Liste des bavures, délits, braconnages et incidents à la chasse en France en 2012

Braconnage, braconniers, tirs sur animaux domestiques ou d'élevage, tirs sur véhicules ou maisons d'habitation, menaces, conflits à la chasse

Bavures, braconniers, tirs sur animaux domestiques ou d'élevage, tirs sur véhicules ou maisons d'habitation, menaces, conflits en 2012...

Bavures | Accidents de chasse | Accidents de palombières | Suites judiciaires

  1. Dimanche 30 décembre - Uzeste (Gironde) : lors d'une battue aux sangliers, une balle traverse son cellier. Brigitte Sohier a eu la peur de sa vie. Une balle à ailettes, tirée lors d'une battue aux sangliers, a traversé une porte-fenêtre de son domicile. «Après la peur, c'est la colère ! » Brigitte Sohier est sous le coup de l'émotion après ce qui lui est arrivé hier, vers midi, alors qu'elle s'apprêtait à aller prendre sa douche. Cette habitante d'Uzeste a pénétré dans son cellier quand une explosion a retenti. « Ça m'a pris la tête. Je suis restée figée la main sur la poignée de la porte de la cuisine. Il y avait un morceau de plastique à mes pieds ». En fait, il s'agissait du débris d'une balle à ailettes que les chasseurs utilisent pour la chasse aux sangliers. Cette munition venait de briser le double vitrage de la porte qui donne sous l'auvent, de traverser le cellier pour atterrir aux pieds de Brigitte Sohier.
  2. Dimanche 30 décembre – Polignac (Haute-Loire) - Effrayées par des chasseurs, les vaches s’échappent et sont happées par un TER. Polignac. Douze vaches étaient en divagation sur la voie ferrée, dimanche soir, au niveau de « Beaubac ». Deux d’entre elles ont été tuées par le train vers 20 h 10. Par chance, aucun des passagers n’a été blessé et la locomotive a pu finir d’arriver en gare du Puy-en-Velay au ralenti. D’après les témoignages recueillis par les gendarmes de Saint-Paulien et du PSIG du Puy-en-Velay, une vingtaine de bovins se trouvaient dans un pré en contrebas du village de « Beaubac », chemin du Suc. Le troupeau aurait été effrayé par des chasseurs tirant les canards sur les bords de Loire et une douzaine de broutards auraient réussi à sauter les clôtures, se retrouvant sur les voies.
  3. Samedi 29 décembre – Gevingey (Jura) En fin de journée, un sanglier poursuivi par des chasseurs de Gevingey dans le département du Jura a trouvé refuge chez un habitant du village. L'animal apeuré a explosé la baie vitrée de la maison, bondi dans la salle à manger et foncé droit devant, avant de s'engouffrer dans la salle de bain.Les habitants de la maison ont prévenu les chasseurs, mais à leur arrivée le malin sanglier avait déjà pris la clé des champs.
  4. Jeudi 27 décembre - Pont-de-Roide (25) : un chasseur excité tire sur une voiture. Stupeur, jeudi après-midi, pour un habitant de Pont-de-Roide. Il roule tranquillement au volant de sa voiture, rue sous les Roches, sur les hauteurs de sa commune, lorsqu’il croise la route de deux chiens de chasse. Les clébards divaguent. Ils sont au beau milieu de la chaussée. Surpris, l’automobiliste manque de les réduire à l’état de galettes. Ce qui n’a manifestement pas l’heur de plaire au propriétaire des chiens, lequel se trouve dans les parages. Sa colère, que l’on aurait pu entendre si elle était restée dans une certaine limite, a dépassé toutes les bornes. Le chasseur a armé et… tiré en direction de la voiture. Plusieurs impacts ont été relevés aussi bien sur le pare-chocs que sur un pneu. L’enquête de gendarmerie a rapidement progressé et permis de confondre l’auteur présumé des tirs sauvages. Ce lundi, un Rudipontaine de 27 ans, a ainsi été interpellé. À 12 h 40, il a été placé en garde à vue pour y répondre de violences avec arme. La tentative d’homicide n’est pas passée bien loin. Le parquet décidera, à la lumière des auditions, de la nature des poursuites à engager contre l’excité du fusil.
  5. 22 décembre 2012 - Pillac (Charente) : la balle à sanglier ricoche et atterrit dans la veranda - Ça me fout la trouille, maintenant. Quand je vais voir des chasseurs, je vais leur demander de passer.» A 80 ans, Robert Perrier, alerte retraité de la minoterie, veuf depuis peu, vit seul au milieu de cinq hectares, Chez Fiard, à Pillac. Il n'est pas vraiment anti chasseurs. Mais là, ce pourrait bien être le coup de feu de trop. «C'était le 22 décembre. Un samedi. J'étais parti à un enterrement. Ça a dû se faire vers 16 heures. Je m'en suis rendu compte le dimanche matin, en revenant du cimetière. Un trou dans la vitre de la véranda, grand comme une assiette à dessert, à la hauteur des genoux». Alain Roy, le propriétaire, a récupéré «une balle à sanglier coupée en deux, large comme la moitié d'une cuiller à café». Et ça, ça a mis Robert en pétard. «Les chasseurs n'ont pas été corrects. Je leur ai dit "je vous interdis pas de chasser, mais pas face à la maison". Déjà qu'ils mettent les voitures dans le chemin et que je ne peux pas sortir. Là, je fais vilain». Et menaçant. «J'ai dit au président que si ça recommençait, j'appellerais les gendarmes».  Le président de la société de chasse, qui reconnaît l'incident. «On a frôlé la catastrophe. C'est la dangerosité du truc. On a beau prendre toutes les précautions. Tous les ans, on en remet une couche sur la sécurité. Là le chasseur a eu un tir fichant sur le sanglier. Il l'a tué, mais une des deux balles a ricoché», pour se planter dans la véranda, 200 mètres plus loin. Robert Perrier sait qu'il n'est pas la seule victime. Le 30 décembre, à Uzeste, en Gironde, une balle a fini sa course aux pieds d'une femme, dans la maison. Le 4 septembre, en Dordogne, une balle s'est fichée dans le mur de la chambre d'une fillette de 6 ans. Ceux-là ont eu de la chance. Le jour de Noël, à Reignac, un chasseur s'est pris un éclat de balle au cuir chevelu. Sans trop de dommages. Mais en novembre dans les Landes, en août en Gironde, deux balles perdues ont tué deux chasseurs de 82 et 88 ans.
