En Basse Maurienne : Une découverte mouvementée d’un cadavre de loup

Cadavre de loup découvert en Basse Maurienne Cette découverte d’une louve percutée par une voiture sur la RN 90 démontre l’importance de la réactivité de terrain des correspondants du Réseau pour l’acquisition de l’information.

Le lundi 07 vers 22 heures, un automobiliste constate la présence d'un cadavre chaud de grand canidé sur la RN 90, en commune de MONTAILLEUR. Vers 22 heures 30, il contacte un agent du SD 73 en lui indiquant que cet animal lui semble impressionnant et notamment ses crocs. L'agent ONCFS enregistre le message en pensant l'exploiter le lendemain.

Ce même soir, vers 23 heures 30, un second automobiliste, accompagnateur en montagne, constate la présence du cadavre. Il est affirmatif, il s'agit bien d'un loup. Il veut alerter les gendarmes mais effectue une erreur et compose le 18 en lieu et place du 17. Les pompiers lui affirme s'occuper de ce cas et transmettent la donnée aux services de la DDE. Vers 01 heure du matin, l'équipe d'astreinte de la DDE 73 récupère le cadavre, et l'entrepose, en pensant qu'il s'agit d'un chien, à la chambre froide du chenil d'ALBERTVILLE aux fins d'équarrissage.

Le 09 avril, vers 06 heures, J.M. Jullien (ONCFS—réserve des Bauges), me transmet une télécopie émanant de l'accompagnateur en montagne qui, doute que son message soit passé auprès des pompiers, a contacté la station ONCFS d’Ecole en Bauge (73). Ce dernier, est affirmatif sur le phénotype loup de l’animal.

Le SD 73 se rend sur place et constate, dans un sac, la présence d'un cadavre de loup congelé. La gardienne du chenil ainsi que le chef d'équipe reconnaissent que cet animal les a interpellés, mais sans plus !

La DDAF et le Préfet immédiatement avertis, ont produit un communiqué de presse dans la journée.

L'autopsie (LDVHA 73) de cette femelle a conclu qu’elle était agée d’au moins 3 ans, en très bonne santé physique générale et qui ne s’est jamais reproduite a près examen du tractus génital. La cause de la mort est accidentelle : percussion frontale violente. Cet animal traversait du massif des Hurtières (Belledonne) vers le massif des Bauges. Une reconstitution du cheminement de cet animal a été effectuée pour mettre en évidence sa traversée de l’autoroute par le passage à faune souterrain avec un séjour dans la bande entre l’autoroute et la rivière Isère pendant au moins 2 jours (traces de 2 dates différentes). Le cadavre entièrement mouillé et la découverte de traces et excréments sur l’autre rive a permis de démontrer que cette louve a traversé à la nage l’Isère qui accuse un fort débit à cet endroit, avant de se faire percuter sur la RN 90 adjacente.

La collision à cet endroit a surpris la majorité de la population savoyarde. Toutefois, il faux relativiser si tant est que ce lieu est situé à moins de deux kilomètres à vol d'oiseau du massif de Belledonne Hurtières où une meute de loup est suivie depuis 1999 !

Michel LAMBRECH
Réseau GC 73 / ONCFS Chef du SD73
Source : Bulletin d'information du réseau loup n° 13
Photo : Louve de Montailleur, M. Lambrech / ONCFS

Commentaires