La Nature

Menu Nature
   
La Planète, la Nature, la Biodiversité    
La Faune sauvage
   
Les Animaux domestiques & d'élevage
   
     

« La Nature, c’est ce qui existe en dehors de toute action de la part de l’homme, ce qui ne dépend pas de notre volonté.  La nature c’est du non délibéré, de ce qui va tout seul, qui serait tout aussi bien là si nous-mêmes n’y étions pas.

Vivre en parenté avec la nature, notre civilisation ne sait plus ce que cela signifie. L'homme occidental détruit le monde rural, il aseptise le milieu naturel. Son obsession : exercer un contrôle sur tout. Son idéal : un environnement droit et propre. Bientôt, routes et allées quadrilleront les forêts. L'homme aura ruiné ce qui lui permet de respirer et anéanti l'un des hauts lieux de l'imagination. Ses liens avec la nature semblent résumés dans cette alternative : détruire ou maîtriser. Il oppose un seul mot d'ordre à la destruction massive, celui de protection. Et au bout du compte : même incompréhension, même violence, même impasse. Car l'homme confond la protection et l'assujettissement. En fait il a peur. Peur qu'il puisse exister quelque chose d'extérieur à l'humanité. Peur de tout ce qu'il ne peut ni prévoir ni planifier. Sans même savoir qu'il agit ainsi par peur de sa propre nature, la plus obscure, la plus sauvage, mais aussi la plus féconde : ses émotions, ses instincts, ses pulsions. On ne peut vivre en parenté avec la nature sans comprendre ce que nous sommes. » (*)

 

Nature_Pyrenees

(*) François Terrasson

    « Chaque jour, la télévision nous distille sans même sans rendre compte des aberrations que quasiment plus personne ne songe à remettre en cause. “Dangerosité” inquiétante de la montagne, de la neige en hiver (si, si!), du soleil, de la plage, des vagues, des petites bêtes qui piquent, du grand méchant loup, des arbres qui ont le culot de tomber, et autres scandaleuses menaces dont notre civilisation entend nous préserver jusqu’à l’infantilisation. Bref, tout ce qui ne vient pas de l’homme est l’ennemi désigné, et l’on occulte au passage les véritables dangers dus aux chimies diverses dont nos corps sont pollués. Pour l’humain téléspectateur d’aujourd’hui, la nature n’est plus qu’un centre de loisirs sévèrement encadré, où l’on n’ose pénétrer qu’accompagné de professionnels certifiés.»

« Aucun prédateur n'a jamais fait disparaître sa proie. Quand celle-ci diminue en nombre d'individus, le malheureux qui en dépend pour manger a tendance à diminuer aussi. Sauf s'il y a d'autres espèces-proies de rechange, mais jamais le loup ne fera disparaître complètement quoi que ce soit. 

Où est l'erreur? C'est que ce garçon croyait que la biodiversité résidait dans le nombre d'individus. Puis, que, quand on lui a dit que c'était pas ça, il s'est enferré plus avant en inventant une loi écologique inexistante: la fin de l'espèce prédatée sous la pression du prédateur. 

Il n'y a qu'un hyperprédateur comme l'homme pour réussir des coups comme ça. Répétons, répétons: BIODIVERSITÉ: état d'un écosystème où il y a beaucoup d'espèces différentes. » (*)