  6. Samedi 8 décembre - Chaumes-en-Brie (Seine-et-Marne) -  Une jument a été abattue dans un pré. Une découverte effroyable pour son propriétaire Pierre Aliphat dont les questions restent sans réponses. «C’était la dernière jument que j’avais », soupire Pierre Aliphat, consterné et touché par ce que sa jument a subi. Fanette a été retrouvée morte, sauvagement abattue dans son pré situé chemin de Brejon avec trois balles dans le corps et une lacération de trente centimètres sur la croupe.  « Nous avons tous les deux un champ en commun, raconte Emmanuelle Person, une propriétaire de chevaux. Une amie est passée voir la dizaine de chevaux dans l’après-midi. Elle a vu que l’un d’entre eux était mort. Nous avons appelé la gendarmerie et Pierre, le propriétaire. » Pierre Aliphat a été très choqué par ce qu’il a découvert en arrivant sur les lieux. « Je suis venu constater la mort de Fanette mais après je n’ai pas pu la revoir. C’était effroyable, glisse Pierre Aliphat. Fanette avait 18 ans. Je l’avais depuis quinze ans. »
  7. Aigle de Bonelli (Photo Thierry Vezon)
    Tir d'un aigle de Bonelli
    Tir d'un aigle de Bonelli
    , espèce menacée, dans les gorges du Gardon. Un aigle de Bonelli a été retrouvé mort le 21 novembre dans les gorges du Gardon, victime d'un tir, a annoncé la préfecture de l'Hérault, précisant que les acteurs chargés de la protection de cette espèce menacée de disparition ont décidé de porter plainte. "Des radiographies réalisées dans un laboratoire vétérinaire ont révélé la présence de plombs de petit calibre" sur le cadavre de l'oiseau, précise la préfecture qui rappelle que début 2011, un autre rapace de la même espèce avait été abattu à proximité de Ganges (Hérault). "Sagissant dune espèce particulièrement menacée en France (seulement 30 couples en 2012), la disparition dun individu contribue à l'anéantissement dun effort collectif conséquent mis en uvre depuis de nombreuses années", déplorent les acteurs du Plan national dactions en faveur de laigle de Bonelli (PNAAB). Face à cette nouvelle infraction jugée "extrêmement grave", le syndicat mixte des gorges du Gardon, où quatre rapaces ont disparu depuis quatre ans, et le centre ornithologique du Gard, opérateurs locaux de ce plan, vont porter plainte contre X et se porter partie civile. La population de ces "Aquila Fasciata" reste très vulnérable, électrocutions, tirs et maladies constituant les principales causes de mortalité. (Photo T. Vezon).
  8. Le chasseur saoul l'attaque avec une dague de chasse
    Tous aux abris !
    Dimanche 10 décembre - Pithiverais-Beauce (Loiret) - Un Pithivérien percuté par une voiture conduite par des chasseurs, puis coursé avec une dague. Dimanche matin, les gendarmes de Cosne-sur-Loire ont été appelés pour une altercation entre plusieurs personnes. À leur arrivée, il ne restait que la victime, un jeune automobiliste de Pithiviers (Loiret), choqué. L’un des deux véhicules le suivant, conduit par des chasseurs, est entré en collision avec le sien. Échange de mots, avant que le plus jeune des chasseurs ne sorte une dague de chasse et le menace en le coursant. Pour finir, deux coups de dague et un coup de poing ont été donnés sur le capot de la voiture de la victime. Les gendarmes ont retrouvé l’agresseur présumé, qui a été placé en garde à vue pour violences avec arme, menaces de mort et dégradations volontaires de bien d’autrui. Le père, arrivé à la brigade, a exigé la sortie de son fils. Positif au contrôle d’alcoolémie, il a également été placé en garde à vue. Les deux hommes, demeurant à Pouilly-sur-Loire, devront répondre de leurs actes devant le tribunal correctionnel de Nevers, en mai prochain.
  9. Vendredi 14 décembre - Les agents l’ONCFS ont interpellé deux personnes en flagrant délit de braconnage. L’un des deux hommes, actionnaire d’une chasse en forêt communale de Niederbronn-les-Bains, dans le massif du Grand Wintersberg, avait invité une connaissance pour une partie de chasse illégale. L’un d’eux était en train de charger un sanglier dans son 4x4 à l’aide d’un treuil au moment de l’interpellation, vers 18 h 40, tandis que l’autre se trouvait sur son mirador. Deux sangliers ont été abattus. Ils étaient munis chacun d’une carabine calibre 7x64 dont l’une était équipée d’une lunette de visée et d’une lampe torche. La lunette de visée, de fabrication israélienne, va être expertisée pour savoir s’il s’agit de matériel de guerre. Ils encourent une suspension du permis de chasse, la confiscation des scellés et une amende de plusieurs milliers d’euros.
