Louis Dollo et la peluche Cannelle

Tribune libre : Louis Dollo de Pyrénées Pireniais. Un autre avis "politiquement incorrect" (2) de Louis Dollo. Le retour

Blanchet Peluches défend le savoir-faire français et les ours des Pyrénées

CHABENET (Indre) (AFP) - Plus de 50 ans après sa création, l'atelier familial Blanchet, dernier fabricant de peluches artisanales en France, a su résister aux modes et propose sa nouvelle création, Cannelle, une peluche en hommage à l'ourse pyrénéenne tuée par un chasseur. Une peluche dont est fier et heureux Michel Blanchet, 65 ans, son créateur, au service de la peluche depuis plus de 40 ans et dont l'atelier est installé à Chabenet, en pleine campagne berrichonne.

"Cannelle, c'est un coup de coeur. J'aime les ours, et cette histoire m'a beaucoup marqué. Cet animal m'attire. La maison en fabrique depuis 50 ans. C'est ma raison de vivre", a expliqué à l'AFP Michel Blanchet qui à l'âge de 21 ans est entré dans l'entreprise familiale créée par ses parents en 1953. Il est passé par tous les services, a renouvelé au passage la collection, et en devenu le directeur. Sa mère, Odette, âgée de 85 ans, participe toujours à l'activité de l'atelier, où s'entassent peluches de toutes tailles et chevaux à bascule.

"Nous avons créé avec Cannelle un ours haut de gamme, pour qu'on le garde et qu'on ait surtout envie de le protéger. J'aimerais que cet instinct de protection se projette grandeur nature", souligne le créateur.
La philosophie de la maison, c'est la qualité, le travail à la main. Ce haut de gamme lui a donné une notoriété qui lui permet d'exister encore alors que les autres maisons françaises ont renoncé ou délocalisé.

"Papy fait de la résistance", dit-il dans un éclat de rire avant d'ajouter plus gravement: "Mais ce n'est pas facile. Avant, tout le monde possédait une peluche, il n'y avait pratiquement pas d'âge. Aujourd'hui, à trois, quatre ans, les enfants passent à autre chose". L'atelier emploie une vingtaine de personnes et produit 80.000 à 100.000 peluches par an. A la période faste, les années 80, près de 80 personnes travaillaient à Chabenet.

"La concurrence est forte. Les Asiatiques surtout, qui ne se contentent plus de copier. Ils sont désormais créateurs et nous imposent même leur style. Avant c'était le contraire", indique le fabricant qui a su également diversifier son entreprise en se lançant dans la création de fanions, de casquettes.

"Cannelle est une trilogie. Cannelle dernière ourse de souche pyrénéenne, Blanchet Peluches, dernier fabricant artisanal français et Tissavel, dernier fabricant français de tissus imitation fourrure haut de gamme avec lequel nous travaillons", lâche Michel Blanchet un brin nostalgique. Mais ce ne sera pas son ultime création.

Commentaires de Louis Dollo sur Pyrénes-piréniais

Louis Dollo : Autant il est normal que l'ours vienne "au secours" d'une petite entreprise de l'Indre d'un vingtaine de salariés, autant il est tout aussi normal que l'ours dans les Pyrénées viennent casser l'activité économique et sociale de milliers d'éleveur sur toute la chaîne des Pyrénées et du Piémont. A chacun sa vision du développement... durable !

Près de trois mois après avoir été tuée par un chasseur, l'ourse pyrenéenne Cannelle revit sous la forme d'une peluche créée par le dernier fabricant artisanal de Chabenet dans le Berry, qui reversera un euro par peluche vendue à une association de défense de l'environnement. Présentée cette semaine au Salon Univers Enfant de Villepinte (Seine-Saint-Denis), Cannelle sera mise en vente dès mars en cinq tailles différentes, de 30 à 80 cm, pour un prix allant de 50 à 150 euros. Cannelle sera vendue avec un livret contenant un conte écrit par Michel Blanchet, qui commence ainsi: "Il était une fois une petite oursonne qui vivait dans l'un des plus beaux sites de France..."
Source : La Dépêche du Midi

Quand l'imaginaire devient une réalité, il y a de quoi s'inquiéter. Aujourd'hui c'est l'ours, le loup, le lynx...demain, ce sera quel animal qui prendra le relais ? Car il faudra toujours quelque chose pour entretenir les fonds de commerce de certaines associations écologistes. Et l'homme dans tout ça ? Chacun appréciera selon son ressenti personnel. Mais il se pourrait bien que "Ours" se conjugue aussi avec "business".

