Le suivi des ours

Le suivi des ours relâchés et de leurs déplacements est possible grace aux moyens techniques de communication et de suivi. Chaque ours est équipé de dispositifs permettant de les suivre et de les localiser à intervalle régulier.

suivi des ours

Le suivi des ours avec une antenne VHF

Chacun des ours suivis possède un collier muni d’un émetteur VHF (ondes radios) et d’un GPS transmettant les données recueillies par satellite via le réseau de téléphonie mobile à l'équipe de suivi des ours (L'Equipe Technique Ours).

L'ours Balou, quant à lui, était pourvu d’un émetteur VHF, et d’un GPS dont les données ne pouvaient être récupérées que lorsque le collier se détacherait de l’animal (elles étaient stockées pendant ce temps).

Dans la nuit du 10 au 11 juillet, l'ours Balou a été capturé, puis relâché, pour être équipé du même dispositif de suivi des ours que les femelles relâchées. En plus du collier, chaque ours suivi porte un émetteur VHF intra-abdominal qui émet sur une fréquence différente de celle du collier.

Les émetteurs VHF, qui émettent en permanence, permettent, grâce à la télémétrie, de repérer les déplacements de l’ours pendant toute la durée de vie des piles, soit 1 an pour le collier et 2 à 3 ans pour l’émetteur intra-abdominal.

Le principe ? Un technicien se déplace sur le terrain, avec un récepteur et une antenne et capte le signal, y compris lorsqu’il est émis à plusieurs kilomètres. La qualité du signal dépend de l’emplacement de l’ours par rapport au récepteur.

Le suivi des ours par GPS identifie la localisation de l’animal toutes les trois heures et envoie un message sous forme de SMS via le réseau de téléphonie mobile classique (réseau Orange) toutes les cinq localisations. Le message est ensuite réceptionné sur un ordinateur, via un modem. A condition toutefois que les deux exigences indispensables au bon fonctionnement du GPS soient réunies :

  • quatre satellites, au moins, doivent être disponibles au moment de la localisation et
  • le réseau de téléphonie mobile doit couvrir la zone au moment de l’envoi du message.

Si les satellites ne sont pas disponibles, il n’y a pas de localisation et en cas d’absence de réseau, le collier garde en mémoire le SMS et le transmet plus tard. Les données GPS peuvent ainsi être absentes pendant quelques jours, avant d’être reçues plus tard toutes en même temps.

Premiers résultats du suivi des ours

Grâce à l’émetteur VHF, pendant les six premières semaines qui ont suivi chaque lâcher, cinq localisations télémétriques par semaine ont été effectuées en moyenne pour chaque ours suivi permettant d’analyser leur acclimatation dans le massif. Depuis, le suivi des ours est assuré par trois localisations par semaine qui sont réalisées en routine. Les données GPS sont, quant à elles, récupérées en différé, avec une à deux journées de retard en moyenne.

L’ensemble de ces données est actuellement exploité grâce à des logiciels de Systèmes d’Information Géographique. Ces logiciels permettent la réalisation de cartes, disponibles sur le site Internet du Ministère de l'écologie, aux rubriques Loc’Hebdo Ours et Actualité Ours. Les localisations sont également diffusées tous les jours sur un serveur vocal (05 62 00 81 10).

Les premiers résultats du suivi des ours montrent des déplacements spécifiques à chaque animal.

Carte localisation et suivi des oursCliquez sur la carte de localisation et de suivi des ours pour l'agrandir.

  • Suivi de l'ourse Franska - L’ourse Franska a réalisé de grandes transversales d’Est en Ouest entre la région de Bagnères-de-Bigorre, le Val d’Azun, l’Espagne, la Vallée d’Aure en Hautes-Pyrénées et la Vallée d’Ossau dans les Pyrénées-Atlantiques. Au début juillet, elle se trouve à la frontière entre les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques.
  • Suivi de l'ourse Palouma - Palouma, quant à elle, est restée près de son site de lâcher, dans la vallée de Luchon en Haute-Garonne, en effectuant des déplacements du Nord au Sud.
  • Suivi de l'ourse Hvala - Hvala est partie très rapidement après son lâcher en Espagne. Elle a effectué quelques allers-retours entre la Haute-Garonne et le Val d'Aran.
  • Suivi de l'ours Balou - Quant à l’ours Balou, il a été repéré le lendemain de son lâcher sur la commune d’Urau en Haute-Garonne. Puis des traces d’ours ont été découvertes le 7 juin à Auribail en Haute-Garonne, à une trentaine de kilomètres au sud de Toulouse. Depuis le 22 juin, il était localisé dans le piémont ariégeois, d’abord sur la région de Sainte Croix Volvestre puis un peu plus à l’est sur le massif de Plantaurel. A l’occasion du changement
    de son collier, il a été relâché sur la commune de Bagnères de Luchon le 11 juillet.

Frédéric Decaluwe, Équipe technique ours

Source : Empreinte Ours n°1 - Lettre d'information semestrielle de l'Etat sur le programme de restauration et de conservation de l'ours brun dans les Pyrénées.

Commentaires