  10. Mercredi 12 décembre - Preuilly-sur-Claise (Indre-et-Loire ) - Surpris par les gardes en plein braconnage nocturne. Deux jeunes hommes de 22 et 20 ans, habitant respectivement à Obterre et Charnizay (Indre-et-Loire), ont été surpris en plein braconnage, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vers 2 h, les gardes de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont repéré le véhicule des deux braconniers qui opéraient dans le massif forestier de Preuilly-sur-Claise. Quand les deux jeunes gens ont aperçu les gardes, ils ont abandonné leur véhicule embourbé et pris la fuite en essayant de dissimuler leur arme, un 22 long rifle.  Arrêtés, ils ont reconnu les faits. Ils seront convoqués devant le tribunal correctionnel de Tours.
  11. Mardi 11 décembre - Aizenay : peine alourdie pour le braconnier. L'auteur présumé des faits avait fait appel de la décision DL;du tribunal de police. La cour de Poitiers aggrave la sentence.
  12. Un chien tué par un chasseur
    Echange fusil contre appareil photo?
    Dimanche
    9 décembre, Eraville (Charente) - Le chasseur pleure sa chienne abattue par un de ses collègues. Dimanche, c’est le jour de la chasse. Et Matthieu Granet, 31 ans et sa chienne, Kenza, 6 ans, ont l’habitude, avant le repas dominical, de chasser la bécasse dans la commune d’Eraville.  Kenza s’est fait abattre d’un coup de fusil.  "Un jeune chasseur de 25 ans, lui a tiré dessus", raconte le maître encore triste depuis la perte de sa chienne.  Alors qu’il voit un groupe de 4 chasseurs, Matthieu décide de s’en éloigner en prenant un chemin blanc. Sa chienne se met en action de chasse dans une haie assez épaisse. Le chasseur entend un coup de fusil. Matthieu ne voit pas de l’autre côté de la haie, mais il comprend. «Il a tiré au bruit. C’est une erreur de sécurité très grave et très bête qui aurait pu être évitée. Ca aurait pu être n’importe quoi et surtout n’importe qui», alerte l’habitant de Rochefoucauld.  Le jeune tireur, aussi choqué que le maître de Kenza, a rendu sa carte de chasse, de lui-même. Pour Matthieu ce n’est pas assez. «Il faut lui retirer son permis de chasse. J’ai une petite fille, ça aurait pu être, elle...».  Ce jeune chauffeur livreur est tellement «dégoûté», que pour lui, la saison de chasse est finie. «Même si c’est une vraie passion, j’arrête la chasse cette année». Et pourquoi ne pas demander un appareil photo pour les fêtes ?
  13. Dimanche 9 décembre - Une chasse organisée à Plémet, Merdrignac et Collinée a permis à trois gendarmes et deux agents de l’ONCFS  de contrôler 32 chasseurs. Trois procès-verbaux pour des infractions liées à la sécurité du transport de l’armement ont été dressés. 

  14. Jeudi 6 décembre 2012 – Mandeure (Doubs) - A proximité des habitations de la rue du Maquis-du-Lomont. Des coups de feu la nuit ont alerté le voisinage et les gardes de l’ONCFS. Un animal a été abattu et tiré vers une habitation voisine. Après 22h, les militaires n’ont qu’à suivre des traces dans la neige. Lesquelles conduisent à un domicile proche. Des poils et du sang confirment la thèse initiale. La perquisition permet de trouver un sanglier pendu, vidé. L’occupant des lieux, un homme de 74 ans, est invité à suivre les gendarmes. Suivant les instructions du procureur, il a rapidement été remis en liberté. L’enquête va se poursuivre. Il semble que ce serait le fils du septuagénaire qui a tiré et que le cochon sauvage aurait été ramené dans le domicile paternel. Le sanglier a été tiré de nuit à moins de 150 mètres des habitations. Le procureur décidera des suites à donner à cet acte avéré de braconnage.
  15. Jeudi 6 décembre 2012 - Azay-le-Brûlé (Deux-Sèvres)  - Un chasseur de plus de 80 ans a été condamné mardi par le tribunal de police à Niort, pour avoir tué avec son fusil de chasse un border collie qui s'en était pris à son propre chien. Les faits remontent au 18 décembre 2011, à Azay-le-Brûlé. Ce jour-là, alors que l'octogénaire chassait en deçà de la zone réglementaire des 150 m d'une maison – le chien mort a été retrouvé à 57 m d'une habitation –, les deux animaux se sont affrontés et le border collie a pris le dessus, le chien de chasse adoptant finalement la posture de soumission en se couchant sur le dos, pattes en l'air. En voyant son chien mal en point – un vétérinaire constatera plusieurs traces de morsure –, le chasseur a réagi, a-t-il dit au tribunal, « sous le coup de la violence ». Alors que les propriétaires du border collie, alertés par les aboiements et les bruits de lutte, avaient rappelé leur chien qui repartait vers ses maîtres, le chasseur a fait feu sur l'animal. Représentant l'Association de protection des animaux de compagnie (Aspac), qui s'était portée partie civile, Me Boisard a pointé « un acte délibéré ». Le juge a condamné le chasseur à 150 € d'amende et à verser 200 € de dommages et intérêts à l'Aspac. C'est pas bien cher...
  16. Lundi 03 décembre - Givrand - Deux braconniers confondus pour avoir tué un chevreuil - Deux braconniers ont été confondus pour avoir abattu un chevreuil sur le territoire de la société de chasse de Givrand. Les faits remontent au 1er novembre. L’enquête diligentée par les agents du service départemental de l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), aidés par les services de la Fédération départementale des chasseurs, a permis de retrouver les restes de la bête tuée, en toute illégalité. Une perquisition a été menée aux domiciles des deux braconniers. Ils seront jugés par le tribunal de police des Sables d’Olonne. Ils risquent une amende mais également le retrait de leur permis de chasser.
