L’ours fait partie de la biodiversité

Conclusion 6 : L’ours fait partie de la biodiversité

Sujet n° 7 du Sondage FERUS en Béarn
Renforcement de la population d’ours dans le Béarn
Ferus_logo_1L’association FERUS a adressé un questionnaire portant sur l’ours à tous les maires, adjoints au maire et conseillers municipaux des 41 communes des vallées d’Aspe, d’Ossau, du Barétous et limitrophes. Sondage effectué en Novembre 2005

FERUS BP 114 13718 – Allauch cedex - Tél. /Fax : +33 (0)4 91 05 05 46 / Sondage FERUS Béarn

Tous les sujets du sondage    -  Sujet précédent    -    Sujet suivant

L’ours fait partie de la biodiversité

Les contre

« Nous sommes une des rares régions à avoir un pastoralisme vivant qui ralentit l’embroussaillement et maintient la biodiversité. On verra le résultat avec des ours »

« La biodiversité est une réalité même sans l’ours : rapaces, isards, cerfs, chevreuils, tétras, lagopède … et l’homme et les bergers »

« Les ours vivent dans d’autres régions du monde où les territoires sont plus favorables. Ils ne sont pas en voie de disparition dans le monde »

Il est difficile de défendre la biodiversité de façon elle aussi sélective c’est à dire en ignorant l’ours. Nous avons vu plus haut que l’espèce « ours brun » fait partie intégrante de la biodiversité pyrénéenne et donc française.

Faut- il accepter de préserver l’ours uniquement chez les autres ? En matière de biodiversité, la diversité des noyaux de population est importante. Les gènes font partie intégrante de la définition scientifique de la biodiversité. Tout comme il est important de garder des populations animales ou végétales en bon état de conservation dans plusieurs espaces naturels : si une population vient à s’affaiblir, les autres seront ainsi à même de contribuer à renforcer l’ensemble.

Personne n’a jamais prouvé ni évoqué sérieusement un risque quelconque de perte de biodiversité lié à la présence de l’ours, au contraire : préserver l’ours, c’est préserver l’ensemble des milieux naturels qu’il fréquente : on dit que l’ours est une « espèce parapluie », il bénéficie donc à toutes les autres.

Commentaires