Rétrospective Ours de Pyrénées 2006

Actualités de l'Ours 2006 - 2006 a été une année chaude pour l'ours des Pyrénées, à cause du réchauffement climatique et surtout à cause de l'actualité : manifestations, vandalisme, menaces, violences et regroupement inter-massif d'un côté, réintroduction, espoirs et déceptions de l'autre. Au menu : polémiques et décisions de justice. Rétrospective de l'année 2006 de l'ours des Pyrénées à la buvette.

01 janvier 2006 : En 2005, 140 000 pages de la buvette des alpages ont été visitées par 45 000 visiteurs. La moyenne hebdomadaire est de 2 695 pages visitées.

9 février 2006 : les opposants à l’ours continuent les actes violents : Saccage des locaux de l’équipe ours de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et vol d'un collier destiné au suivi des ours (Le fameux collier de Balou).

13 mars 2006 : Présentation du plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées françaises par Nelly Olin ministre de l’écologie. Nelly Olin annonce que 5 ours (1 mâle et 4 femelles) seront relâchés, et pas un de plus. Ces lâchers ne seront pas effectués dans les Pyrénées-Atlantiques (qui n’abritent plus que 4 mâles), ni dans l’Ariège (département abritant une population consanguine issue des lâchers de 1996/97), mais dans les Hautes-Pyrénées et en Haute Garonne. Les associations de CAP-Ours demandent la dissolution de l'IPHB.

25 mars 2006 : L'agence française de sécurité alimentaire (AFFSA) publie sa réponse à Augustin Bonrepaux : Non la réintroduction d'ours slovènes ne présente aucun risque pour la diffusion du virus H5N1 de la grippe aviaire!

01 avril 2006 : Philippe Lacube en tête, l'ASPAP saccage le village d’Arbas, qui doit être le premier à accueillir une nouvelle ourse. L'ASPAP fait le siège de la maison de François Arcangeli, maire et Président de l'ADET. Arbas porte plainte et demande la dissolution de l'ASPAP. Philippe Lacube présente le nouveau visage du pastoralisme.

15 avril 2006 : Nelly Olin confirme que le renforcement de la population d'ours ira à son terme, malgré les violences des éleveurs. La capture des ours en Slovénie commence le 22 avril.

26 avril : Des opérations d'éffarouchement de l'ours Boutxy commencent en Ariège.

25 avril 2006 : Trop médiatisée, la fête organisée pour la première opération de renforcement est perturbée par les opposants à l’ours. Philippe Lacube sort du bois quelques secondes avant le lâcher de Palouma. L’opération n’a finalement pas lieu à Arbas comme prévu. Palouma (4 ans, 83 kg) est lâchée discrètement à Burgalays, dans la nuit du 25 avril 2006.

28 avril 2006 : Echaudé par le lâcher raté d’Arbas, le ministère de l’écologie organise dans la discrétion l’arrivée de Franska (6 ans, 110 kg) à Bagnères-de-Bigorre, le 28 avril 2006.

4 mai 2006 : Découverte de onze récipients avec un mélange de miel et de débris de verre destinés aux ours. Nelly Olin fait preuve d'ouverture : suspension des captures en Slovénie dans l’attente de la décision du Conseil d’État. Le lendemain, un collectif anonyme nommé "Tuons l'ours" envoie des menaces de mort au maire d'Arbas, François Arcangeli. Ils recommenceront le 12 mai avec Claude Téron, maire de Goulier.

6 mai 2006 : Audience publique par le Conseil d’État concernant la demande de suspension de la décision ministérielle d'introduction de cinq ours slovènes dans les Pyrénées.

