IPHB - Recherches scientifiques

Analyse d'un projet de route forestière instruit par l'IPHB et Jean Lassalle : concertation ou imposition unilatérale?

"Face, je gagne, pile tu perds. Promis, je tiendrai parole !" : petite leçon de "concertation patrimoniale" ou comment embobinner "les acteurs du territoire" et transformer un "viol des Pyrénées" en "tournante béarnaise rémunératrice" ! Cette leçon magistrale nous est donnée par Laurent Mermet, fin spécialiste de l'IPHB et de ses stratégies.

Prolonger l’inaction environnementale dans un monde familier : la fabrication stratégique de l’incertitude sur les ours du Béarn

Par et

  • Laurent Mermet est professeur en sciences de gestion à l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF, centre de Paris).
  • Farid Benhammou est géographe, doctorant en sciences de l’environnement à l’ENGREF et l’IRD d’Orléans. Il a notamment dirigé l’ouvrage La cohabitation homme / grands prédateurs (ours et loup) en France : enjeux didactiques pour la

Christopher SERVHEEN et le rapport AScA 1996 sur l'ours en Béarn

Christopher Servheen est l'un des plus éminents spécialistes de l'espèce Ursus arctos. On lui doit notamment la superbe remontée des effectifs ursins du Yellowstone. Pour la France, il a rédigé un rapport nommé "Etat des lieux de la population ursine et de son habitat dans le Haut-Béarn. Stratégies de conservation et de renforcement éventuel". Cette étude a été réalisée par le cabinet AScA en 1955 à la demande de l

L'Institution patrimoniale du Haut-Béarn de 1994 à 2000

La création de l’IPHB 4

par

a. La mise en place de l'IPHB

En juillet 1994, l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn s’installe à Oloron-Sainte-Marie. Son but est de mettre en oeuvre les engagements de . J. Lassalle, maire de Lourdios, vice président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, député suppléant et président du conseil d’a

Ours : Une protection mal acceptée (1983-1994)

La création de l'IPHB 1

par

Du Plan Ours aux « réserves Lalonde »

La protection de l’ours a du mal à se mettre en place notamment à cause d’une opposition au sein de l’Etat qui a structuré un certain accueil local. De 1982 au début des années 1990, une volonté forte de préservation tente de se mettre en place. Elle com

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé ?

Une géopolitique locale de la conservation d’une espèce animale emblématique

Quand on parle de géopolitique, on pense tout de suite aux enjeux internationaux, à l’Irak, au Moyen-Orient, au pétrole… Pourtant, cette géographie spécifique qui consiste à étudier les antagonismes mettant en jeu des rivalités de groupes différents au sujet de territoires s’applique très bien à des échelles lo

Laurent Mermet : L’Institution Patrimoniale du Haut Béarn

Comment, sous couvert de réforme et d’innovation affichée, contrôler les partisans d’une gestion plus écologique de l’ours et préserver le statu quo. Et les intérêts économiques en jeu.

Par (Engref)

Après une double formation, en écologie (Ecole Normale Supérieure) et en gestion (doctorat de l’Université de Paris-Dauphine), Laurent MERMET est

l'IPHB et Natura 2000 : l'abomination techno-bruxelloise

Natura 2000 ne concerne pas que les habitats, mais aussi les populations animales et végétales qui y vivent. L'ours est une espèce prioritaire inscrite en ce sens à l'annexe II et à l'annexe IV.

Dans les "cahiers d'habitat" Natura 2000 (rédigés par le Museum National d'Histoire Naturelle), l'ours est une espèce à protéger et celà l'IPHB ne le supporte pas. C'est pour cette raison que

Farid Benhammou : L’ours en Béarn, chronique d’une disparition annoncée ou le bilan de Lasalle et de l'IPHB

Des millions d’euros de fonds publics ont été dépensés sans qu’on ait été capable de garantir un refuge minimum viable aux derniers ours pyrénéens condamnés à la disparition sans renforcement de la population.

est venu à l'été 1993 proposer aux acteurs locaux béarnais de substituer au "Plan Ours" gouvernemental de ses prédécesseurs (notamment les réserves "Lalonde"), un dispositif