Pause dans les lâchers et camping sauvage

Les éleveurs pyrénéens anti-ours continuent de camper dans la montagne et de "tenir les positions", convaincus que le rythme des lâchers va s'accentuer avant la réponse du référé suspension déposé mi avril.

Jeudi, le ministère de l'Ecologie a de nouveau démenti tout nouveau lâcher, rappelant l'audience du Conseil d'Etat, prévue samedi, sur l'affaire.

La FRSEA (Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles) de Midi-Pyrénées, des Jeunes agriculteurs, la Fédération des éleveurs transhumants des Pyrénées-Atlantiques, la commission syndicale de la chaîne des Pyrénées, le syndicat AOC Barèges-Gavarnie et le conseil général de l'Ariège ont déposé mi-avril un référé suspension afin de suspendre les lâchers d'ours, ainsi qu'un recours en annulation.

De ce fait, une pause a été décidée dans la capture de nouveaux plantigrades en Slovénie, a précisé la porte-parole du ministère. On en saura donc plus dans 48 heures.

Commentaires