  17. Dimanche 2 décembre - MAXEY-SUR-VAISE (Meuse) Un chat sauvage, animal en voie d’extinction abattu par un chasseur. Les faits remontent au 6 octobre dernier et risquent d’attiser les tensions entre défenseurs de la nature et le milieu de la chasse. D’après nos informations, recueillies sur place lors d’une battue de sangliers réalisée ce jour-là vers 17 h par une dizaine d’hommes, un chasseur a abattu un chat forestier. Une espèce en voie d’extinction. D’après la loi, il risque 15.000 € d’amende et un an d’emprisonnement.
  18. Dechets_chasseDimanche 2 décembre -  BELVAL-EN-ARGONNE (Ardennes) -  Les chasseurs laissent derrière eux un carnage. Répugnant spectacle que celui auquel ont assisté deux randonneurs en forêt de Belval, hier, en fin de matinée. Un tableau pas forcément à l'honneur des chasseurs du cru. Hier, des randonneurs habitués à fréquenter les sentiers de la forêt de Belval-en-Argonne pour y prendre un bon bol d'air ont eu droit à cet attristant tableau de chasse : autour d'un abri gisait, çà et là, éparpillés une quinzaine sangliers morts, des têtes pour la plupart.
  19. Dimanche 26 novembre 2012 - Montaud : leur chienne abattue sous leurs yeux par un chasseu. Une enquête est ouverte par les gendarmes de la compagnie de Saint-Marcellin après la mort de la chienne de deux randonneurs qui se promenaient au début du mois d'octobre sur les hauteurs de Montaud (Isère). Le propriétaire de la chienne raconte avoir vu arriver un premier chasseur puis un deuxième. « Ils avaient leur fusil à la bretelle. Quand le second a vu “Volga”, il s’est arrêté. Il a épaulé son fusil et sans même avoir à l’armer, il a visé dans notre direction. Ma femme a entendu la balle siffler à ses oreilles et c’est seulement là que nous avons réalisé qu’il venait de tirer sur la chienne. » Le couple est allé déposer plainte.
  20. Mardi 20 Novembre 2012 - Terrible découverte ce matin sur le massif du Mont Pourri : un bouquetin décapité pour en faire un trophée, le bouquetin est une espèce protégée.
  21. Dimanche 18 novembre - Fargues-sur-Ourbise. Les tirs d'un chasseur atteignent une maison. Une dame, en rentrant dans sa résidence secondaire où elle habite très régulièrement, a eu la désagréable surprise de constater un trou dans un volet. Une fois à l'intérieur, elle a constaté que la vitre avait été brisée par le tir d’une munition de gros calibre qui a tapé contre un poêle en fonte se trouvant au fond du salon. La balle est passée au-dessus du canapé et a été retrouvée au sol. Il n'y avait personne dans la maison. Le tireur, un chasseur septuagénaire, était entendu à la gendarmerie de Damazan. Il aurait tiré à la perpendiculaire, à une centaine de mètres de l'habitation, de l'autre côté de l'axe routier. Aucune voiture ne circulait sur la trajectoire, à ce moment-là.  L'auteur présumé pourrait être poursuivi pour un délit de mise en danger de la vie d'autrui.
  22. Jeudi 15 novembre 2012 - Peine avec sursis et forte amende pour les braconniers de moutardier - tribunal correctionnel. Après un mois de délibéré, la sanction est tombée mardi matin pour la famille Pausé, Jean, le père, âgé de 68 ans et son fils Henri, 35 ans. Les deux hommes ont été condamnés 3 mois de prison avec sursis et à 1 500 euros d’amende chacun. Le 1er septembre dernier, ils étaient arrêtés à Sainte-Marie par les gendarmes à leur retour de Mafate. À l’arrière de leur véhicule, des sacs à dos soigneusement attachés avec les ceintures de sécurité, contenant chacun des cages renfermant des serins du Cap, oiseaux également appelés moutardiers qui se monnayent entre 300 et 600 euros le couple auprès des amateurs. Le père et le fils nient avoir chassé ces oiseaux eux-mêmes, mais disent les avoir achetés. Quelques jours plus tard, une perquisition a lieu à leurs domiciles respectifs. Et les gendarmes mettent encore la main sur des espèces soit protégées comme le merle péi ou la tortue radiata, soit chassées comme une quinzaine de tangues. Sans oublier l’arsenal habituel du braconnier : colle à oiseaux, cages, etc.
  23. Des cartouches qui fument. Bonne pioche pour les gendarmes de Bourgueil. Venus pour élucider une affaire de braconnage chez un habitant de Gizeux, les enquêteurs découvrent à son domicile, une plantation de 96 pieds de cannabis dans une serre aménagée, un système d'irrigation et d'éclairage, une ventilation, un laboratoire avec tout le matériel (valeur estimée 6.000 €) pour le séchage, la fabrication et le conditionnement de la résine.
 Le braconnier au chomage a expliqué que c'était pour sa seule consommation personnelle.
  24. Samedi 10 novembre 2012 - Palau-de-Cerdagne - Des oiseaux protégés capturés pour les concours de chant. En l’espace d’un mois à peine, cinq à six affaires de capture illégale d’oiseaux chanteurs protégés ont été portées à la connaissance des services de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) sur le département, à Matemale, dans la plaine du Roussillon, au Serrat d’en Vaquer à Perpignan... même si elles n’ont pas donné lieu à saisie comme ce fut dernièrement le cas en Cerdagne.
  25. Samedi 2 novembre – Sénéchas (Cévennes, Gard) - Une chienne labrador abattue par un tir de fusil de chasse. Deux habitants de Sénéchas, dans les Cévennes gardoises, au nord d’Alès, ont déposé plainte à la gendarmerie de Génolhac. L’un est le propriétaire d’une chienne labrador tuée vraisemblablement par un tir de fusil de chasse. L’autre est le propriétaire du terrain où l’animal a été retrouvé à moins de 50 m d’une maison où jouaient ses enfants peu avant. Gravement blessé, l’animal a dû être euthanasié. Pour l’heure, l’auteur du tir n’est pas identifié. Le propriétaire suspecte la méprise, voire un acte de vengeance d’un chasseur sur fond de litiges autour des nuisances des sangliers. Une action de chasse avait lieu l’après-midi des faits à 400 m de là, affirme le propriétaire du chien.