9 mai 2006 : Le Conseil d'Etat rejette la demande de suspension de la décision ministérielle d'introduction de cinq ours slovènes dans les Pyrénées, demande dont il avait été saisi par des syndicats d'éleveurs, des collectivités territoriales et des associations tous opposés à l’opération. Les lâchers sont légaux. L'ASPAP demande au Président de la République un moratoire d'un an. Bernard Moules, secrétaire régional de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) déclare «Nous entrons en résistance! »

13 mai 2006 : Entre 3000 et 5000 manifestants (suivant les sources) défilent à Bagnères-de-Bigorre. A la fin de la manifestation, des cars repassent par Arbas et provoquent une empoignade sur la place du village. Chacun renvoie les responsabilités sur le camp adverse. Des tracts sont lancés : l'ASPAP remet à l'actualité la guerre des demoiselles.

17 mai : Hvala, la troisième ourse (5 ans, 100kg) est lâchée à Arbas (Haute-Garonne). Les Habitants du petit village ont leur ourse.

31 mai : Une petite cinquantaine d'éleveurs anti-ours s'en prennent à la mairie de Rolland Castells à Bagnères-de-Bigorre.

02 juin 2006 : La buvette des alpages gagne le prix du meilleur blog citoyen français 2006. Plusieurs bloggueurs découvrent la problématique de l'ours des Pyrénées et les pressions et menaces qui l'accompagnent.   

02 juin : Balou, le seul mâle du renforcement est lâché à Arbas (Haute-Garonne). Il a 4 ans et pèse 88 kg. Quelques jours après le lâcher, le signal du collier émetteur est perdu et Balou aussi. La disparition de Balou fait les choux gras des opposants qui crient à l'amateurisme. Balou est équipé d'un ancien collier non équipé d'un téléphone portable (Le collier prévu ayant été volé). La réception par VHS des données GPS n'est possible que si l'on est très proche de lui.

03 juin : Une manifestation en faveur de l'ours est déplacée à Bagnères-de-Luchon à Toulouse "par mesure de sécurité". Il n'y aura que peu de monde.

04 juin : Jean Lassalle déclare dans La République des Pyrénées: « Mme Olin devrait démissionner. Ses méthodes sont indignes du rôle qui devrait être le sien ». «On est en face d'une attitude vichyste qui rappelle le régime policier de la pire période». «C'est un viol et cela devrait être puni comme tel».

06 juin 2006 : Augustin Bonrepaux vient d’être nommé «rapporteur» d’une «Mission d’information sur le coût administratif de la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées ». 

08 juin : Nelly Olin laisse un mois à l'IPHB pour rendre des comptes sur la gestion du dossier Ours en Béarn par l'IPHB.

09 juin : Une trentaine de manifestant tentent d'introduire un cadavre de brebis au domicile de Gérard Caussimont, responsable du FIEP Groupe ours Pyrénées et profèrent des menaces de mort. Gérard Caussimont portera plainte.   

15 juin 2006 : Suspension du cinquième lâcher. Nelly Olin se dit "extrêmement inquiète" de la disparition de l'Ours Balou.

20 juin 2006 : La buvette dénonce le parler Ipéhachebé de Jean Lassalle.

22 juin 2006 : Balou est retrouvé. Il était parti en plaine, direction Toulouse avant de faire demi-tour vers l'Ariège. Il est trop tard pour la cinquième ourse, le lâcher aura lieu en automne.

28 juin 2006 : Jean Lassalle contre-attaque et dépose une proposition de résolution «tendant à la création d’une commission d’enquête visant à faire la lumière sur la chaîne de décision ayant abouti à la réintroduction en 2006 de quatre ours dans les Pyrénées et à évaluer le coût et l’efficacité des dispositifs engagés par les pouvoirs publics et les associations de protection de la nature en faveur de l’ours depuis quarante ans».

11 juillet 2006 : Balou est capturé et est équipé d'un nouveau collier avec téléphone portable, GPS et VHF.  Balou a grossi de 6kg.

15 juillet : Philippe Lacube et l'ASPAP s'invite au festival Résistances (Ariège) pour défendre les casseurs d'Arbas. Augustin Bonrepaux coupera les ailes à cette organisation pas assez favorable aux éleveurs.

20 juillet 2006 : Saint-Gaudens : Début du procès des militants de l'ASPAP qui ont saccagé le village d'Arbas. Stéphane Lessieux de L'ASPAP invite à manifester devant le tribunal.

