Ours des Pyrénées - Economie - Coût

Coûts comparés de l'ours et du pastoralisme

Une image vaut mieux qu'un long discours !

Le coût de l'Ours des Pyrénées par français et par an 0,014€

Le coût de la filière ovine de montagne par français et par an 4,43€: 316 fois plus !

Le coût de la filière ovine par français et par an 10,16€: 726 fois plus !

Le prix de l’ours dans les Pyrénées

Un rapport injustement passé sous silence

par Philippe Serault, journaliste en Ariège

Le rapport demandé, et effectué, par Augustin Bonrepaux sur le maintien de la présence de l’ours dans les Pyrénées alors que celui-ci était encore député (pas l’ours, Bonrepaux!), a été rendu public en décembre 2006 dans un silence assourdissant.

Ourse Cannelle : René Marquèze paiera 10.000 euros

Relaxé pénalement pour avoir tué Cannelle la dernière ourse pyrénéenne le 1er novembre 2004 mais condamné au civil à verser 11 000 € de dommages et intérêts à des associations environnementales, René Marquèze espérait en avoir fini avec la justice. Il n'en est rien, Marquèze paiera 10000 euros.

Le 1er juin, la cour de cassation a examiné son pourvoi. La Dépêche du Midi dans un article qui soutient l

Gérard Bailly, le sénateur boomerang aveuglé

Communiqué de Presse FNE

Gérard Bailly, Sénateur UMP du Jura a proposé au le Sénat de voter le 1er décembre 2009, un amendement à la loi de finances 2010, qui réduit de 500.000 euros le budget consacré aux grands prédateurs (loups, lynx, ours)

Par cette décision, le sénateur pensait porter atteinte aux associations de protection de la nature. En fait, il

Le coût d'un trophée d'ours : les Pyrénées compétitives !

René Marquèze, le chasseur qui a tué Cannelle, la dernière ourse brun d'origine pyrénéenne vient d'être condamné à une amende de 11.000€. Petite question : que coute, pour un chasseur, l'envie d'aller tuer un ours ? En Sibérie par exemple. Une simple recherche sur le web montre que la sanction pour tuer en France un ours pyrénéen, théoriquement protégé, est très proche du coût d'un voyage organisé, quoi que moins discrète. Un

Supprimer l'ours pour améliorer le pouvoir d'achat

Coup de gueule d'une pyréniaise contre le coût de la politique de sauvegarde de l'ours des Pyrénées.

Courrier à l'attention de Madame la Ministre de l'Économie et des Finances à propos de l'ours des Pyrénées.

«Madame la ministre, je me permets de vous écrire afin de vous faire part d'un gaspillage inadmissible des deniers publics. E

Impôts : le coût des prédateurs, le coût du pastoralisme

Etude de Marc Laffont et Baudouin de Menten

«Des ours, ça coûte cher, de plus en plus cher !» déclare Gil Rivière-Wekstein (7). «Jusqu’à quand les contribuables électeurs accepteront que leurs impôts soient consacrés aux ours importés de Slovénie ? » lance jean Bonnars dans un provoquant "Ras le Balou !» sur "". Les éleveurs opposés au plantigrade che

Jean Bonnard en a ras le Balou

12 octobre 2008, sur le site Internet suisse "", Jean Bonnard pousse un coup de gueule : Il en a "Ras le Balou" de voir les français (pas lui) payer pour l'ours !

Jean Bonnard : "Plus un jour sans qu’une gazette ou un site Internet ne nous assome avec les dernières nouvelles de Balou! On a eu droit au récit détaillé de l’abruti de chasseur qui a blessé l’ours. P

Gil Rivière-Wekstein et ses démons

par Baudouin de Menten

Gil Rivière-Wekstein : «, presque 2 millions d’euros par an pour les vingt ours qui se baladent officiellement dans les Pyrénées, soit 100.000 euros par ours : voilà ce que coûte actuellement le plan de restauration Ours.» lance Gil Rivière-Wekstein sur son site agro anti-environnemental nommé "Agriculture et Environnement", et oui.

Gil Rivière-Wekstein

Marc LAFFONT : Bilan et perspectives pastoralo-ursines

Par Marc LAFFONT, titulaire d'une maîtrise en écologie des organismes et populationsCitoyen favorable à la cohabitation

Le front du refus pur et simple de cohabitation avec l'ours dans les Pyrénées s'articule essentiellement autour du microcosme des éleveurs ovins allaitants.

Or, lorsqu'on s'intéresse aux critères subjectifs susceptibles de justifier ce positionnement, on s'aperçoit que

Coût de la réintroduction des ours. Augustin Bonrepaux gesticule dans l'indifférence générale

Le député de l’Ariège Augustin Bonrepaux, ex-braconnier et farouche opposant à la réintroduction, juge et partie, a présenté son rapport sur le coût de la réintroduction. (Il est président d’une commission qui est censé enquêter objectivement sur le coût des réintroductions d’ours dans les Pyrénées.)

«J'ai demandé un rapport sur ce que coûte vraiment cette opération» a expliqué hier Augusti

L'Assemblée Nationale rejette l'amendement Bonrepaux

Ce matin, l'Assemblée Nationale a décidé de ne pas suivre l'amendement adopté hier par la commission des finances sur proposition d'Augustin Bonrepaux, prévoyant de réduire d'1 million d'euros le budget du programme Ours pour 2007.

Nelly OLIN, Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable a présenté le budget "Ours" 2007 : 1,9 million d'euros, dont plus de la moitié ira au pastoralisme

Augustin Bonrepaux réduit les crédits pour la surveillance des ours

La commission des Finances de l'Assemblée nationale a décidé mardi de supprimer environ la moitié des crédits affectés à la surveillance et au déplacement des ours dans les Pyrénées, dans le cadre du projet de budget 2007 de l'Ecologie.

La commission a adopté un amendement du rapporteur spécial Philippe Rouault (UMP) et de Augustin Bonrepaux (PS) qui réduit de 1 million d'euros les crédits consacrés à la surveillanc

Ours : 2,2 millions $ d'aide pour le pastoralisme

Les vrais comptes des ours

Le lâcher d'un cinquième ours relance la polémique. Pourtant, les conditions de travail des bergers se sont bien améliorées depuis la réintroduction.

Avec l'arrivée de , le cinquième ours slovène, lâché dans la nuit de lundi à mardi à (Haute-Garonne), le gouvernement a achevé dans la plus grande discrétion un plan très contesté de réi

François Arcangeli : le bal des girouettes

Interview de François ARCANGELI par Gérard LARREY du Petit Journal.

29/05/06

G. L. : François Arcangeli, vous êtes Président de « Pays de l'Ours - Adet » et Maire d'Arbas. Trois ourses ont été relâchées ces dernières semaines, quel est votre sentiment ?François Arcangeli : Ce plan de renforcement est mesuré : 5 ours apr