Bonrepaux à de Villepin : "Les ours dans des parcs et file moi le pognon"

Augustin Bonrepaux, le député braconnier de l'Ariège [Il fut surpris hors période de chasse] et baron féodal local [L'Ariège, c'est moi!] dispose d'un organe de presse entièrement à son service. Arrière-News publie donc la lettre rigolote qu'il écrit au Premier Ministre concernant l'introduction des ours dans les Pyrénées. Les ours dans des parcs et l'argent en Ariège.

Lettre ouverte d'Augustin Bonrepaux au Premier Ministre, M. De Villepin:

Monsieur le Premier Ministre,

L’introduction d’ours slovènes dans les Pyrénées atteint chaque jour davantage les sommets du ridicule. [Ils sont difficiles à introduire les ours, surtout s'ils ne sont pas consentants.]

La médiatisation de la première introduction pour laquelle Madame Nelly OLIN, Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable avait fait le déplacement à Arbas [Nelly Olin serait donc un peu voyeuse? Faut dire que le spectacle est rare vu le nombre d'ours que les chasseurs et les bergers ont épargnés] a été perturbée malgré la protection de trois escadrons de gendarmerie mobile et la mobilisation de toutes les brigades du secteur. [Une idée pour TF1 après minuit, le X des ours fait recette] 

Augustin Bonrepaux délogé par les forces de l'ordre lors du lâcher de Palouma à ArbasDe ce fait les autres lâchers n’ont pu avoir lieu que nuitamment, en catimini [La faute à qui ? A vos copains de l'ASPAP largement financé par les caisses du CG de l'Ariège dont Bonrepaux est président. (Il faut rappeler que le tintin ariégeois s'est couché en travers de la route d'Arbas pour empêcher la venue de Palouma et qu'il a été délogé manu militari par les forces de l'ordre. Et oui, on n'était pas en Ariège, les forces de l'ordre sont moins serviles à Arbas). Tintin apprécie peu qu'on lui résiste.]

Pour autant, le ridicule s’est amplifié car l’ours Balou échappant à l’autorité de Madame la Ministre [Au pied Balou, j'ai dit au pied! Mais Balou ne parle pas encore français, c'est un estranger] et à la vigilance de ses gardiens a vagabondé pendant près d’un mois en direction de Toulouse mobilisant l’équipe chargée du suivi mais aussi les brigades de gendarmerie, la protection civile ainsi que les préfectures des départements de l’Ariège et de Haute-Garonne. [Mobilisation générale, et en plus, le fauve sanguinaire et slovène n'a même pas attaqué, même pas une brebis non gardée durant toutes ses vacances en plaine. Pas de chance pour celui qui cherche à présenter les ours comme des tueurs de touristes assoifés de sang. Pas de forestier mordu, rien. Balou n'a mangé que des myrtilles. A moins que sur l'oreiller Nelly ne lui ait donné une leçon de bonnes manières.]

Ce n’est qu’après des journées de survol en avion de tourisme [Ouf, l'armée a eu chaud] que ce fauve a pu être localisé en Basse Ariège.

Sa présence dans cette zone boisée paraissant dangereuse pour la population [Personne n'a jamais dit cela, à par Bonrepaux. Remarquez qu'il s'invente une raison qui arrange sa théorie de la peur], Balou a été capturé et transporté par hélicoptère dans la zone qui lui avait été affectée. [Oui, et alors puisqu'il vous semble dangereux ? Bravo à l'équipe de suivi qui prouve qu'elle est capable de capturer et de relâcher un ours sans dommages.]

De son côté, l’ourse Palouma, mal adaptée au relief difficile de la haute montagne [Et hop la nouvelle rumeur de Slovénie, un plat pays...], a eu moins de chance en faisant une chute mortelle dans la haute vallée du Louron en Hautes-Pyrénées. [Chute dont la cause mystérieuse restera sans doute à jamais inconnue.] Et les gendarmes ont une nouvelle fois été sollicités pour se rendre sur le lieu de l’accident, l’hélicoptère de la gendarmerie a procédé à son transport jusqu’à l’école vétérinaire chargée de l’autopsie. [C’est plus pratique que de descendre l'ours a dos d'homme, non ? Est-ce scandaleux de faire une enquête vu rtoutes les menaces proférées par les éleveurs?] (...)

