Bilan du suivi estival par hurlements provoqués

Objectif du suivi estival par hurlements provoqués

Détecter les épisodes de reproduction au sein des groupes de loups identifiés par le travail de prospection hivernal du Réseau GC.

Méthode des hurlements provoqués

  • Couvrir la Zone de présence permanente (ZPP) par un jeu de points échantillons choisis pour prospecter au mieux la surface concernée selon les connaissances historiques de fréquentation de la ZPP par les loups, afin de maximiser les chances de contacts. Une série de points d’émissions de hurlements fictifs est produite auxquels les loups «répondent» (technique de la repasse utilisée chez les oiseaux), ce qui permet, en plus de détecter leur présence, de distinguer la voix des jeunes de celles des adultes en cas de reproduction.
  • Les tests de la méthode des hurlements provoqués ont montré que l’on avait 60 % de chance de contacter les loups si ceux-ci ont des jeunes et que le site de rendezvous était déjà connu. Ce chiffre moyen tombe à seulement 20 % de chance de contacter les animaux si le statut reproducteur de l’année en cours est inconnue.

Résultats des prospections par hurlements provoqués 2005

Les opérations se sont déroulées en 2 phases (série de répétitions en juillet et une série en septembre) sur l’ensemble des zones de présence permanente de l’espèce identifiées à la fin du suivi hivernal 2004/2005, à l’exception du site du Dévoluy. Cependant, des sites supplémentaires, situés en marge des ZPP ont également été prospectés dans les Alpes Maritimes (Haut Var), dans les Alpes de Haute Provence (Laverq) et en Savoie (Lauzière). Toutes les ZPP transfrontalières ont été prospectées simultanément avec les équipes italiennes.

Hurlements_provoques_resultats_2005

Tableau 1 : Bilan des prospections par hurlements provoqués pour la recherche de la présence de reproduction dans les Alpes françaises et italiennes. En italique : zone de présence au moins temporaire en marge des ZPP. Cliquez sur le tableau pour l'agrandir.

*Vercors Ouest = Deuxième quinzaine annulée en raison de l’arreté « tirs de prélevement »
** Le protocole de 2 série de 3 soirées n’a pas été mis en place en Haute-Maurienne pour raison de contexte local.
*** Des soirées complémentaires ont été effectuées dans le Vercors Hauts-Plateaux pour confirmer la présence de jeunes.

En région Rhône Alpes, sur les 6 zones de présence permanente du loup, les hurlements provoqués ont permis de contacter l’espèce sur 4 d’entre elles et de déceler une reproduction sur 2 sites.

En effet, la reproduction a clairement été identifiée sur la ZPP du Thabor-Galibier (73) où la présence de jeunes a été établie lors des hurlements provoqués et où de nombreuses observations visuelles ont permis de confirmer cette information avec à chaque fois 2 louveteaux observés.

Les Haut-Plateaux du Vercors est le deuxième site où la reproduction a été identifiée, avec la présence d’au moins 2 adultes accompagnés de jeunes. Les hurlements provoqués ont eu lieu en simultané avec le site du Vercors Ouest où aucun contact auditif n’a été établi. Néanmoins, une observation visuelle d’un louveteau a été faite sur la commune de Vassieux. L’absence de réponse en simultané sur les deux sites ne permet toujours pas de valider l’hypothèse de la présence de 2 meutes dans le Vercors. De plus, la présence d’un jeune dans la zone supposée entre les 2 meutes hypothétiques, renforce l’hypothèse d’un seul et même groupe (les sites de rendez-vous des jeunes ne sont généralement pas situés dans ces zones de confrontations inter-meute). Un effort important de prospection lors du prochain suivi hivernal est nécessaire afin de pouvoir apporter des éléments de réponse.

Concernant les massifs du Taillefer et de Belledonne, un gros point d’interrogation subsiste. En effet, hormis un contact très douteux entendu dans la ZPP du Taillefer, la présence de l’espèce n’a pas été clairement identifiée dans ces 2 massifs et le très peu d’indices de présence récoltés au cours de l’année 2005 laisse supposer un déplacement des individus. Une prospection a également été effectuée en marge de la ZPP de Belledonne, mais également sans succès. A confirmer éventuellement lors du suivi hivernal.

En région PACA, les opérations se sont déroulées sur 9 zones de présence permanente et 2 zones de présence temporaire (Haut Var 06 et Laverq 04). Chaque site a été prospecté au total de 2 à 4 fois. La présence de loups a été détectée sur 6 de ces zones et la réussite de la reproduction sur 5 d’entre-elles, dont 3 zones transfrontalières italiennes (Bardonnechia-Clarée, Haute Stura-Hte Tinée, Vésubie-Tinée). Les prospections de la meute du Queyras se sont révélées infructueuses comparativement aux années précédentes. Les sites de rendez-vous habituels n’ont pas répondu à l’appel. Cette nouvelle donnée va dans le même sens que celles du suivi hivernal, avec l’hypothèse d’un glissement du territoire côté italien en même temps que le glissement de la meute du Béal-Traversier dans la basse vallée du Guil.

Dans la zone du val Varetta italienne (transfrontalier à l’est avec le Queyras) n’a pas été mise en évidence la réussite de la reproduction. Suite à une observation visuelle de louveteaux dans le Laverq, site contigu à la ZPP Haut Verdon-Bachelard (04), une opération menée fin septembre a permis de constater la réussite de la reproduction. Une opération simultanée entre le vallon du Laverq et le vallon du Bachelard, menée peu après, n’a malheureusement pas permis, par l’absence de réponse, d’obtenir une information sur la présence d’un ou deux groupes de loups.

La situation est identique à celle observée dans le Vercors et des investigations sont à mener en simultané (aussi bien dans les prospections hivernales et estivales, que dans les analyses génétiques) dans ces 2 sites, pour savoir si l’on a à faire aux mêmes individus. Enfin, la poursuite du hurlement provoqué en périphérie des Monges n’a apporté aucun résultat malgré la présence probable d’encore au moins un animal dans cette ZPP (une observation visuelle réalisée en septembre a été retenue comme probable).

Globalement, en 2004, parmi les 13 ZPP prospectées, dont 10 étaient des meutes, la reproduction avait été détectée sur 7 zones, dont 4 non transfrontalières. En 2005, parmi les 15 Zones de présences permanetes du loup prospectées dont 11 sont des meutes, la méthode des hurlements provoqués a donné des reproductions (réponses des loups) sur 7 zones dont 4 non transfrontalières (Thabor Galibier, Vercors Hauts Plateaux, Béal-Traversier, Haut-Verdon-Bachelard).

L’interprétation des non-réponses est délicate dans la mesure où il faut au minimum tenir compte des hétérogénéités d’échantillonnage (pression globalement plus faible en région PACA qu’en région RA), et du fait que la méthode fournit dans le meilleur des cas, 60 % de chance d’obtenir une réponse (Cf Quoi de neuf N°11).

Y. LEONARD, J. BOYER, C. DUCHAMP

Hurlements_provoques_2 Localisation schématique des résultats du suivi estival 2005 par hurlements provoqués pour
l’identification des épisodes de reproduction dans les alpes Franco-Italienne
Source FR : Réseau Loup / Source IT : Progetto Lupo Regione Piemonte.

Source : Bulletin d'information du réseau loup - Quoi de neuf ? n° 14

Commentaires