Carton rouge pour l’ADEME

Il n’est bien sur pas question de remettre en cause le travail considérable que réalise l’ADEME dans le domaine de la maîtrise de l’énergie. Mais ses positions sur la récolte des rémanents forestiers vont à l’inverse de toute gestion raisonnée (raisonnable !) et durable.

Dans son document : « la récolte raisonnée des rémanents en forêt » on peut notamment lire :

  • page 20 : « Sur sol moyennement ou très sensible, la récolte des rémanents peut provoquer un tel déséquilibre, du fait de leur forte concentration en éléments minéraux. Il faudra donc apporter une fertilisation, quantifiée pour chaque élément, pour rééquilibrer le bilan minéral et éviter les conséquences négatives sur la croissance du peuplement. »
  • Puis page 21, après un paragraphe sur les engrais « utilisables » en forêt, on peut lire : « Le recyclage des cendres de chaudières semble également une voie à prospecter pour rapporter en forêts les éléments exportés (à l’exception de l’azote), à l’instar de ce qui se fait en Finlande. Malheureusement, la législation reste floue sur ce point et ne semble pas permettre actuellement une telle valorisation des cendres ».

En fait l’ADEME préconise l’enlèvement des rémanents forestiers et leur remplacement par des intrants divers et variés… On peut craindre le pire. On peut également déplorer que l’ADEME n’ai pas, tout au long des 36 pages de ce documents, fait référence une seule fois à la biodiversité lié au bois mort. C’est donc un carton rouge pour l’ADEME qui nous avait habitué un travail plus sérieux.

L'ADEME

Nom :   ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Statut : Etablissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle conjointe des ministères en charge de l'Ecologie , du Développement et de l'Aménagement durables et de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
Missions : Susciter, animer, coordonner, faciliter ou réaliser des opérations ayant pour objet la protection de l'environnement et la maîtrise de l'énergie.
Domaines d'intervention : énergie, air, bruit, déchets, sites et sols pollués, management environnemental.
Effectif : 820 salariés (dont 359 ingénieurs)

Source : La lettre de Forêts sauvages - Naturalités n° 2

Commentaires