plus sur les commentaires de gars qui suivent des sportifs encore plus chargés que nos subventions à deux ou quatre pattes, ce qui n’est pas peu dire.

Plus ennuyeux encore, le bon accueil reçu par les intégristes de l’écologie venus pavaner avec des peluches de loups plein les bras : Personne pour les refouler, personne pour les contrer. Ils étaient où, les syndicaleux français ? Ils regardaient le Giro sur Eurosport ?

Alors oui, au final, on n’aura jamais autant vu et parlé positivement de cette mascotte de tapettes, et donc du loup, que durant cet épisode. Alors oui, les éleveurs français sont passés auprès de tous les publics pour des gros nazes bien ridicules, effrayés par une peluche couleur gonzesse de 25 cm. Mais ils peuvent être fiers d’avoir été dignes de l’emblème de leurs pays, un coq. C’est à dire le seul animal capable de chanter les pieds dans la merde juste avant d’être accommodé avec du vin. Un exemple à suivre, pour nous tous. Surtout le vin.

Et puis ils croient quoi, les écolos ? Que le nom de Wolfie porte bonheur ? Les ignares ! Ils ne savent même pas que c’était le petit nom que madame Mozart donnait à son compositeur autrichien de mari. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça ne lui a pas porté chance : il est peut être passé à la postérité posthume, mais il est mort à 35 ans, criblé de dettes et sans subventions. Même l'acteur qui a joué son rôle au cinéma n'a plus rien tourné derrière... Alors que nous, on ne passera peut être pas à la postérité, mais pour récupérer du pognon et se faire éponger nos dettes, on est toujours au diapason des bonnes oreilles des princes évêques d’aujourd’hui.

Critique quand même…

Haribo1Malgré ce bilan incontestablement globalement positif que je viens d’évoquer, je ne peux pas m’empêcher d’émettre une critique à l’encontre de nos amis français. S’en prendre à la mascotte du Tour d’Italie pendant 2 jours, c’est bien. Ça tombe à côté de la plaque, car les éleveurs italiens n’en ont rien à cirer et n’ont pas jugé utile de faire pareil durant les 19 autres jours sur le sol italien, mais c’est l’intention qui compte.

En revanche, il y a quand même un point sur lequel ils déconnent un peu, nos amis français : Qu’ont-ils prévu sur le Tour de France ? Comme on dit chez nous, c’est pas tout de voir la paille dans l’œil du voisin, encore faut-il sentir le balais qu’on a dans le... fondement! Car c’est ainsi : il y a sur le Tour de France une entreprise qui cherche sournoisement depuis bientôt 20 ans à donner une image sympathique des grands prédateurs, et spécialement l'ours, dans l’indifférence générale : la société HARIBO ! Comme en témoigne ces photos, parmi tant d’autres :

Que voit-on ? Des images de pure propagande comme les aiment les écologistes, et comme on peut en voir des tonnes au cours de chaque étape, notamment de montagne.

Haribo2_enfantsCela va même plus loin que pour Wolfie, car en bon relais de l’idéologie des adeptes de la secte du tout sauvage, on cherche à ôter tout libre arbitre au spectateur en lui laissant croire qu’une amitié est possible entre un ours et un enfant. Ils peuvent même se faire photographier entre Hariboy et Ours d’Or !

Fait aggravant pour ces propagandistes : on remarquera au second plan de la première photo la présence tout en rosé de deux évidents défenseurs du mariage pour tous. Mais ça ne nous étonnera pas, venant d’une société qui sponsorise aussi la techno-parade. Autant de références qui ne parlent qu’au cerveau reptilien…

Et ça ne date pas d’hier…

Et non, l’entrisme haribo-écologiste a débuté en 1994, c’est à dire 5 ans avant d’infiltrer la caravane du Tour. Le milieu des années 90… Période funeste s’il en est pour les ruraux qui luttent contre l’ensauvagement et pour une montagne et une campagne vivante. Car c’est à ce moment qu’a débuté l’importation des premiers ours slovènes dans les Pyrénées, et la colonisation de la France par le loup.

Haribo3_classicPour accélérer cette reconquête, la couverture scélérate des intégristes ignorants a d'abord pris la forme d’une course cycliste d'un jour : la Classic HARIBO.

Une course qui partait du Gard pour sillonner jusqu’à Marseille, quel meilleur moyen pour lâcher en toute discrétion des loups jusqu’au Massif Central et les rapprocher des Pyrénées ?

