Yves Paccalet : L'Humanité disparaîtra, bon débarras !

Yves Paccalet, un écologiste à l'humour noir

Yves_paccaletBiologiste, botaniste, zoologue, écologiste, philosophe, naturaliste, romancier et essayiste auteur d'une trentaine de livres avec le Commandant Cousteau, Yves Paccalet, 56 ans, est un homme double. Savoyard, il passe quinze ans sur les mers ; poète, son regard est aussi scientifique. Il conjugue les deux dans ses livres et émissions de radio. 

«J'ai commencé à bourlinguer dans les deux tomes du dictionnaire Larousse de mon père.»  Aîné d'une famille pauvre de 7 enfants, il réussit dans ses études et sort de Normale Sup Saint-Cloud en 1969. En 1972, il rencontre Cousteau et en 1975 embarque sur la Calypso pour quinze ans, échangeant ses « capacités d'écriture contre la possibilité de voir le monde », des Caraïbes à la Nouvelle-Zélande, en passant par l'Amazonie et les pôles, rédigeant les livres et les textes des films du commandant Cousteau, accompagnant les marins de sa plume.
Il écrit un roman, « L'azur, l'azur » et des articles pour le Nouvel Obs, Match, National Geographic, Géo... En 1999, il tourne avec Nicolas Hulot au Kamchatka, et en mars 2001, il réalise quatre émissions avec Gérard Klein en Tunisie.

Il devait repartir au Pakistan avec Nicolas Hulot sur le glacier de Baltoro, mais les événements du 11 septembre les en ont empêchés. Il vient de publier ses 100 plus belles balades en France, écrites au fil de dix ans pour le magazine Terre Sauvage. Et il est chaque dimanche sur Europe 1, de midi à une heure, avec Jacques Pradel. L'occasion pour lui de raconter un voyage, un pays, une aventure. Un dimanche il parle des fleurs rares du Kilimandjaro, un autre, de ses souvenirs d'une rencontre en Polynésie ou en Amazonie. Il explique aussi les courants marins ou la façon dont les hommes ont domestiqué les animaux et les plantes au néolithique. Car pour lui, marcher c'est avant tout aller à son rythme et regarder.

Humanite_disparaitra_bon_debarras_1Début 2006, Yves Paccalet publie, après plus de soixante ouvrages, l'essai « L'Humanité disparaîtra, bon débarras! ». Yves Paccalet est en colère, très en colère. Ces années d'engagement pour l'écologie semblent lui laisser un arrière-goût de fatalisme concernant l'humanité. Le titre peu ambigu de son nouvel essai en atteste :«L'Humanité disparaîtra, bon débarras !» passe en revue la nature de l'homme, et tout le monde en prend pour son grade. Progrès, profit, sciences, consommation, guerre: les humains vont s'autodétruire, et plus vite qu'on ne le croît ! L'auteur nous sert quelques scénarios catastrophes dans cet essai qui se qualifie «d'essai d'humour écologique noir». Si ça fait rire, en tout cas ça fait aussi très peur !

Certains parlent de l'ours comme « la fin du pastoralisme », d'autres du comportement égoïste de l'homme comme la fin de l'humanité. Ce n'est juste qu'une question de recul et de profondeur de champ ; la défense d'intérêts particuliers d'un côté et la défense de l'humanité et d'intérêts collectifs de l'autre. Une question d'intelligence et d'humanisme.

Commentaires