Peur - Xénophobie

David Douillet : men infama in corpore sano

David Douillet et les "tapettes" : homophobe et fier de l'être ? Des propos consternants

Invité du "Grand journal" de Canal+ le 7 février dernier, David Douillet a créé la polémique en affirmant qu'il n'apprécierait pas qu'on lui dise qu'il est une "tapette".

Ce n'est pas la première fois que l'ancien judoka devenu député UMP tient des propos de ce type. Homo

De la réintroduction, de la souche et de la pureté de la race

Par

J'entends comme une rengaine monotone sur un vieux gramophone de bastringue ce poncif: « pas d'ours qui ne soit pas de souche pyrénéenne! ». Vu que tous ceux de souche pyrénéenne ont été tués...

Mais là n'est pas mon propos. Mon propos du jour sera léger comme une brise sur l'estive à la fin de l'été qui courbe la belle colchique que le bourdon, les pattes chargées de pollen, vi

Les slovènes, le parisien, le belge...

par Jean Omnes

, je ne me souviens plus, ne sont que de boucs émissaires à connotation xénophobe pour cacher une « escroquerie » intellectuelle d’un certain lobby qui veut nous faire croire que le boulot de berger consiste à surveiller de temps en temps un troupeau en lui apportant quand c’est nécessaire, eau et pierre à sel.

Et surtout à nous faire croire que jadis c’

Chronique d'un racisme montagnard ordinaire

Crétin des Alpes

On commence par un du Dauphiné où de “vieux bergers accrochés à un bout d’alpage s’adaptent plus ou moins bien à l’arrivée du tourisme sur leurs terres.” Plutôt moins que plus d’ailleurs.

Toni, 52 ans, 22 saisons sur l’alpage de l’Alpe d’Huez est las. « Je dois cohabiter avec des promeneurs, des vététistes, des aéromodélistes, des parapentistes, des cavaliers, des 4X4.

Claude Dendaletche : Le but des bergers et des élus était de tirer le meilleur parti de l'ours

Interview de Claude Dendaletche dans Géopar Nicolas Ancellin. Extraits.

"Le but poursuivi localement par la plupart des bergers et des élus n’était pas de faire réellement un effort pour la protection des biotopes ursins, mais de tirer le meilleur parti économique de la présence de l’ours."

Le débat autour de la protection de l’ours des Pyrénées est-il toujour

En Ariège, on aime ou on n'aime pas

L'Ariège, c'est un peu la France profonde, on y fait de la politique d'une manière différente, très très loin des valeurs partagées. Ici Paris est au diable vauvert. L'Ariège, c'est une république dans la république. Il y a bien une frontière entre l'Ariège et le reste de la France, serait-ce la dernière frontière sauvage ?

Dans l'actualité ariégeoise de cette semaine...<

Ces imbéciles heureux qui sont nés quelque part

Je viens de publier la note où Philippe Lacube râle contre un couple d'anglais qui ouvre un gîte dans SON village des Cabannes : de la concurrence étrangère pour ses gîtes et chalets. Or voilà dans L'Alpe n°43 de cet hiver, un coup de gueule bien à propos...

"GRRRRR, Ces imbéciles heureux qui sont nés quelque part"

Marianne Boilève : "C

La politique pastorale des associations dans les Pyrénées occidentales

par Stéphan Carbonnaux, Extrait du "" commandé par FERUS.

De la révolution à la désillusion

Dominique Boyer nous raconte que le berger ou le paysan de Lescun des années 1970 qui avait rencontré l’ours de près redescendait de la montagne les «cheveux hérissés,

Opposition ville /campagne

vient d'être élu à Saint-Flour à la tête de l'Association nationale des élus de la montagne (ANEM) en remplacement de Martial Saddier.

Pensée urbaine dominante

et Nathalie Kosciusko-Morizet ayant été retenus à Paris, Henri Nayrou est allé à la rencontre d'agriculteurs auvergnats qui manifestaient contre le fièvre catarrhale ovine. Il a «lancé un avis de gro

Les anti-ours, un problème pour la Démocratie

Témoignage d' (P. B., correspondant pyrénéen de la buvette)

Depuis quelques mois, nous pouvons observer comment les anti-ours interviennent sur le tarrain et dans la presse.

Nier la concertation

De manière permanente, ils nient qu'il y ait eu concertation. Les ours seraient imposés «d'en haut, de Paris, de Bruxelles» méprisant ces

Festival Résistances 2006 : Philippe Lacube s'invite au débat pour défendre les casseurs d'Arbas

10e festival international de films

Farid Benhammou a été invité à participer à un débat sur l'ours au Festival du film politique et social "Resistance" à Foix. Philippe Lacube de l'ASPAP et quelques éleveurs jugés pour "la manifestation spectaculaire" d'Arbas en ont profité pour défendre les casseurs poursuivis.

Le festival de Foix s'inscrit dans une longue tra

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir sauvé ?

Une géopolitique locale de la conservation d’une espèce animale emblématique

Quand on parle de géopolitique, on pense tout de suite aux enjeux internationaux, à l’Irak, au Moyen-Orient, au pétrole… Pourtant, cette géographie spécifique qui consiste à étudier les antagonismes mettant en jeu des rivalités de groupes différents au sujet de territoires s’applique très bien à des échelles lo

Jean Baylaucq, maire de Bielle, poète ossalois ignoré

Jean Baylaucq, maire de Bielle, nous a habitués à des propos ciselé à la tronçonneuse. Jamais excessif, il finira au ministère des affaires étrangères ou diplomate en poste à Oulan-Bator.

Quelques citations pour cadrer Jean Baylaucq

Après l’abattage de l’ours Mellba en 1997 « On a fêté ça jusqu’à minuit. Si on laisse faire ces fous, les ou

Ours des Pyrénées - Cannelle 1 an: François ARCANGELI

La réaction de François ARCANGELI, Maire d’Arbas, Pdt de Pays de l’Ours-ADET après la mort de l'ourse Cannelle

27 novembre 2004

Cannelle était un symbole : la dernière ourse de la lignée pyrénéenne. En l’abattant, le chasseur d’Urdos n’a pas signé la disparition de l’ours, mais il a tué le mythe, le mirage de la sauvegarde de l’ours des Pyrénées à partir du seul noyau autochtone

La mort de l'IPHB : pouvoirs et communication

Première partie

Le pastoralisme pyrénéen est un grand gâteau à la cerise dont la date de péremption est dépassée.

Si les "stars" de la communication suisse estiment que le sujet des espèces en voie de disparition est porteur pour mobiliser les foules (même s'il ne s'agit de sauver que les skieurs suisses), les détracteurs de la réintroduction des