Ours brun - Hibernation - Métabolisme

L'ours pourrait aider dans la recherche contre le diabète

par Ingrid SANCHEZL’homme n’est pas la seule espèce animale à souffrir de nombreuses maladies. Une récente étude a démontré que l’ours brun souffrait lui aussi de diabète. Sauf que pour l’ours, ce diabète est réversible et naturel. L’étude est surprenante.Une étude réalisée par Lynne NELSON et Heiko SANSEN, de l’Université de Washington, et dont les résultats ont été publiés en début du mois d’août dan

L'ours et le recyclage : plutôt que d'uriner ou de déféquer, les ours en hibernation recyclent leurs excréments

Plus de la moitié de l'année en hibernation

Les ours en hibernation, peuvent passer tout l’hiver sans faire leurs besoins. Si les ours ne sont pas les animaux qui hibernent le plus sérieusement (ils ne dorment pas aussi profondément et n'abaissent pas autant la température de leur corps que d'autres mammifères), peu d'animaux arrivent à se retenir autant. Aux Etats-Unis, beau

L'hibernation de l'ours

Le métabolisme de l'ours pendant son hibernation

Publiée dans la revue Physiological and Biochemical Zoology, une étude américaine sur les ours en hibernation montre chez ces animaux des adaptations physiologiques uniques pour prévenir tout accident cardiaque lors de ces périodes de vie au ralenti.Accoutumés aux échocardiogrammes, des ours grizzly élevés depuis leur naissance à l’

Les ours et les gens, une nouvelle manipulation de l'ASPAP

Le Parc national du Canada des Lac-Waterton a publié une brochure d'information aux visiteurs intitulée "Les ours et les gens", un guide sur la sécurité et la conservation sur les sentiers.

La buvette avait publié cette le 10 novembre 2007 parce qu'elle reprenait les "bons conseils" que les canadiens sont habilités à nous donner en cas de rencontre avec un ours. C'est en effet plus cour

Les ours en hibernation

- Pour l’ours (), il vaut mieux parler de sommeil hivernal que d’hibernation. Contrairement à la marmotte ou au loir, l’ours peut montrer des signes d’activité pendant l’hiver. Cette période de léthargie, qu’il passe le plus souvent au fond de sa tanière, s’accompagne d’une série de modifications physiologiques : baisse de la température corporelle, diminution du rythme cardiaque, arrêt de la prise alimentaire. L