Commentaires de Romuald

Attention_je_mords J'adore le mouton,
..le gigôt, les côtes grillées, le ragoût, les merguez. J'ai plein de pulls en laine. Si ils sont sont mités, je les remplace et je vérifie si c'est de la laine 100%. Je n'importe pas mes gigôts de Nouvelle-Zélande ni d'Ecosse... Je mange du mouton "français" moi Mônsssieur! Quand j'en trouve. Quand les fromages pyrénéens ou les broutards seront en vente ici, j'acheterais ceux-là. Exporter, plutôt que d'exclure!

J'adore les fromages de brebis,
des mous, des dûrs, des tendres, des forts.. (non pas des forts). Est-ce que je fait partie du "lobby pro mouton". Pour sûr ! Même que je passe mes soirées à lire le Génie des alpages, à en faire la promo partout autour de moi. J'achète du fromage chaque fois que je passe chez un berger.

J'adore les bergers,
je leur achete de vieilles cloches, toutes grasses et usées. Je me tape 2 jours de voitures pour aller à Die ou ailleurs. J'achète les livres publiés par les bergers ou sur la transhumance. Je publie dans ma rubrique pastoralisme, des témoignages de bergers, des coups de gueule, des photos de carcasses de brebis, des statistiques de dégats...

Autogestion_1Je dois être un anti-prédateurs !
Sur les forums de loup.org ou chez ours-loup-lynx, je dois passer, pour certains, pour un impur, un "anti", peut-être même pour un sâle berger rétrograde, crasseux et profiteur, vivant sur le compte des aides d'état? Pour un agriculteur-chasseur de droite et catho par dessus le marché. Pourtant, la buvette est dans leurs liens et leurs lecteurs viennent lire chez moi, me laissent des commentaires. Je suis chef de projet, pas berger, mais j'aime les bergers, les brebis et voir travailler les chiens de troupeaux.

J'aime la nature comme les écolos, comme les bergers, comme les agriculteurs, comme les citadins,
Brebis_finir_mangee_1 Je ne suis pas heureux de la mort de cannelle, je préfère les loups vivants que morts, je préfères les brebis vivantes ou mortes à l'abattoir que dépecées par les loups et les ours. Je préfère les hommes respectés et qui gagnent leur vie par leur travail, ceux qui acceptent de partager le territoire et la terre, ceux qui la protègent et qui essaient qu'elle dure encore quelques siècles plutôt que quelques décénnies...

Ours_loup_stars Je dois être un pro-loup et un pro-ours !
Sur les forums de la FNSEA, de la Confédération Paysanne, pour Pastoralisme-prédateurs (jamais remis à jour), je dois passer pour un impur, un "pro", peut être même pour un sâle con de parisien écologiste fumeur de hakique, qui se balade en sandalettes, pue le patchouli et écoute pousser ses cheveux en arborant des t-shirt "fondation Nicolas-Hulot", WWF ou Greenpeace. Je dois sans doute vivre à 44 ans au crochet de mon papa (chef d'entreprise) et ne rien foutre! Pourtant, la buvette est dans leurs liens et leurs lecteurs viennent lire les articles et me laissent des messages. J'habite à la campagne, suis fils et frère d'agriculteur.

Tous à la buvette
Bienvenue_a_la_buvette_des_alpages(au café du commerce si vous préférez). Je n'aime pas les extrèmes, les forums de discussions tout blanc ou tout noir, ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, de leur portefeuille, de leur vérité. Suis je clair ?

C'est l'esprit de la buvette. Je vous invite à venir y rencontrer les autres, ceux qui ne pensent pas comme vous, à les écouter (les lire) et à trouver des solutions de COMPROMIS. Comme en Belgique quoi. Ceci n'est pas un éditorial (ou une pipe) Comprenne qui pourra. Je n'aime pas les avis de Louis Dollo.

Romuald

Commentaires