Loup - Espèce - Statuts

Le risque de la perte d’énergie pour les prédateurs, entre prédation et déprédation

Ce n'est bien souvent pas le conflit physique lui-même mais la perte d'énergie qui fait décider à un prédateur de se laisser repousser par les chiens.


Dans la littérature internationale, le fait qu'un prédateur sauvage chasse des proie sauvages et appelé prédation, quand il s'en prend aux animaux domestiques cela s'appelle déprédation.<

La FNSEA et la CONF veulent déclasser le loup

Des syndicats d’éleveurs ainsi que diverses associations anti-prédateurs, gonflés au botox, demandent en urgence dans un communiqué le lifting « du statut de l'espèce Canis lupus dans la convention de Berne et dans la directive habitats ».

Cela s’est passé à la sortie de la réunion du Groupe National Loup qui avait pour ordre du jour « le protocole d'intervention sur la

Le code rural et l’assurance prédation dans le rapport Bracque de 1999

En 1998, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche et la ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement ont confié à M. Pierre BRACQUE, Inspecteur Général de l’Agriculture, une mission interministérielle sur la coexistence de l’élevage pastoral et la présence du loup européen.

Le code rural, qui date quand même du 7 octobre 1886,

Statut juridique de protection du loup en France

Aspects juridiques : le loup (Canis lupus) est protégé par la Convention de Berne, la CITES, la Directive Habitats, le droit français et le code français de l'environnement.

Convention de Berne

Au niveau international, le loup est protégé par la Convention de Berne de 1979 relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en

Tour d'Europe des statuts de conservation des populations de loups

Le Large Carnivore Initiative for Europe est un groupe de travail qui rassemble les experts européens chargés de la problématique loup dans les différents pays. A la demande de l’Europe, le LCIE fait un tour d’horizon actualisé sur le statut des populations de loups.Les auteurs relèvent que les populations de loups sont, dans la grande majorité des pays signataires de la convention de Berne, soit stables, soit en augmentation.