L'ours, pas de doute, c'est tout bénéfice! Ou comment Mohican vient au secours du pastoralisme

Indemnisé au bénéfice du doute

La CIDO, commission d'indemnisation des dégâts d'ours s'est réunie sous la présidence de René Rose. A l'ordre du jour, le cas de René Mougnague, le berger d'Escot, dont soixante-cinq brebis se sont précipitées dans un ravin depuis leur estive d'Aule, au soir du 4 juillet. Des traces d'ourson avaient été retrouvées à 700 mètres à vol d'oiseau du lieu de chute, mais de l'autre côté de la crête de Las-Bequettes.

« On a accepté l'indemnisation au bénéfice du doute », a expliqué le président Rose à la sortie. « On a étudié tous les rapports et pris note d'indices de présence d'ours dans les parages », a-t-il conclu. René Mougnague devrait donc toucher 11000 euros, soit 170 euros pour chacune des cinquante brebis tuées, indemnité forfaitaire à laquelle s'ajoute la prime dite de dérangement.

Pas de doute, Mohican, c'est tout bénéfice

Une réaction pas conne du tout, lue sur un forum ... " Si j'ai bien compris, la présence de l'ours sur les lieux du dérochement deux jours avant n'a pas pu constituer une preuve que l'ours a attaqué ou effrayé le troupeau et c'est pour cela que l'attaque a été classée en "attaque douteuse".

Or quand il y a une attaque douteuse, le doute profite à l'éleveur qui est remboursé par l'Etat des dégâts. De plus on sait que René Mougnague, l'éleveur dont le troupeau a été victime du dérochement était rétribué par la collectivité (conseil général via le groupement pastoral) pour faire garder son troupeau, or il ne l'a pas fait. Il va donc être gagnant sur tous les tableaux. Elle est pas belle la vie ? " .

L'éventuelle attaque de Mohican, l'ourson de Cannelle n'est pas perdue pour tout le monde, ni pour René Mougnague, ni pour l'IPHB qui a tout intérêt de voir se renouveler les dérochements :

  • Les bergers, leurs électeurs touchent au bénéfice du doute...
  • De nouveaux arguments pour montrer que l'IPHB défend le pastoralisme
  • les statistiques des dégats augmentent, celà facilitera d'autant le report de la réintroduction des ours, et s'il y a assez de dégats, l'IPHB pourra exiger l'annulation des "fauves slovènes assoifés de sang et de miel"

Pourtant, avec de nouveaux ours, il y aurait de nouveaux dégats, de nouveaux bénéfices du doute, de nouvelles statistiques, de nouveaux arguments, de nouveaux reports, de nouveaux électeurs. Le monde est fou, non ? Mais l'IPHB reste une institution honorable, de confiance, qui dépense au mieux l'argent de vos impôts, mais pas au bénéfice des ours, c'est sur.

Commentaires