Les anti ours veulent mettre Franska dans un zoo

Après les prédations attribuées justement ou injustement à l'ourse Franska en Baronnies et Haut Adour, au niveau du massif du Pibeste et de l'Estibette. Le maire et conseiller général de La-Barthe-de-Neste,  Maurice Loudet a invité les élus des territoires opposés aux réintroductions ainsi que les éleveurs. Une réunion où 150 personnes, dont quelques conseillers généraux: Maryse Beyrié, Jacques Brun, Henri Forgues et Robert Marquié s'est tenue avec pour objectif de décider d'une action commune afin de soustraire l'ourse Franska des territoires où elle s'est établie depuis déjà une quinzaine de jours.

Marc Chicoula, maire de Campan a proposé d'endormir Franska avec les services d'un vétérinaire. "S'il est interdit de tuer l'ours, il n'est pas interdit de l'endormir, et ensuite de le confier à la maison de l'ours de Saint-Lary."

Les opposants on décidés de faire adopter par les conseils municipaux, une délibération contre la poursuite du programme de réintroduction demandant dans l'urgence le retrait de Franska. Une lettre sera envoyée à Alain Juppé, ministre de l'écologie et de plein d'autres choses! Les participants jugent que le comportement de prédation de cet animal est manifestement anormal, sans autres justifications de leur jugement. Jacques Brune estime "qu'aujourd'hui il n'y a plus de place pour l'ourse Franska".

Commentaires