Maintenant c’est l’ourse Sarousse qui a quitté à son tour la haute montagne provoquant la même perturbation de la population [Les villageois, ravis et fiers espéraient l'apercevoir, les franchouillards mauvais coucheurs et grognons par contre ruminaient "A quoi cela sert un ours" et "Pas dans mon jardin"] , la mobilisation de la gendarmerie, des services de la Préfecture et le survol par un avion de tourisme qui a permis de la localiser à proximité de la ville de Saint-Girons. [Efficace le suivi !] Elle sera peut être reconduite pour les mêmes raisons et avec les mêmes moyens dans la zone qui lui a été assignée. [Il prépare son arrière propos lourd comme un camion : réintroduction = gaspillage de l'argent de l'Etat, l'Ariège à besoin de votre pognon. Votez pour moi.]

Un esprit objectif pourrait tirer quelques enseignements de ces expériences: [Continue Augustin; après l'ours radioactif, l'objectivité selon Bonrepaux m'intéresse]

  1. Les ours qui vivent dans les forêts slovènes très denses [les arbres sont plantés plus serrés, il sait ce qu'il dit, il en revient], peu accidentées [Les ours ont bien moins d'alcool dans le sang que les bergers pyrénéens lors des manifestations de l'ASPAP. Pas dejurançon en Slovénie, pas de chance pour eux. ] et peu fréquentées par les touristes [normal, la Slovénie, c'est un pays de sauvages, de plombiers et de travailleurs au noir, qui aimerait y passer des vacances?] alimentés régulièrement au maïs [radioactif (à cause de Tchernobyl) et transgénique (y a pas de contrôles), d'où les risques de la grippe du poulet (au maïs)] et à la viande [Cela les rends méchants et agressifs] sur les aires de nourrissage [Les ours slovènes ne sont nourris que pour les appater lorsqu'il faut les capturer pour les exporter dans tous les pays qui en demandent. La Slovénie gère tellement bien sa population d'ours que l'Italie, L'autriche et la france sont demandeurs...] ne sont pas adaptés à la haute montagne et ne peuvent y vivre que de prédations sur les troupeaux [le mouton frais pyrénéens est bien meilleur d'après les producteurs, les slovènes auraient donc du goût]
  2. Leur biotope est plutôt dans la moyenne montagne où se trouvent les hommes et les femmes qui vivent dans les vallées pyrénéennes ce qui présente beaucoup de risques [pour les ours qui rencontrent des chasseurs. Combien de mort à cause des ours ? Combien d'hommes tués par des chaseurs cette année ? Combien d'hommes tués par des ours ? Dois-je poursuivre cette petite démonstration chiffrée (Lire Ariège-News de cette semaine)]
  3. Si les ours nécessitent le déploiement de mesures de sécurité aussi importantes dans les zones habitées voisines des villes, c’est qu’ils peuvent être dangereux dans les vallées pyrénéennes [CQFD : ours = risques, dangers, coûts inutiles etc. Il faut éradiquer l'ours et rendre les Pyrénées propres. Pas de sang estranger, le droit du sol, les bons français d'abord. Zarko, Bonrepo, de Villiers, même combat. Zich heil]
  4. Au moment où le Gouvernement prétend diminuer le déficit de l’Etat en réduisant les personnels et les moyens des services publics, il sollicite fortement ceux des préfectures, gendarmeries, protection civile, ONF en sus de ceux qui sont directement financés par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable. [Du pognon pour les bons habitants français de l'Ariège qui font fuir les touristes avec leurs manifestations violentes. Il faut les dédommager. On dédommage bien les éleveurs.]

Ours_en_cageAfin de rechercher une solution plus économe des crédits publics pour cette caricature d’écologie, [Et il s'y connait en écologie, lui qui reprochait au ours d'amener en France le virus de la grippe... aviaire !] je vous saurais gré de bien vouloir faire étudier par vos services la possibilité de créer un parc à ours de plusieurs milliers d’hectares sur les terrains domaniaux propriété de l’Etat où ils pourraient être suivis par ses services comme en Slovénie et où ils pourraient se reproduire en toute liberté sans perturber la vie des habitants et les différents services de l’Etat et des collectivités locales.

[Que du bon sens : les animaux sauvages dans des parcs, les animaux domestiques en liberté. Le monde à l'envers selon Bonrepaux. Et en plus les écolos amateurs d'ours pourraient payer un droit d'entrée et leur jeter des cacahuètes. Ah la belle nature.]

Dans cette attente [T’as pas fini d'attendre à mon avis...], je vous prie d’accepter, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Par email, Augustin BONREPAUX, Député de l'Ariège.

[Augustin prend les français pour des cons, pas sûr que le premier ministre soit du lot. Cette communication est dans la droite ligne des communiactions précédentes du Tintin ariégeois.]

Commentaires