Acteur - ESTREME Michel

Alzieu, les chasseurs et les vautours

FDC09, LVD09 ou CG09 sont comme les ingrédients du pot-au-feu, tous dans la même casserole !

La position des chasseurs sur le vautour

« Je n'exclus pas que des rapaces puissent un jour s'en prendre à un petit enfant s'ils sont affamés. Il est vrai que depuis que l'homme ne les chasse plus, ils ont de moins en moins peur de lui

OT de Sentein : le goudron sans les plumes

Vous vous souvenez du tag anti ours "" peint en blanc le 1er juillet sur la route devant le paneau "centre d'accueil et d'animation" de l'Office de tourisme du Biros à Sentein, (147 habitants tout mouillé) dans le Couserans ? Cette expression de l'accueil et de l'animation de Sentein, visiblement bien accueillie par les autorités locales, puisque laissée telle quelle, aurait pu y rester longtemps sans l'in

Couserans : nouvelles menaces de l'ASPAP

« Un ami aranais, éleveur au Val d’Aran, vient de nous alerter : premier jour de beau temps après une période infernale, première attaque d’ours de l’année. (...) Il est évident que, sur le terrain, d’autres actions seront envisagées sans que qui que ce soit ne puisse plus maîtriser quoi que ce soit : ni lui, ni nous. Ce n’est pas un avertissement mais un constat. N’importe quel patron, artisan, ouvrier, fonctionnaire q

Dans le cochon tout est bon

Instantané de campagne

Les attentes du monde agricole : Sandrine Oudin est parti à la rencontre des éleveurs de moutons dans les Pyrénées, à Sentein, en Ariége, à 8oo mètres d'altitude. Sentein est le village principal de la vallée du Biros. Il doit sa notoriété aux anciennes mines et au thermalisme, il est maintenant tourné vers le pastoralisme et la randonnée. Surtout le pastoralisme.

Il pleut, sortons le parapluie de berger !

L’arrêt de « Transhumances en Biros », ou le retour de l’ours émissaire, ou la redéfinition du concept d’espèce parapluie, c’est selon...

par Marc Laffont

Dans un publié le 01/06/2011, La Dépêche du Midi, quotidien régional mondialement connu en Midi-Pyrénées et secteurs limitrophes, écrivait ceci : « D'année en année, « Transhumance en Biros

ASPAP, ADDIP : la politique de la terreur

L'impunité est totale après la destruction de deux ours en Haute-Ariège. L'Ariège est devenu une zone de non droit.

Petit historique des et de la politique de la terreur des extrémistes (Estrémistes?) du pastoralisme pyrénéen.

Chantal Jouanno, ministre de l'écologie déclarait en octobre 2009: « Chaque ours tué doit être remplacé, sinon on donne une prime à

Michel Estrémé : "Voir comment on peut régler un peu ce problème..."

Eleveur à Sentein, président de l'association "Transhumance en Biros" et membre de l’ASPAP, (JT 19/20 Midi-Pyrénées du mardi 19 avril 2011 à 19h00 : 0 min 55 sec.)

Extraits

- Michel ESTREME : “On est attaqués sur les exploitations, et même à proximité des villages; celà devient très inquiétant et sûrement qu’avec l’ASPAP, il faudra prendre une décision un

"L'élevage ovin est en phase avec les attentes de la société"

"Les moutons préservent l'environnement"

Sur le site «Campagne et environnement.fr, l'agriculture et l'environnement en bonne intelligence», j’ai trouvé cet intitulé « Les moutons préservent l'environnement » signé G.P.«L'élevage ovin participe à la prévention des risques naturels, façonne les paysages et favorise la biodiversité.» Tel es

Michel Estrémé touché par l'ours

Un article de la Dépêche du Midi «Estrémé-ment» intéressantLe quotidien régional «La Dépêche du Midi» a encore consacré, ce 5 novembre, un relatif à une, évidemment intolérable prédation d'un ovin par l'ours. Cette fois en Couserans, chez . L'article est signé Laurent Gauthey. l'éleveur Michel Estrémé est touché par l'ours parait-il.

Sur la base de la mortalit

Je sais dans la montagne un refuge perdu. Dans le Biros, pas de doute, c'est l'ours le responsable

Foire de la descente de la montagne en Biros Chronique d'octobre (1)

Des éleveurs, des chants et des brebis, mais le marché est en crise. Dans un article dythirambique, la Dépêche prêche sur l'air de "tout va très bien Madame la marquise" la réussite de cette fête :"Cela exprime le rapport de plus en plus proche entre les éleveurs, les marcheurs, les touristes