Augustin Bonrepaux coupe les ailes du Festival «Résistances»

Le festival du film de Foix avait un logo sauvage, choisir l’image d’un ours avec une caméra, a été perçu comme une provocation par l'omnipotent président du Conseil Général ariégeois.

La dernière organisation d’un débat sur l’ours et la biodiversité a été la goutte qui a fait débordé le vase de la patience du bouillant Bonrepaux. Philippe Lacube s’était pourtant invité pour «communiquer» et diffuser le message ultra-pastoral de l’ASPAP. La réaction de la salle avait été plutôt sévère et les éleveurs grognons avaient quitté le débat avant la fin, ne supportant que peu la contradiction.

Augustin Bonrepaux a donc décidé de ne pas soutenir ceux qui ne pensent pas comme lui. La mauvaise foi aura t-elle la peau du festival de Foix ? Le bailleur de fond de l’ASPAP ferme le robinet qui alimentait le festival Résistances. C’en est trop pour les finances fragiles de l’organisation qui tiendra une conférence de presse d’ici quelques semaines afin d’envisager la suite.

Un festival qui porte bien son nom face a un pouvoir subsidiant qui cherche à imposer ses idées et à faire disparaitre définitivement l'ours des Pyrénées et les emplois qui vont avec.

Tintin Bonrepaux prouve encore une fois dans une rhétorique anti-environnementale exemplaire sa vision bien personnelle, quoi que partagée avec la Castafiore du Béarn, de la démocratie, que l'on peut qualifier ici de "démocratie de montagne" dans une République des Pyrénées où il se comporte en seigneur moyenageux sur ses terres. Toujours là pour critiquer l'Etat, bien sûr noyauté par des associations écologistes, tout en réclamant à cor et à cri des financements pour son donjon, ses terres et ses sujets. Ariégeois, à vos urnes...

Bien que votre festival soit subventionné...

Lettre d'Augustin Bonrepaux à Monsieur Marc SARACINO, Président du Festival Résistances

Conseil Général de l'Ariège
Augustin Bonrepaux

Monsieur le Président,

Lettre d'Augustin Bonrepaux au président du Festival RésistancesInformé du débat qui a eu lieu au cours du Festival Résistances à propos de l'introduction d'ours dans les Pyrénées je suis particulièrement surpris du manque d'objectivité concernant son organisation.

En effet, bien que votre festival soit subventionné par le Conseil Général, vous avez omis d'inviter les Elus de l'Ariège, qui avec la plupart des Elus des Pyrénées, ont fait connaître à plusieurs reprises leur point de vue.

Pourtant la presse révèle qu'ils ont été pris à partie au cours de ces discussions sans avoir la possibilité de s'expliquer.

En fait, sous couvert du débat, il s'agissait d'une manipulation délibérément orientée où les intégristes de l'environnement ainsi que "l'Association pour la Cohabitation pastorale", satellite du Ministère de l'Environnement qui la finance très largement, ont pu assener le discours officiel.

Plus grave, vous vous êtes livré vous-même à des insultes inqualifiables vis à vis de l'Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Ariège Pyrénées (ASPAP) qui représente pourtant plus de 800 ariégeois, travailleurs de la montagne, élus ou simples citoyens.

Compte tenu de l'orientation de votre festival, je vous conseille d'adresser à l'avenir vos demandes de subvention directement au Ministère de l'Environnement ou à ses associations satellites comme "l'Association pour la Cohabitation pastorale" qui reçoit d'importantes subventions de l'Etat et peut vous en faire bénéficier.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments les meilleurs

Augustin Bonrepaux.

Pendant ce temps (Voir arriège-News) : le sectaire Président inaugure la Médiathèque de Mirepoix. "Augustin Bonrepaux a souligné la politique départementale du développement culturel en faveur de l’accès pour tous à la culture et le rôle indispensable des Communautés de Communes pour assurer ce service au public". «La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert», disait André Malraux. Augustin Bonrepaux est entrain d'envahir la culture ariégeoise. L'ours, le film de Jean-Jacques Annaud, n'a pas intérêt de se pointer dans les bacs.

Pour lui répondre

Augustin Bonrepaux, Député Président du Conseil Général de l'Ariège
Hôtel du Département BP 23
09001 Foix Cedex

Soutenir le Festival

11ème Festival International de Films Résistances
Appel à soutien ouvrant droit à défiscalisation

Le festival a besoin de votre contribution et de votre soutien pour exister.
C'est pourquoi nous avons le plaisir de vous informer que désormais, depuis le 12 octobre 2005, notre association est habilitée à recevoir des dons. Le mécénat culturel ouvre droit à des avantages fiscaux renforcés suite à la législation 2005.
Je vous invite à imprimer le formulaire CERFA depuis notre site Internet
et à nous le retourner accompagné de vos dons avant le 31 décembre 2006.
Nous restons à votre disposition pour répondre à vos questions.

Informations légales

Des avantages fiscaux doublés par la loi de finances 2005
sur le mécénat culturel :

Pour les particuliers

Les dons effectués à titre gratuit, sans contrepartie, au profit d'œuvres ou d'organismes d'intérêt général limitativement prévus à l'article 200 1 b du code précité, ouvrent droit à une réduction d'impôt sur le revenu égale à 66 % de leur montant, dans la limite de 20% du revenu imposable avec report de l'excédent sur 5 ans.

Pour les entreprises

Réduction de 60% sur le montant de l'impôt sur les sociétés ou de l'impôt sur le revenu des entreprises dont la forme sociale entraîne ce type d'imposition : BIC, BNC, BA pour les dons affectés aux œuvres et organismes d'intérêt général.

dans la limite d'un plafond de 0,5 % du chiffre d'affaires
avec possibilité de report de l'excédent sur 5 ans

Dispositions spécifiques concernant les contreparties : La loi de finance 2005 prévoit des contreparties de la part de l'organisme bénéficiaire dans une limite de 25% du montant total du don.

Exemples :

Un particulier a un revenu imposable de 50 000 euros. Il décide de verser 200 euros à l'AFA. Au titre de 2003, il bénéficiera d'une réduction de 60% soit 120 euros. Le coût réel de son don sera de 80 euros. Il pourra bénéficier d'un tarif préférentiel pour l'accès aux salles du festival.
Un chef d'entreprise a un revenu imposable de 150 000 euros. Il verse 40 000 euros au Festival Résistances. Cette somme dépasse le seuil des 20% de son revenu imposable de 10 000 euros. Il bénéficiera donc d'une réduction d'impôt de 60% dans la limite de 30 000 euros (seuil de 20%) soit 18 000 euros.

Il reportera les 10 000 euros supplémentaires sur l'année suivante ce qui lui apportera un avantage au même taux, soit 6 000 euros. Sur deux années, la réduction cumulée sera de 24 000 euros. Le coût réel de sa dotation lui reviendra donc à 16 000 euros pour 40 000 euros versés. Le logo de son entreprise sera présent sur les outils de communication du festival. Enfin, des contreparties peuvent être envisagées dans le cadre prévu par la loi.

Commentaires