IPHB

La Sainte Lettre de l'IPHB

Il y a 20 ans, Dieu est descendu sur le Haut-Béarn.

Une âme pieuse béarnaise m’a envoyé la lettre de l’institution Patrimoniale du Haut-Béarn n° 10 de novembre 2013. Ce journal papier de 4 pages A3, publiée à 7.500 exemplaires quand même, est éditée par le Saint Dicat Mixte du Très-Haut-Béarn et dirigé par Saint-Jean de Lassalle. C’est bien sûr l’IPHB qui paie cette “communicati

IPHB : mourir à 20 ans

l’IPHB fait doublon

L’IPHB fête ses 20 ans dans le tourment

Anniversaire - Ce soir (NDLB : 30/01/2014) l’Institution Patrimoniale du Haut-Béarn réunit ses partenaires. Son avenir est incertain.“S’il n’y a pas d’autres solutions, je suis partisan de la dissoudre. On ne mégotera pas, on ne fera pas les choses à moitié pour rester dans l’histoire. A nos e

Nouvelle page sur l'IPHB

Il est temps, vingt ans après, de juger de l'utilité de l'IPHB et d'en tirer les conséquences

En 1993, il restait 7 ours en Haut-Béarn et dans quelques communes espagnoles voisines. En 2013, il ne reste que deux mâles dans ce noyau condamné à disparaître dans l'indifférence générale. L'IPHB et l'Etat sont coresponsables de la disparition de la lignée d'ours pyrénéenne.

La Bu

IPHB: ça sent le sapin!

Laurent Mermet dispose d’une double formation d’écologie (École Normale Supérieure) et de gestion (doctorat de l’Université Paris-Dauphine). Il est actuellement Professeur de gestion de l’environnement à l’ENGREF-AgroParisTech. Il travaille notamment sur l’analyse stratégique de la gestion environnementale, sur les problèmes de négociation liés à l’environnement, et sur les théories et méthodes de la prospe

Une belle fille

«Tous les experts sont d’accords. Le petit cheptel d’Ours qui nous restait est entrain de disparaître. Il en reste 5 ou 6 spécimens. Ils sont pratiquement dans l’incapacité de se reproduire et s’il n’y a pas une intervention humaine, ils disparaitront. Cela les pyrénéens ne le veulent pas. Ils ne le veulent pas.

C’est la raison pour laquelle, nous avons décidés de renforcer. Et il faut faire revenir d

Prolonger l’inaction environnementale dans un monde familier : la fabrication stratégique de l’incertitude sur les ours du Béarn

Par et

  • Laurent Mermet est professeur en sciences de gestion à l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF, centre de Paris).
  • Farid Benhammou est géographe, doctorant en sciences de l’environnement à l’ENGREF et l’IRD d’Orléans. Il a notamment dirigé l’ouvrage La cohabitation homme / grands prédateurs (ours et loup) en France : enjeux didactiques pour la

Claude Dendaletche : Le but des bergers et des élus était de tirer le meilleur parti de l'ours

Interview de Claude Dendaletche dans Géopar Nicolas Ancellin. Extraits.

"Le but poursuivi localement par la plupart des bergers et des élus n’était pas de faire réellement un effort pour la protection des biotopes ursins, mais de tirer le meilleur parti économique de la présence de l’ours."

Le débat autour de la protection de l’ours des Pyrénées est-il toujour

l'IPHB ne maitrise plus son destin

L'institution patrimoniale du Haut Béarn n'ayant pu boucler son budget à temps, le préfet a saisi la Chambre régionale des comptes.

Et un, et deux, et trois passages consécutifs devant la Chambre régionale des comptes (CRC). Sauf que cette fois, le président de l'Institution patrimoniale du Haut Béarn Jean Lassalle ne s'attendait peut être pas à ce que l'organe de contrôle des actes de

La politique pastorale des associations dans les Pyrénées occidentales

par Stéphan Carbonnaux, Extrait du "" commandé par FERUS.

De la révolution à la désillusion

Dominique Boyer nous raconte que le berger ou le paysan de Lescun des années 1970 qui avait rencontré l’ours de près redescendait de la montagne les «cheveux hérissés,

La parole donnée de Jean Lassalle

Jean Lassalle parle de l'ours en Béarn

«Tous les experts sont d’accords. Le petit cheptel d’Ours qui nous restait (NDLB : En Béarn) est entrain de disparaître. Il en reste 5 ou 6 spécimens. Ils sont pratiquement dans l’incapacité de se reproduire et s’il n’y a pas une intervention humaine, ils disparaitront. Cela les pyrénéens ne le veulent pas.

La Charte de développement durable des vallées béarnaises et de protection de l'ours

La création de l'IPHB 2

« Le contrat plutôt que la contrainte »

Extraits de " La Charte de développement durable des vallées béarnaises et de protection de l’ours "PréambuleLa protection des derniers ours français qui est une obligation pour l’Etat s’est déroulée jusqu’à ce jour dans un contexte di

IPHB : l'étau se déserre enfin sur l'ours, retour sur une imposture-école

Alors que c’est en haut-Béarn qu’on a su conserver le plus longtemps le dernier noyau d’ours brun originel, le refus catégorique des barons politiques locaux d’y lâcher les deux femelles prévues dans le cadre du plan de renforcement « 2006-2009 » ressemble à un acte contre-nature dont on mesure mal les conséquences biologiques sur le milieu, mais aussi, symboliques sur le plan humain.

Après

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé ?

Une géopolitique locale de la conservation d’une espèce animale emblématique

Quand on parle de géopolitique, on pense tout de suite aux enjeux internationaux, à l’Irak, au Moyen-Orient, au pétrole… Pourtant, cette géographie spécifique qui consiste à étudier les antagonismes mettant en jeu des rivalités de groupes différents au sujet de territoires s’applique très bien à des échelles lo

Laurent Mermet : L’Institution Patrimoniale du Haut Béarn

Comment, sous couvert de réforme et d’innovation affichée, contrôler les partisans d’une gestion plus écologique de l’ours et préserver le statu quo. Et les intérêts économiques en jeu.

Par (Engref)

Après une double formation, en écologie (Ecole Normale Supérieure) et en gestion (doctorat de l’Université de Paris-Dauphine), Laurent MERMET est

IPHB, le bilan en une seule image

Le slogan sur la page d'accueil de l'IPHB

" Parce que les hommes et les ours peuvent vivre ensemble. Ce n'est pas un pari. C'est la volonté de tous".Source

Extraits de la charte de l'IPHB

Contrat de protection et de renforcement éventuel de la population d’ours sur le massif pyrénéen…

La mort de l'IPHB : pouvoirs et communication

Première partie

Le pastoralisme pyrénéen est un grand gâteau à la cerise dont la date de péremption est dépassée.

Si les "stars" de la communication suisse estiment que le sujet des espèces en voie de disparition est porteur pour mobiliser les foules (même s'il ne s'agit de sauver que les skieurs suisses), les détracteurs de la réintroduction des

IPHB de Jean Lassalle : La démarche des pillards

Lettre ouverte de Patrick Pappola à Nelly Olin, ministre de l'Ecologie et du développement durable

Madame la ministre,

Vous allez nous faire l'honneur samedi de nous rendre visite aux Automnales du pays de l'ours, la fête de l'ours des Pyrénéens du XXIe siècle.

A cette occasion, et pour tenter de brouiller les pistes de ce fabuleux