Trois pyrénéens rencontrent Sarousse: «l'ours ne galopait pas. La démarche était pataude»

Dimanche 3 septembre, Jean-Philippe Perelo, Patrick et Nathalie Tissinie d’Aspret-Sarrat, prêt de Saint Gaudens prennent le café sur la terasse: «On ne peut affirmer que l'animal que nous avons vu, dimanche, était un ours. Mais si c'était un sanglier, il était vraiment très gros». L'observation de Sarousse a duré près de deux minutes. «Il ne galopait pas. La démarche était pataude.» «Mais sur le moment on n'a pas percuté qu'il pouvait s'agir d'un ours. On n'a pas l'habitude d'en voir 

L'équipe du suivi de l'ours a été informée et un membre s'est rendu sur les lieux. Claude Abadie, le maire d’Aspret-Sarrat déclare : «Le suivi de l'ours m'a contacté. Je souhaite que promeneurs et randonneurs n'aient pas de souci avec cet animal. Si on doit le croiser que ce soit juste pour le plaisir des yeux.» Quitte à rester abasourdi.

Une nouvelle rencontre entre hommes et ours. Une nouvelle rumeut démentie. Rien à signaler du côté de l'hopital. Un souvenir émouvant pour trois pyrénéens. «Trois inconscients échappent à une mort atroce» aurait pu titrer le «Détective Lourdais». Il n'a pas osé. Les ours slovènes ne sont à la hauteur de leur réputation.

Commentaires