  26. Mercredi 31 octobre 2012 – Doizieux (Loire) - « Il a tiré, les plombs me sont retombés sur la tête »
    Nous étions sur le chemin, visibles, habillés de couleurs fluo. Des oiseaux se sont envolés, l’un des deux chasseurs a tiré deux fois dans notre direction. Nous avons hurlé, les plombs me sont retombés sur la tête… ». « Il nous a dit que les citadins le dérangeaient, qu’il était de La Valla-en-Gier et payait des impôts, que nous n’avions rien à faire ici ».
  27. Mardi 30 octobre 2012 – Le chasseur interdit de chasse après un homicide involontaire pris le fusil à la main. Un chasseur de Charmant, âgé de 41 ans, a été interpellé mardi soir par les gardes de l’ONCFS, le fusil à la main, alors qu’il n’a plus de permis de chasser depuis le 7 juillet 2010. Il avait été condamné à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d’Angoulême pour homicide involontaire à la suite d’un accident de chasse en janvier 2009, dont il était responsable. Le 7 janvier 2009, lors d’une battue, à Nonac, le chasseur avait «vu une masse sombre et lâché un coup de fusil». Il avait mortellement atteint un autre chasseur, 56 ans, agriculteur à Magnac-Lavalette. Au tribunal, le chasseur avait reconnu qu’il avait commis une faute. Les gendarmes avaient relevé plusieurs manquements aux règles de sécurité au cours de leur enquête. Il avait notamment tiré dans l’enceinte de chasse. Le chasseur, qui avait repris le fusil malgré l’interdiction avait été signalé aux gardes qui le surveillaient. L’homme a été déféré ce mercredi après-midi au parquet d’Angoulême. Il a été laissé libre et comparaîtra de nouveau devant le tribunal le 5 décembre prochain.
  28. Mardi 30 octobre 2012 – Bézier - Un vautour, espèce protégée, blessé par un braconnier. La ligue pour la protection des oiseaux a déposé plainte après qu'un vautour ait été pris pour cible par un braconnier. La LPO Hérault, qui entretient des relations constructives avec la fédération départementale des chasseurs et nombre de sociétés locales de chasse, respectueuses de la réglementation et d’une certaine éthique, "dénonce de tels agissements qui font suite au tir de plusieurs rapaces protégés (Circaète, Bondrée, Faucons) depuis l’ouverture de la chasse."
  29. Vendredi 26 octobre 2012 - Cessieu - La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) du Tarn va déposer une plainte pour destruction d'espèce protégée après la découverte d'un Milan royal blessé sur la commune de Jonquières par un tir de plombs. Sur la même période, la LPO Tarn a également constaté le tir de deux Circaètes Jean-le-Blanc, un Faucon pèlerin et un Hibou grand-duc. «Ce triste bilan ne représente toutefois que la partie émergée de l'iceberg car, dans de nombreux cas, l'oiseau tiré n'est jamais retrouvé», continue-t-il rappelant que, comme tous les rapaces, le Milan royal est strictement protégé par la loi depuis 1976.
  30. Mercredi 24 octobre 2012 - Chambéry, des sangliers dans la ville - Curieux rodéo une dizaine de sangliers a débarqué dans le centre-ville. La troupe composée de mâles, de femelles et de marcassins fuyait visiblement les chasseurs quand ils ont débarqué vers 10h45 dans le secteur du carré Curial, rue du Commandant Michard, près d'une résidence pour personnes âgées et sur la montée Valérieu. Après une course poursuite, ils ont été abattus.
  31. 23 octobre 2012 - Le Maire de Marzy signale à SOBA Nature Nièvre une triste découverte. Au petit matin, un individu encore indéterminé a fait feu sur une grue cendrée en vol migratoire au-dessus des Chamons, non loin des réserves, sur les francs bords de Loire. L'oiseau, mortellement blessé, a été récupéré par la gendarmerie de Fourchambault qui mène l'enquête pour "destruction d'espèce animale (non domestique) protégée". Une plainte en ce sens a été déposée.  Le braconnier risque 6 mois de prison ferme et 4500€ d'amende.  La Grue cendrée bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis 1976. Elle est inscrite à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne.
  32. Dimanche 21 octobre, lors d'une battue aux grands gibiers à Naujac-sur-mer, un chasseur a été surpris dans son véhicule avec une carabine de chasse chargée. Une balle engagée dans le canon, ce qui est interdit (art.5 de l'arrêté du 1er août 1986). L'arme a été saisie sur le champ.
  33. Samedi 20 octobre 2012 - Samedi soir vers 20 h, dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, un chasseur a été surpris par des agents de l'ONCFS sur un mirador par deux agents de la police de l'environnement. L'homme âgé de 54 ans, originaire des Vosges, était en action de chasse à l'affût en forêt devant un dispositif de nourrissage. Il a été contrôlé après l'heure légale avec un arc à poulie équipé d'un système additionnel d'une lampe avec interrupteur déporté et viseur lumineux, ainsi qu'avec une carabine calibre 7/64 également équipé d'une lampe et lunette de visé. Ces lampes additionnelles à visé nocturne sont strictement interdites. Pour ces délits avec circonstances aggravantes, le fautif a reconnu les faits. Il encourt une contravention de 5e classe (1500 euros minimum) et le retrait du permis de chasse. Les deux armes et le matériel ont été saisies sur le champ et la confiscation pourra être ordonnée par le tribunal d'instance de Colmar.