Les dates correspondent pile-poil à la période d’expansion du loup en France (1994-2006).

Une fois leur forfait accompli, les organisateurs cyclo-gélatineux, pour éviter qu’on ne remonte jusqu’à eux, ont préféré supprimer l’épreuve (et les preuves) pour se concentrer sur le Tour de France (et la techno-parade). En 2006. Sans doute pour pouvoir fournir des véhicules utilitaires pour la deuxième vague de lâchers d’ours slovènes la même année…

Mais en 12 ans, combien de loups lâchés incognito et illégalement par la caravane à lobotomisation des adeptes du culte du tout sauvage ? Plus qu’il n’en faut pour les derniers détenteurs d’un savoir-faire sage, pondéré et durable, transmis et affiné de générations en générations : l’extermination subventionnée de tout ce qui dérange.

Le scandale ne tardera pas à être médiatisé, comme l’affaire des lâchers de loups dans les Alpes : notre meilleur monteur réalisateur truquiste, Bernard Lebaron, est en train de rédiger les textes des témoins avant leur audition et a déjà commencé à tourner en studio comme en plein air les images d’époque qui serviront de preuves incontestables. Ne manque plus qu’à fignoler le casting et les effets spéciaux.

Mais ce n’est pas tout…

Et non…

Haribo4_crocoCar non contents de propagandiser la gentillesse fantasmée de l’ours, de fournir la logistique à des lâchers de loups, les gens de chez HARIBO n’hésitent pas à véhiculer une image positive d’un autre terrible prédateur : le crocodile ! Là aussi, les témoignages visuels sont aussi nombreux qu’accablants, et ce, alors que la dangerosité du crocodile est une nouvelle fois démontrée par l’actualité. Et encore ici, le crocodile est dangereux !

Pour le second lien, on me dit de dire « qu’il ne s’agit pas d’un crocodile, mais d’un alligator, ce qui serait caïman pareil »…Il paraît que c’est sensé être drôle comme phrase. Moi je ne vois pas en quoi faire une faute d’orthographe au mot « carrément » ça peut être drôle. C’est encore un coup à passer pour un ignare…

Mais on s’éloigne du problème : l’idéalisation avec préméditation des grands prédateurs par le lobby de l'écologie profonde relayé par HARIBO, dans l’unique but de stériliser nos vies par la perte de savoir-faire ancestraux.

La collusion entre les deux parties est évidente, comme en témoigne cette énième preuve :

Haribo5_ours_crocoLe lobby du tout sauvage n’hésite même plus à afficher côte à côte les deux féroces prédateurs, qui dans la vraie vie, pas celle des écologistes lobotomisés ayant perdu leur libre arbitre, ne feraient qu’une bouchée du Hariboy.

La Haribo-écologie a t-elle prévu d’introduire des crocodiles dans nos montagnes, en plus des ours et des loups ? C’est la question légitime que se posent dans toutes les vallées ceux qui vivent encore de et en accord avec la nature. Avec les ayatollahs verts, tout est possible...

La fin des HARIBO…

Plus généralement, nous pouvons nous interroger sur le point suivant : La deep-écologie fait-elle de l’entrisme en se servant du cyclisme comme d’un isthme entre l’animalisme et l’anti-humanisme ? (ouf !)

Je pose la question, mais en fait je ne suis pas sûr-sûr de ce que ça veut dire, car je viens juste d’apprendre le sens de ce mot, « isthme ». On m’a dit qu’un isthme c’était un lien plus ou moins étroit entre deux trucs. Par exemple, le verre à vin est un isthme entre la bouteille de gros rouge et le tube digestif. Du coup, je comprends mieux pourquoi le docteur dit que je suis sujet à l’alcoolisme. Par contre, je ne comprends pas pourquoi ça ne s’écrit pas pareil si c’est la même origine…

Mais revenons à nos moutons : C’est Peter Hurricane, pittoresque figure du High-Diowa, bien connue de la FFAR (Fine Fleur de l’Autisme Rural), qui va se charger de contacter ses homologues procto-endoctrinologues français, et exiger d’eux une intervention musculeuse auprès des organisateurs du Tour de France 2016.
 Halte à la Tagada-écologie ! Qu’on se le dise !

En attendant, je lève mon isthme à l’obtention des mêmes retombées médiatiques que lors de l’action contre Wolfie la lopette !

La Buvette :  "Et oui, le loup, c'est contre-nature !"

Commentaires