Culture - Fables de la Fontaine

La laitière et le pot au lait

Perrette, sur sa tête ayant un Pot au laitBien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
Ayant mis ce jour-là pour être plus agile
Cotillon simple, et souliers plats.
 Notre Laitière ainsi troussée
Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait, en employait l’argent,
Achetait un cent d’œufs, faisait triple couvée ;
La chose allait à bien par

Le loup et les bergers

Un loup rempli d’humanité(S’il en est de tels dans le monde)Fit un jour sur sa cruauté,Quoiqu’il ne l’exerçat que par nécessité,Une réflexion profondeJe suis haï, dit-il, et de qui ? De chacun.Le loup est l’ennemi commun :Chiens, chasseurs, villageois s’assemblent pour sa perte,Jupiter est là-haut étourdi de leurs cris ;C’est par là que de loups l’Angleterre est déserte;On y mit notre tête à prix.Il n’est hobereau qui ne fa

L'oursonne, Lacube et l'Augustin

Il estoit une oursonne qu’avoit coustumeDe porter sous son chef un lourd collier.En rayson de quoy les gens par coustumeLa nommaient Collier de la Reynes.C’estoit petite oursonne slovène,qui apporte en Ariège sa santé et ses gênesAu dam d'Augustin et Louis sans cervelles.Car élevée à l’eau de Javelle,Sy bien qu’aucun malgracieux virusDe cent mètres s’approcher d’elle ne susse.

Un jour qu’elle estoit en cheminPour ca

Le berger et le roi

Le Berger et le Roi

Deux démons à leur gré partagent notre vie,Et de son patrimoine ont chassé la raison.Je ne vois point de cœur qui ne leur sacrifie.Si vous me demandez leur état et leur nom,J'appelle l'un Amour, et l'autre Ambition.Cette dernière étend le plus loin son empire;Car même elle entre dans l'amour.Je le ferais bien voir; mais mon but est de direComme un Roi fit venir un Berger à sa Cour.Le conte est

Le loup et les Brebis

Après mille ans et plus de guerre déclarée, Les Loups firent la paix avecque les Brebis. C'était apparemment le bien des deux partis ; Car si les Loups mangeaient mainte bête égarée, Les Bergers de leur peau se faisaient maints habits. Jamais de liberté, ni pour les pâturages, Ni d'autre part pour les carnages : Ils ne pouvaient jouir qu'en tremblant de leurs biens. La paix se conclut donc : on donne des otages ; Les Loups,

Le Berger et la Mer

Du rapport d'un troupeau, dont il vivait sans soins, Se contenta longtemps un voisin d'Amphitrite : Si sa fortune était petite, Elle était sûre tout au moins. A la fin, les trésors déchargés sur la plage Le tentèrent si bien qu'il vendit son troupeau, Trafiqua de l'argent, le mit entier sur l'eau. Cet argent périt par naufrage. Son maître fut réduit à garder les Brebis, Non plus Berger en chef comme il était jadis, Quand s

Le Berger et son troupeau

Fable de Jean de la Fontaine

"Quoi? toujours il me manquera Quelqu'un de ce peuple imbécile!Toujours le loup m'en gobera! J'aurai beau les compter!Ils étaient plus de mille. Et m'ont laissé ravir notre pauvre Robin;Robin mouton qui, par la villeMe suivait pour un peu de pain,Et qui m'aurait suivi jusques au bout du monde.Hélas! de ma musette il entendait le son;Il me sentait venir de cent pas à la

Le Loup et le Chien

Un loup n'avait que les os et la peau, Tant les chiens faisaient bonne garde.Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau, Gras, poli , qui s'était fourvoyé par mégarde.L'attaquer, le mettre en quartiers , Sire loup l'eût fait volontiers; Mais il fallait livrer bataille, Et la mâtin était de taille A se défendre hardiment. Le loup donc, l'aborde humblement, Entre en propos, et lui fait compliment Sur son embonpoint,

Le loup devenu berger

Fable de Jean de la Fontaine

Un Loup qui commençait d'avoir petite part Aux Brebis de son voisinage, Crut qu'il fallait s'aider de la peau du Renard Et faire un nouveau personnage. Il s'habille en Berger, endosse un hoqueton, Fait sa houlette d'un bâton, Sans oublier la Cornemuse. Pour pousser jusqu'au bout la ruse, Il aurait volontiers écrit sur son chapeau : C'est moi qui suis Guillot, berger de c

Le loup et l'agneau, fable de Jean de la Fontaine

La raison du plus fort est toujours la meilleure : Nous l'allons montrer tout à l'heure. Un Agneau se désaltérait Dans le courant d'une onde pure. Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure, Et que la faim en ces lieux attirait. Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? Dit cet animal plein de rage : Tu seras châtié de ta témérité. - Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté Ne se mette pas en colère ; Mais plutôt