24 juillet 2006 : Nelly Olin porte plainte contre Jean Lassalle pour propos diffamatoires (références au régime de Vichy). Saisi par le garde des Sceaux, le procureur de la République de Pau ouvre une enquête.

27 juillet 2006 : Augustin Bonrepaux rentre d'un "voyage de travail" en Slovénie pour effectuer une «enquête financière sur le renforcement de la population d'ours ».

30 juillet 2006 : Vallée d'Ouzoum. Les éleveurs organisent une "traque d'effraiement" (sic), battue illégale à l'ours destinée à faire fuir l'ourse Franska. Ils en organiseront quatre fois. FERUS porte plainte.

4 août 2006 : Nelly Olin annonce que l'Etat arrête le financement de l'IPHB et confie la gestion de l'ours en Béarn à la DIREN Midi-Pyrénées. "Les engagements du ministère pris en 1994 dans le cadre de la charte de l'IPHB sont devenus caduques".

8 août  2006 : Jean Lassalle dépose une question écrite à l'Assemblée Nationale à propos du financement des associations. «Ce document accablant fait apparaître d'innombrables anomalies et irrégularités dans la gestion des dossiers et des subventions versées. Il est également révélateur d'un laxisme et d'une légèreté effrayante dont a fait preuve le ministère de l'écologie ». Il demande « la liste complète des associations subventionnées par le ministère, le montant du financement alloué à chacune d'entre elles et l'utilisation qui en a été faite, la nature détaillée de chaque opération et la situation financière de chaque association». 

11 août 2006 : Jean Lassalle est entendu par la gendarmerie d'Oloron-Sainte-Marie.

22 août 2006 : Sarousse, la cinquième et dernière ourse du plan est lâchée de nuit à Arbas. Les opposants sont pris de vitesse. Ils l'attendaient en automne.

26 août 2006 : La première ourse relâchée, Palouma est retrouvée morte au pied d'une barre rocheuse à Loudenvielle. Les premières investigations menées par les gendarmes concluent à une mort accidentelle mais il reste des questions sur les circonstances de cette mort. Cap-Ours demande son remplacement immédiat. Une rumeur, venant d'un sympathisant des opposants parle d'une lente agonie.

03 septembre 2006 : Nouvelle cible des éleveurs : Franska. Un éleveur cherche à faire indemniser huit jeunes veaux morts en estive. L'ETO déclare que l'ours n'y est pour rien. Les opposants dénoncent l'équipe de suivi, trop "partiale" à leur goût.

06 septembre 2006 : L'ASPAP manifeste le 6 à Foix, devant la préfecture pour obtenir le dédommagement des veaux. La préfecture de l'Ariège annonce qu'il s'agit d'un cas de septicémie, l'ours n'y est pour rien !

07 septembre 2006 : Les dix éleveurs poursuivis pour avoir participé au saccage d’Arbas le 1er avril 2006 ont tous été déclarés coupables aujourd’hui par le Tribunal de Saint Gaudens. Tous les éleveurs sont condamnés notamment à de la prison avec sursis, allant jusqu’à quatre mois, et à une interdiction de manifester pendant 6 mois sur le territoire des communes de lâcher des ours.

16 septembre 2006 : L'ourse Sarousse se débarasse de son collier. Indépendance pyrénéenne ?

30 septembre 2006 : Une ourse accompagnée d'un ourson de l'année ont été observés dans la vallée de Montgari, en Espagne. Au moins une naissance d'ourson en 2006.

25 octobre 2006 : Augustin Bonrepaux écrit au premier ministre, cette lettre est digne de son intervention sur le H5N1, un modèle de mauvaise foi : "Je vous saurais gré de bien vouloir faire étudier par vos services la possibilité de créer un parc à ours de plusieurs milliers d’hectares sur les terrains domaniaux propriété de l’Etat où ils pourraient être suivis par ses services comme en Slovénie et où ils pourraient se reproduire en toute liberté sans perturber la vie des habitants et les différents services de l’Etat et des collectivités locales". La demande de "parcs à ours" est reprise par les associations ultra-pastorales.