  34. 3_genisses_tuees_par-baleVendredi 19 octobre 2012 - Sainte-Reine (Savoie) : Philippe Carret, agriculteur au hameau Le Villard, a découvert, vendredi matin, trois de ses génisses mortes dans leur pâturage de Routhennes, avec chacune une balle dans le corps. Des riverains ont entendu des coups de feux dans la nuit. Les tirs précis laissent penser que c’est le fait d’un braconnier, un cerf ayant été tué la veille au soir à cet endroit.
  35. Jeudi 18 octobre 2012 - Mesnay (Jura) - Les gardes-chasses et la gendarmerie interpellent deux braconniers en flagrant délit. Les agents de l’ONCFS, appuyés par leurs collègues des brigades mobiles d’intervention, ont intercepté deux hommes hier vers 0 h 30. À l’intérieur de leur véhicule, se trouvaient un lièvre mort et des armes chargées. Les deux hommes ont avoué plusieurs sorties nocturnes et le prélèvement d’un chevreuil. Ils ont été conduits à la brigade de gendarmerie de Poligny et risquent 4 ans de prison, 60 000 euros d’amende, la suspension de leurs permis de conduire et de chasser.
  36. Vendredi 12 octobre 2012 - Sedan (Ardennes) - Chasse : des viscères de gibier encombrants. Trois sacs plastique contenant des viscères et une tête de sanglier ont été retrouvés le 5 octobre dernier en bordure d'un chemin.
  37. Cervide-sans-teteVendredi 12 octobre 2012 – Gien (Loiret) - Le braconnage est loin d'être éradiqué . Gabrielle habite dans le Giennois. Mercredi, elle a découvert dans une prairie un daguet (jeune cerf) à moitié décapité, les entrailles à l'air et une patte en partie arrachée. L''uvre de braconniers, semble-t-il, qui auraient été dérangés dans leur macabre besogne. 
  38. Jeudi 11 octobre 2012 - Coudures (Landes) - Pour des raisons qui n'ont pas été précisées, un incendie déploré vers 15 heures dans une palombière située sur le chemin de Capule a entièrement détruit la cabane principale du lieu de chasse mais aussi les 300 mètres de tunnel qui l'entouraient. L'explosion d'une bouteille de gaz stockée dans la palombière aurait joué le rôle d'accélérateur.
  39. Mercredi 10 octobre 2012 - Pyrénées, massif de Paloumère : Vidéo d’une biche blessée non recherchée, retrouvée par un promeneur. Elle mourra après plusieurs jours.
  40. Mercredi 10 octobre 2012 -  Méhers (Loir-et-Cher) Un chasseur placé en garde à vue. C'est un incident de chasse qui aurait pu tourner à l'accident. Dimanche matin vers 11 h, un chasseur de Méhers âgé de 41 ans chasse sur ses terres avec des amis. Lorsqu'il croise un autre chasseur de la commune, qui n'était pas invité. Il lui demande de quitter ses terres, ce que l'autre ne supporte pas d'entendre. Il s'approche du propriétaire et tire au-dessus de sa tête avec son fusil de chasse, avant de poursuivre son chemin comme si de rien n'était. La victime, qui n'a heureusement pas été plus touchée que ses invités, contacte la brigade de gendarmerie de Contres. Vers 13 h, ces derniers avec un renfort de Saint-Aignan allaient interpeller le chasseur-tireur à son domicile. L'octogénaire, qui habite également Méhers, a été placé en garde à vue. Il devra répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel de Blois le 9 janvier 2013.
  41. Mardi 9 octobre 2012 – Salbris - Six agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont surpris un véhicule en flagrant délit de braconnage. Vers 23 h, ce véhicule éveille l'attention des agents techniques de l'environnement en surveillance, circulant à faible allure sur une petite route non loin de La Ferté-Imbault, manifestement à la recherche de grand gibier.  Deux braconniers sont interpellés alors que le conducteur vient de redémarrer, son fusil de chasse glissé entre les deux sièges, toujours approvisionné d'une balle.
  42. Jeudi 4 octobre 2012 - Bray-sur-Somme - Les braconniers en ligne de mire. La préservation du gibier est mise à mal par des hors-la-loi organisés en bandes. L'une d'elles a été condamnée cette année, mais elles restent difficiles à chasser.
  43. Mercredi 3 octobre 2012 –  Chasse à l’Isard à Aston en Haute-Ariège : deux chasseurs appréhendés. Une opération menée sur plusieurs jours par les agents du Service Départemental ONCFS de l’Ariège (SD 09), a permis l’interpellation de deux contrevenants à certaines règles relatives à la police de la chasse et de la pêche en eau douce. Lors de l’intervention, deux isards non marqués étaient dissimulés dans le sac à dos d’un des interpellés.
  44. Mardi 2 octobre 2012 -  Après un Aigle Royal, un Grand Duc d'Europe victime d'un tir. Depuis l’ouverture officielle de la chasse, ce sont donc déjà 5 grands rapaces qui sont victimes dans les Bouches-du-Rhône! Après deux bondrées apivores et un Circaète jean Le Blanc abattus il y a quelques jours, un Aigle royal retrouvé près d’Aubagne (13) avec des plombs ayant causé de graves fractures dans les deux ailes, c’est au tour d’un Hibou Grand Duc d’être victime d’un acte de braconnage. Retrouvé dimanche 30 septembre à Saint-Andiol (13), le Hibou Grand Duc a des dizaines de plombs dans le corps dont certains ont causé une double fracture au niveau des os de l’aile.
  45. Lundi 1 octobre 2012 – Haut Rhin – 5 interventions de l’ONCFS
:
    1) Au bord du canal Rhöne au Rhin dans la région de Dannemarie, deux chasseurs de canards ont été contrôlés avec des munitions prohibées. Les deux octogénaires avaient de la grenaille de plomb au lieu d'acier. Les contrevenants devront s'acquitter de deux timbres d'amende à 135 euros.