26 octobre : Jean Lassalle annonce que l'IPHB va faire un procès au site satirique belge IPHB.org, petit frère de la buvette pour contrefaçon de nom et de marque, atteinte à l'image, diffusion de fausses nouvelles et diffamation. Pas de nouvelles depuis cet effet de manche. Oh toi l'ours belge, ta gueule !

07 novembre 2006 : L'ourse Sarousse qui était (comme Balou) descendue en pleine est capturée, équipée d'un nouveau collier et relâchée à Marignac (Haute-Garonne)

10 novembre 2006 : Projet de budget 2007 de l'Ecologie : Augustin Bonrepaux dépose des amendements pour supprimer environ la moitié des crédits affectés à la surveillance et au déplacement des ours dans les Pyrénées. Les amendements Bonrepaux sont rejetés.

15 novembre : La buvette des alpages le prix du meilleur blog francophone aux Bob's Awards 2006 de Berlin (organisé par la Deutsche Welle). J'en connais qui en mangent leur béret.

30 novembre 2006 : Au début de la période d'hibernation, FERUS dénonce la publication des localisations d'ours et déplore l'utilisation des annonces par les opposants non pas pour protéger leurs troupeaux mais pour organiser des battues. La publication des localisations des ours est stoppée pour l'hiver.

14 décembre 2006 : Augustin Bonrepaux présente son rapport sur le coût de la réintroduction dans l'indifférence générale. Augustin Bonrepaux regrette "que les sommes dépensées pour la sauvegarde des ours ne le soient qu’à un tiers (d’après ses calculs) au profit de… l’élevage !" et dénonce "les dépenses de maintien de l'ordre" occasionnées par les exactions de l'ASPAP qu'il finance par ailleurs. Il ne trouve rien à redire sur la gestion de l'ADET mais dénonce le financement de l'ACP qui s'occupe de la promotion et de l'élevage des chiens de protection de troupeau, donc d'aide au pastoralisme. Allez comprendre.

28 décembre 2006 : l'IPHB organise 28 réunions pour mobiliser les troupes et prêche la bonne parole pour 500 personnes. L'Etat ne financera pas le plan 2007. L'IPHB essaie de s'assurer le financement de la région.

Fin décembre :

  • Tout le monde attend la décision du tribunal de Pau dans l'affaire de la mort de l'ourse Cannelle tuée par René Marquèze à Urdos (Béarn) le 1 novembre 2004 : renvoi de René Marquèze en correctionnelle ou ordonnance de non lieu. La décision sera connue le 19 janvier 2007.
  • Inquiétude concernant l'ours Boutxy. Plus de nouvelles de lui depuis plusieurs mois alors qu'il faisait la une de l'actualité. A-t-il eu le même destin que l'ours Kouki ou va t-il revenir au printemps? Une rumeur de "balle perdue" circule en Ariège. La source de la rumeur est toujours identique...
  • L'hiver est chaud : comme partout dans le monde, l'hibernation des ours est chaotique. Un coup je rentre, un coup je me balade dehors. Cela échauffe les esprits.
  • La fin de l'hibernation est attendue. Y aura-t-il des traces d'oursons?

31 décembre : En 2006, 608 000 pages de la buvette des alpages ont été visitées (+ 468 000 par rapport à 2005 ) par 251 000 visiteurs (+ 207 000). La moyenne hebdomadaire est passée de 2 695 à 11 680 pages visitées par semaine. Merci à vous. Le budget annuel de la Buvette des alpages est de 64 €, payés de ma poche (Pour Augustin Bonrepaux et pour ceux qui me demandent quelles sont les organisations écologistes ou mafieuses qui me financent ;-).

N'oubliez surtout pas d'écouter "Ariège : Zebessetoffeu", de regarder les vidéos de la buvette et de vous plonger dans le dossier du scandale de l'IPHB.

Dernière mise à jour : janvier 2007

Commentaires