    2) Le lendemain soir, dans la zone viticole de Soultz, les agents de la police de l'environnement ont, lors d'une tournée pédestre nocturne, surpris un chasseur à l'affût du sanglier qui n'avait pas de permis valable, ni d'assurance et d'adhésion à la Fédération départementale des chasseurs.
    3) Ensuite, dimanche soir vers 20 h 45, dans la vallée de Guebwiller, les agents ont surpris le président d'une association de chasse posté sur un poste d'affût en forêt devant un parterre de maïs, pommes et sel avec une carabine chargée de trois balles et d'une lampe torche. Il a été verbalisé pour chasse à tir à proximité d'un dispositif d'affouragement de nuit.
    4) Un responsable de chasse installé sur un mirador était à l'affût après l'heure légale entre Rouffach et Guebwiller. Il a été surpris avec deux armes, l'une classique, l'autre beaucoup plus discrète équipée d'une lunette de visée, d'un silencieux et d'une lampe munie d'un interrupteur déporté de calibre 300 Winchester. Ce jour là, l'homme fêtait ses 70 ans ! Pour ses délits, le fautif encourt une amende de plus de 1500 euros. Toutes les armes ont été saisies sur le champ et la confiscation pourra être ordonnée par le tribunal d'instance de Colmar.
    5) Par ailleurs, il y a quinze jours, sur les chaumes du Markstein, les agents de l'ONCFS ont été informés par un garde chasse particulier, que des sangliers avaient été écrasés volontairement la nuit par un véhicule. Identifié grâce à des débris de sa voiture laissés dans les prairies, un agriculteur d'une trentaine d'années, domicilié dans la vallée de Munster, a reconnu s'être livré à des rodéos. Il a été verbalisé pour avoir chassé avec un moyen prohibé (voiture) de nuit sur le territoire de chasse d'autrui. La procédure est en cours et sera transmise au parquet de Colmar.
  46. Lundi 1er octobre 2012 - Lempdes-sur-Allagnon (Haute-Loire) : Dans la nuit , peu après 22 heures, trois hommes ont été interpellés en train de chasser près de l'échangeur de l'A75. Un agent de l'ONCFS a été guidé par des coups de feu. Il a appelé les gendarmes pour venir interpeller les trois chasseurs nocturnes. Une contravention a été établie et les trois carabines saisies.
  47. Lundi 1 octobre 2012 - Disparus depuis mercredi, deux chiens de chasse ont été retrouvés morts dimanche, en bordure d'un chemin sur la commune de Cahuzac (47). Les deux animaux, qui avaient été déposés là, ont succombé à des tirs de fusil. Le propriétaire a indiqué qu'il ne porterait pas plainte pour la perte de ses deux animaux par ailleurs habitués à divaguer.
  48. Mardi 25 septembre 2012 - Deux braconniers interpellés en forêt de Madres - Deux chasseurs originaires des Pyrénées-Orientales ont été interpellés au Bousquet par les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, après avoir tué un cerf illégalement dans la forêt du Carcanet, côté Ariège.
  49. Vendredi 21 septembre 2012 - Deux chasseurs menacent une famille avec des fusils chargés, à Millau. Ces deux hommes, âgés de 39 et 47 ans, ont été déférés au parquet de Rodez, hier après-midi. Ils sont suspectés de conduite malgré un permis annulé et de conduite en état d'ébriété pour l'un, et de violence volontaire avec une arme à feu, de menace de mort sur personnes dépositaires de l'autorité publique et de rébellion pour le second.
  50. Vendredi 21 Septembre 2012 - Cayeux-sur-Mer - Deux braconniers pris la main dans le sac
    Un homme et une femme, qui chassaient à bord d’une voiture, ont été interpellés, mardi soir, à Cayeux. Le duo sera convoqué au tribunal.d’Amiens.
  51. Chat_nougatDimanche 9 septembre 2012 - Cadalen (Tarn) Après avoir reçu 15 plombs le jour de l'ouverture de la chasse, Nougat a réussi à rentrer chez lui, mourant.. «Mon mari a fait le tour de tous les chasseurs du coin et a aussi informé le maire. On sait bien que pour les chasseurs, tirer sur un chat est un sport national. Pour eux, c'est un concurrent, un chasseur de lapins, mais le nôtre n'a jamais attrapé la moindre souris.» Cette histoire a bouleversé toute la famille, surtout les quatre enfants qui cherchent à comprendre la raison de ce geste. Alexandre, 12 ans, a fait deux dessins de son héros de chat pour effacer le traumatisme. Désormais, plus question de laisser sortir Nougat» les dimanches de chasse.
  52. Bouresse (Vienne) - Ils visent des perdreaux et atteignent des chevauxDimanche 9 septembre 2012, l'ouverture. Bouresse (Vienne) - Ils visent des perdreaux et atteignent des chevaux. Dimanche, un groupe de chasseurs a blessé des chevaux de selle arabe lors d’une chasse au perdreau. Une plainte doit être déposée. Jean-Jacques Sauzet est particulièrement remonté contre le groupe de chasseurs qui est venu poursuivre des perdreaux jusque dans sa propriété, un enclos où se trouvent une douzaine de juments. Des chevaux élevés pour des courses d'endurance. « C'était une vraie tuerie de perdreaux », assure l'éleveur qui se trouvait dans les parages. « Les animaux, qui venaient d'être lâchés pour l'ouverture, s'étaient regroupés dans un coin. Ils ont commencé à tirer. Et ils les ont poursuivis jusque dans l'enclos où se trouvent les chevaux. En deux mots, c'était l'Afghanistan. Moi, je n'appelle pas ces gens des chasseurs, ce sont des " viandards" . J'ai chassé, mais plus maintenant. J'ai arrêté depuis que l'on lâche du gibier juste avant l'ouverture. » Si des perdreaux sont allés au tapis lors des tirs nourris entendus, deux juments en ont aussi fait les frais. « Elles ont été touchées au niveau de l'épaule. Du sang coulait encore dimanche soir et le vétérinaire est venu. Il y a aussi d'autres juments qui se sont blessées dans l'affolement. Elles se sont mises à courir. Elles ont été victimes de traumatismes articulaires, notamment au niveau du boulet et de griffures dans les clôtures. » Au total, six bêtes ont été blessées. Les perdreaux, une quinzaine au total, avaient été lâchés début août. Ils avaient l'habitude de venir dans cet endroit où se trouvent des abreuvoirs mis en place du fait de la sécheresse.
  53. Dimanche 26 août 2012 - Cantal : cinq braconniers arrêtés en flagrant délit. Munis d’armes de grande précision avec silencieux, cinq hommes ont été interceptés dans le Cantal alors qu’ils chassaient de nuit. Un délit passible d’une peine de prison.
  54. Mardi 28 février 2012 - Saissac : la location d’une chasse dégénère en guerre ouverte : «femme frappée, homme enfermé dans une chambre froide, chiens tués»: ce sont quelques-unes des accusations que se renvoient le propriétaire et le locataire. « Une dizaine de mes chiens ont été empoisonnés sur une période de deux à trois mois, lance Hubert Avoine. Et un autre a été tué à coups de tessons de bouteille. On a retrouvé les cadavres de deux grands chiens et quatre chiots dans une buse de béton. Et un autre chien enfermé dans un sac-poubelle ».
  55. Dimanche 26 février 2012 - Deux policiers blessés lors d'une arrestation musclée de  deux chasseurs ivres au Puy-en-Velay (Haute-Loire). On est dimanche..., deux gardiens de la paix, l'un de la brigade anti-criminalité (BAC) et le second de la brigade de jour, ont été blessés en arrêtant un chauffard ivre.Avec un collègue, ils revenaient d'une partie de chasse. Les policiers ont été avisés du comportement dangereux de l'automobiliste par la gendarmerie qui venait de recevoir l'appel d'un témoin. L'automobiliste a été invité à s'arrêter. Un véhicule de la BAC s'est même mis en travers de son chemin. L'homme a alors décidé de forcer le passage, percutant au passage le véhicule de police. Les deux chasseurs, revenant d'une battue aux renards à Craponne-sur-Arzon.
  56. Mardi 21 février, à Assérac (Loire-Atlantique). Pour un problème de bornage de propriété, un chasseur s'en est pris aux ouvriers qui travaillaient pour son voisin. Le chasseur a d'abord tiré en l'air avant d'appuyer son fusil sur le torse d'un ouvrier. Il a été mis en prison pur un temps suffisant pour "effectuer un sevrage alcoolique et une expertise psychiatrique", selon le président du tribunal.
  57. Dimanche 12 février 2012 - Le sénateur des Côtes-d'Armor et maire PCF de Plénée-Jugon, Gérard Le Cam, réputé grand amateur de chasse pris en flagrant délit par des gardes-chasses. Le chasseur a tué un cerf lors d'une partie de chasse dans la forêt domaniale de Loudéac, propriété de l'État et gérée par l'Office national des forêts (ONF). Interdiction de chasse chez des particuliers et violation du plan de chasse. Gérard Le Cam s'est vu confisquer sa carabine. Une enquête de gendarmerie est en cours. Il risque une forte amende, l'éventuelle confiscation définitive de son arme, ainsi que l'annulation de son permis de chasse. Interrogé, le sénateur-maire n'a pas voulu faire de commentaires : « Je ne souhaite pas en parler, c'est ma vie, ce sont mes problèmes. »Saint-Amand-Montrond – Samedi 11 février 2012 – Au milieu des ronces qui forment la bouchure de son pré, la pouliche de race comtoise âgée de huit ans gît, le dos par terre. A côté d’elle, sa mère veille. L’animal porte 6 impacts de plomb dans le poitrail, côté droit. (Le Berry Républicain).
  58. Jeudi 9 février 2012 – Fussy (Berry) Une chienne fox-terrier en vadrouille a été tirée “comme un lapin”. Récupérée par des employés de la mairie de Fussy, la chienne a été transportée à la SPA de Marmagne. Elle a été touchée de 30 plombs au niveau de la patte avant et du flanc gauche. La maîtresse a déposé une plainte. (Le Berry Républicain)
  59. Mardi 31 janvier 2012 – Un chasseur a été interpellé ce mardi matin et placé en garde à vue à la gendarmerie de Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime). Des habitants du village de Croixdalle étaient à l'intérieur de leur habitation. Une balle tirée de l'extérieure est venue se ficher dans le mur de la salle à manger, à hauteur d'homme, après avoir traversé la fenêtre. L'enquête leur a permis de remonter jusqu'à un jeune homme âgé de 21 ans. Le tireur pourrait être présenté au parquet dès jeudi. (Pan)
  60. Samedi 14 janvier 2012 - Balle perdue à Dardilly : "A un ou deux centimètres près, ma tête explosait". Un homme qui ratissait l'allée qui mène à son garage a entendu un sifflement aigu dans son oreille droite. Une balle de calibre 7.65 venait de le frôler avant de se loger dans la porte de son garage. "Pour la première fois de ma vie, je suis sous anti-dépresseurs" explique-t-il.
Cette balle perdue proviendrait d'une battue au sanglier sur la commune de Limonest.
 Les gendarmes n'ont pas retrouvé le tireur. (Pan)

Liste des bavures à la chasse

Commentaires